CATHYIMAGES

CATHYIMAGES

IMAGES DIVERS ,NATURE,FEMMES ,HOMMES,ENFANTS,VILES, PAYS, ACTEURS, CHANTEURS, NCIS.
 
Accueilhttps://www.catÉvènementsPublicationsFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» LE DIABÈTE
Lun 17 Juil - 23:13 par kristel555

» VOTE JANVIER 2017
Lun 17 Juil - 9:52 par Nikola

» INFO ACTU
Lun 17 Juil - 9:51 par Nikola

» IMAGES
Dim 16 Juil - 21:22 par Admin

» ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS
Dim 16 Juil - 15:29 par Admin

» COMMENT CA MARCHE
Ven 14 Juil - 11:21 par Stiven

» ANIMAUX
Jeu 13 Juil - 12:45 par Nikola

» INFORMATION
Mer 12 Juil - 12:03 par Admin

» [IMAGES] ACTEURS ACTRICES
Mar 11 Juil - 21:54 par kristel555

Juillet 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      
CalendrierCalendrier
Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Google+Suivre Forumactif sur Google+Suivre Forumactif sur Pinterest




Portail
Index
Membres
Profil
FAQ
Rechercher
Forum

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Fibromyalgie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Weky

avatar


MessageSujet: Fibromyalgie   Mar 1 Mar - 8:22

Pour comprendre et supporter la fibromyalgie
AVEZ-VOUS mal partout ? Êtes-vous extrêmement fatigué ? En vous réveillant le matin, êtes-vous ankylosé et épuisé ? Avez-vous parfois des trous de mémoire ? Ces symptômes et d’autres peuvent signer une fibromyalgie.
“ C’était en 1989, se souvient Thierry. Je n’oublierai jamais ce matin-là. À mon réveil, je suis resté paralysé pendant 45 minutes. ” C’est ainsi qu’a commencé le combat de Thierry contre la fibromyalgie, définie essentiellement comme “ une douleur dans les tendons, les ligaments et les muscles ”.
Peut-être un de vos amis ou de vos parents souffre-t-il de fibromyalgie. Comment l’aider ? Ou si c’est vous qui êtes malade, que pouvez-vous faire ? Pour comprendre et supporter cette affection, il importe de bien la connaître. Précisons cependant que les manifestations citées plus haut ne sont pas nécessairement les symptômes d’une fibromyalgie.
**
Définition
Selon l’American College of Rheumatology, “ le diagnostic de la fibromyalgie repose sur les antécédents personnels de douleur généralisée chronique et sur la détection par le médecin de points sensibles en des endroits bien précis ”. Il existe d’autres symptômes encore, dont certains sont semblables à ceux du syndrome de fatigue chronique.
En fait, nombre de ceux qui ont une fibromyalgie souffrent aussi du syndrome de fatigue chronique ou d’autres maladies. Beaucoup sont dépressifs ou anormalement anxieux, et il semble que la fibromyalgie soit généralement la cause, et non la conséquence, de leur état. Un manque ou un excès d’activité physique, l’arrivée d’un front froid, une nuit blanche, un stress particulier ou d’autres facteurs externes peuvent aggraver la fibromyalgie.
Désignée naguère par d’autres termes comme fibrosite, la fibromyalgie n’entraîne aucune déformation et ne menace pas en elle-même la vie de l’individu. Bien qu’on ne puisse dire avec certitude si elle est ou non héréditaire, elle touche parfois plusieurs membres d’une même famille. La fibromyalgie atteint des millions d’adultes de tous âges, dont une majorité de femmes.

**
Cause
Diverses théories tentent d’expliquer la cause de la fibromyalgie. Elle pourrait être due à un virus ou à un déséquilibre dans la production de sérotonine (un neurotransmetteur qui joue sur le sommeil) ou de substances chimiques telles que les endorphines, les analgésiques que produit le corps. Ces théories et d’autres sont l’objet d’investigations.
Au microscope, les muscles du malade semblent intacts, mais la zone de production énergétique des cellules musculaires, elle, ne fonctionne peut-être pas normalement. On ne connaît ni la cause ni le remède de la fibromyalgie. De nombreux patients rattachent l’apparition des symptômes à un événement physiquement ou affectivement traumatisant, tandis que chez d’autres la maladie est apparue plus insidieusement.
**
Un diagnostic difficile
La plupart des symptômes de la fibromyalgie ressemblent à ceux d’autres maladies. D’où cette remarque de Carla Ockley, un médecin canadien : “ Quand un malade se plaint de douleurs dans les articulations, on ne pense pas toujours immédiatement à une fibromyalgie. Si la douleur subsiste après plusieurs visites, on essaie de creuser un peu plus. Quand je diagnostique une fibromyalgie, j’envoie généralement le patient chez un rhumatologue pour confirmation. ”
Récemment encore, il n’y avait pas de critères unifiés pour le diagnostic de la fibromyalgie, de sorte que cette affection était subjective (non observable par autrui) et les résultats des examens normaux. Cette maladie était donc inconnue de beaucoup de médecins. “ J’ai consulté quantité de médecins et dépensé des milliers de dollars avant qu’on se rende finalement compte, au bout de 25 ans, que je souffrais de fibromyalgie ”, soupire Rachel.
**

Traitement
Jusqu’à présent, on ne connaît aucun remède contre la fibromyalgie dont l’efficacité soit prouvée ; aussi s’attache-t-on généralement à traiter les symptômes, dont l’un des principaux est la douleur. La douleur, comme les autres symptômes, varie selon les individus et d’un jour à l’autre.
Pour ne rien arranger, les calmants et certaines thérapeutiques semblent ne plus agir avec le temps. Suggestion de Gayle Backstrom : “ Suspendez momentanément le traitement, et les médicaments retrouveront probablement leur efficacité pendant un temps. ” Bien entendu, il convient auparavant de consulter son médecin. Signalons aussi le risque d’accoutumance et d’effets secondaires indésirables. Ce qui fait dire à l’American College of Rheumatology que “ les analgésiques puissants sont à proscrire ”.
Le manque de sommeil récupérateur dû à la douleur et à d’autres facteurs est un deuxième symptôme très courant. Pour avoir moins mal, Mélanie dort sur un grand coussin et, pour couvrir les bruits extérieurs, elle compte sur le vrombissement d’un humidificateur. Les bouchons d’oreilles peuvent également se révéler utiles, ainsi qu’un molleton en mousse ou en caoutchouc alvéolé. “ Une fois que mes patients dorment mieux, leur réaction aux autres traitements est meilleure ”, explique Dwayne Ayers, un médecin de Caroline du Nord.
Selon le National Institute of Arthritis and Musculoskeletal and Skin Diseases, “ la combinaison des médicaments, de la relaxation, de la kinésithérapie et de l’activité physique peut être bénéfique au malade souffrant de fibromyalgie ”. Les massages, la maîtrise du stress et les exercices d’étirement sont d’autres thérapeutiques possibles. Néanmoins, l’activité physique peut sembler impossible à la personne atteinte de douleurs ou d’une fatigue chroniques. Voilà pourquoi certains recommandent un démarrage tout en douceur. Consultez impérativement votre médecin avant d’entreprendre tout programme d’exercice physique.
Si des séances de 20 à 30 minutes de sport sont trop pour vous, “ faites six marches de cinq minutes tous les jours, et vous verrez des résultats ”, dit Sharon Clark, médecin et chercheuse américaine, dans le bulletin Fibromyalgia Network de juillet 1997. Des exercices d’oxygénation modérés augmentent la production d’endorphines, améliorent la qualité du sommeil et oxygènent le corps.
Cependant, chaque individu est différent, de même que la gravité de chaque cas. “ J’ai bien du mal à marcher jusqu’au bout de mon allée et à en revenir, alors que mon amie, atteinte elle aussi de fibromyalgie, est capable de faire plus de un kilomètre ”, dit Hélène. La fibromyalgie ne se combat pas par la souffrance ; par contre, il est évident que le malade ne doit pas baisser les bras. Thierry, atteint à la fois de fibromyalgie et du syndrome de fatigue chronique, raconte : “ Au début, je ne pouvais pas faire plus d’une séance de vélo d’appartement par semaine, et elle ne durait que deux ou trois minutes. Maintenant, j’en fais trois ou quatre, et je peux pédaler plus de 20 minutes d’affilée. Mais, pour en arriver là, il m’a fallu plus de quatre ans. ”
La valeur de l’acupuncture, de la chiropraxie et d’autres approches non conventionnelles, ainsi que de la phytothérapie ou des compléments nutritionnels, fait l’objet d’un débat. Beaucoup jugent ces moyens bénéfiques dans leur cas, d’autres ne constatent aucune amélioration. Les chercheurs se penchent sur quelques-uns de ces traitements, mais leurs conclusions restent incertaines.
Parfois, les médicaments causent des épisodes de faim douloureuse, à moins que la nourriture ne devienne un moyen de combattre l’anxiété. Toutefois, plus on grossit, plus les muscles sont sollicités, et plus les douleurs augmentent. Si bien que votre médecin vous recommandera peut-être de perdre quelques kilos.
Un diagnostic de fibromyalgie peut susciter panique et colère. Cependant, il existe des moyens de combattre des sentiments normaux comme ceux-ci pour que personne n’ait à souffrir. Le chagrin est, lui aussi, fréquent. Il est naturel de s’affliger lorsqu’on perd quelque chose d’aussi précieux que la santé.
**
Fibromyalgie et travail
La fibromyalgie peut occasionner des difficultés au travail. Liliane occupait le même emploi depuis plusieurs années, mais à cause de sa santé, son travail lui coûtait de plus en plus. En parlant avec les responsables, elle a pu obtenir un emploi à temps partiel dans la même société, ce qui l’a quelque peu détendue. Et, à sa grande surprise, son salaire horaire a été augmenté.
Un spécialiste en rééducation ou un médecin du travail saura vous conseiller sur les moyens d’accomplir votre tâche en ménageant davantage votre corps. Roseline souffre moins depuis qu’elle a une chaise de bureau avec accoudoirs. Quant à Yvonne, on lui a recommandé de changer de siège et de bureau. Si toutefois un changement d’emploi s’impose, des organismes sont là pour vous aider.
**
Ce que les autres peuvent faire
Tous les membres de la famille, même les plus jeunes, peuvent s’informer sur la fibromyalgie. Ils comprendront alors que la bonne santé apparente du malade dissimule un mal chronique qui lui occasionne des douleurs et de la fatigue. Une bonne communication est également essentielle. “ Nous avons périodiquement des discussions en famille pour déterminer l’aide que chacun peut apporter ”, explique Jeanine. Pour garder le sourire malgré son état, le malade doit absolument apprendre à économiser son énergie tout en continuant à s’acquitter de ses tâches. Cela peut exiger de l’imagination et la coopération d’autrui. Là encore, un médecin du travail saura vous conseiller.
Vous pouvez aider un ami atteint de fibromyalgie en l’écoutant attentivement et sans le juger. Donnez à vos conversations une orientation positive en ne permettant pas à la maladie de dominer la discussion. Pour savoir que dire et ne pas dire, voyez l’encadré de la page 23. Si c’est vous qui souffrez de fibromyalgie, ayez plusieurs amis auprès de qui vous épancher ; vous éviterez ainsi d’épuiser quelqu’un avec vos problèmes. Et rappelez-vous que tout le monde ne sera pas toujours disposé à vous écouter parler de vos maux.
**
Sachez vous adapter
Il n’est pas toujours agréable de modifier ses habitudes, surtout quand on y est contraint. Notez cependant ces mots d’un spécialiste en rééducation fonctionnelle qui a aidé une centaine de malades atteints de fibromyalgie : “ J’essaie de leur faire comprendre qu’ils doivent accepter leur situation. Il leur faut aussi opérer certains changements dans leur vie et ne pas se laisser décourager par des rechutes ou des crises temporaires. En se prenant en main, en s’informant, en comprenant leur mal et en faisant de l’exercice, ils seront maîtres et non esclaves de leur fibromyalgie. ”
“ On a tendance à en faire plus les jours où on se sent mieux, mais il est plus raisonnable d’économiser son énergie pour le lendemain si l’on ne veut pas finir la semaine au lit ”, dit David, un malade. Néanmoins, vous préférerez parfois ne pas manquer tel événement ou telle occasion spéciale, quitte à souffrir après. Il n’est pas toujours judicieux de chercher à cacher son état, surtout à ceux qui se soucient de vous. Essayez également de cultiver l’humour. “ En général, je dors mieux quand j’ai bien ri ou que j’ai regardé une bonne comédie ”, constate André.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Weky

avatar


MessageSujet: Re: Fibromyalgie   Mar 1 Mar - 8:55

Votre alimentation peut-elle vous tuer ?
“ Une de vos artères coronaires est très obstruée ; l’obstruction est d’environ 95 % [...]. Actuellement vous risquez fort d’avoir une crise cardiaque. ”
JOE, qui n’a que 32 ans, écoute, incrédule, les paroles du cardiologue qu’il a consulté pour trouver l’origine de ses douleurs thoraciques. Presque la moitié de ceux qui mourront d’une maladie cardiovasculaire ne sont même pas conscients de leur état.
Comment Joe en est-il arrivé là ? ‘ Pendant 32 ans j’ai consommé comme tous les Américains une alimentation à base de viande et de lait, se lamente Joe. L’idée que cette façon de me nourrir pouvait être dangereuse pour ma santé ne m’a même pas effleuré. ’


Alimentation et maladies cardiovasculaires
Qu’est-ce qui n’allait pas dans l’alimentation de Joe ? En résumé, il consommait trop de cholestérol et de graisses, en particulier des graisses saturées. Presque tous les coups de fourchette qu’il a donnés depuis l’enfance l’ont préparé à une maladie coronarienne. Pour tout dire, une alimentation riche en graisse intervient dans cinq des dix principales causes de mortalité aux États-Unis. Les maladies coronariennes arrivent en tête de liste.
Le lien entre l’alimentation et les maladies cardiovasculaires ressort d’une étude menée dans sept pays sur 12 000 hommes âgés de 40 à 49 ans. Les différences marquées sont particulièrement révélatrices. L’étude montrait que la cholestérolémie des Finnois — chez qui 20 % des calories provenaient de graisses saturées — était élevée, alors que celle des Japonais — chez qui seulement 5 % des calories provenaient de graisses saturées — était faible. En outre, les Finnois étaient six fois plus sujets aux crises cardiaques que les Japonais !
Les maladies coronariennes ne sont cependant plus l’exception au Japon. Ces dernières années, le succès de la restauration rapide de type occidental a entraîné une augmentation de 800 % de la consommation de graisses animales. Les jeunes garçons japonais ont même désormais une cholestérolémie plus élevée que les jeunes Américains du même âge ! Manifestement, la graisse et le cholestérol alimentaires provoquent des maladies mortelles, en particulier cardiovasculaires.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Weky

avatar


MessageSujet: Re: Fibromyalgie   Mar 1 Mar - 8:55

Le rôle du cholestérol
Le cholestérol est un corps blanc et cireux indispensable à la vie. Il est présent dans les cellules humaines et animales. Notre foie fabrique du cholestérol, auquel s’ajoute celui qui est présent en quantités variables dans notre alimentation. Le sang transporte le cholestérol aux cellules dans des molécules appelées lipoprotéines, composées de cholestérol, de graisses et de protéines. Deux types de lipoprotéines transportent l’essentiel du cholestérol sanguin : les lipoprotéines de basse densité (LDL pour low-density lipoproteins) et les lipoprotéines de haute densité (HDL pour high-density lipoproteins).

Les LDL sont riches en cholestérol. Lorsqu’elles se trouvent dans la circulation sanguine, elles pénètrent dans les cellules par des récepteurs spécifiques des lipoprotéines situés sur la membrane cellulaire, puis elles sont décomposées pour les besoins de la cellule. La plupart des cellules humaines sont dotées de tels récepteurs, et elles prélèvent une partie des LDL. Mais le foie est conçu de telle sorte que, grâce à des récepteurs spécifiques des LDL, il extrait 70 % des LDL de la circulation sanguine.
Les HDL, de leur côté, sont des molécules avides de cholestérol. Lorsqu’elles circulent dans le sang, elles absorbent le cholestérol excédentaire et le transportent jusqu’au foie. Le foie le décompose et l’élimine du corps. Celui-ci est donc merveilleusement conçu pour utiliser le cholestérol dont il a besoin et pour se débarrasser du surplus.
Un problème se pose lorsqu’il y a trop de LDL dans le sang. Cet excès augmente le risque de développement de plaques d’athéromes sur les parois des artères. Lorsque cela se produit, la section de l’artère se rétrécit et le volume de sang oxygéné qui passe par elle diminue. C’est ce qu’on appelle l’athérosclérose. L’évolution est lente et silencieuse, les symptômes ne se manifestant qu’au bout de plusieurs dizaines d’années. Un de ces symptômes est l’angine de poitrine, qui provoque des douleurs thoraciques du genre de celles que Joe a éprouvées.

Lorsqu’une artère coronaire est complètement obstruée, souvent par un caillot sanguin, la partie du cœur qui est irriguée par cette artère meurt. Cela aboutit à un infarctus du myocarde (crise cardiaque), brutal et souvent mortel. Même une obstruction partielle d’une artère coronaire peut provoquer la mort d’une partie du tissu cardiaque, sans forcément se manifester par une douleur importante. L’obstruction d’une artère dans d’autres parties du corps peut provoquer des accidents vasculaires, la gangrène des jambes et même la perte de la fonction rénale.

Il n’est donc pas étonnant que les LDL soient qualifiées de mauvais cholestérol et les HDL de bon cholestérol. Si le taux de LDL est élevé, ou que celui de HDL soit bas, le risque de maladie cardiovasculaire est important. Une simple analyse de sang indiquera souvent les risques encourus bien avant que la personne n’éprouve de symptômes particuliers, comme l’angine de poitrine. Il est donc important de surveiller son taux de cholestérol. Voyons à présent comment l’alimentation peut affecter ce taux.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Weky

avatar


MessageSujet: Re: Fibromyalgie   Mar 1 Mar - 8:56

Cholestérol sanguin et alimentation
Le cholestérol entre naturellement dans la composition des aliments d’origine animale. La viande, les œufs, le poisson, la volaille et les produits laitiers contiennent tous du cholestérol. Les aliments d’origine végétale sont, quant à eux, sans cholestérol.
Le corps produit tout le cholestérol dont il a besoin, mais le cholestérol alimentaire vient s’y ajouter. La plus grande partie du cholestérol apporté par notre alimentation finit dans le foie. Habituellement, lorsque le cholestérol alimentaire pénètre dans le foie, celui-ci le traite et réduit sa propre production de cholestérol. Cette fonction permet de réguler la quantité de cholestérol sanguin.
Qu’arrive-t-il, cependant, si l’alimentation est si riche en cholestérol que le foie ne peut pas le traiter rapidement ? Le risque est alors plus grand que le cholestérol pénètre directement dans les cellules de la paroi artérielle, provoquant une athérosclérose. La situation est particulièrement dangereuse lorsque le corps continue à fabriquer la même quantité de cholestérol, quelle que soit la consommation de cholestérol alimentaire. Aux États-Unis, 1 personne sur 5 rencontre ce problème.
Il est donc sage de réduire sa consommation de cholestérol alimentaire. Mais un autre élément de l’alimentation a de plus grandes répercussions encore sur le taux de cholestérol sanguin : les graisses saturées.

Graisses et cholestérol
Il existe deux catégories de graisses : les saturées et les insaturées. Les graisses insaturées peuvent être soit mono-insaturées, soit polyinsaturées. Les graisses insaturées sont meilleures pour l’organisme que les saturées, dont la consommation élève le taux de cholestérol sanguin de deux façons : d’une part en favorisant la fabrication de cholestérol par le foie, et d’autre part en inhibant les récepteurs spécifiques des LDL des cellules du foie, ce qui réduit la vitesse à laquelle les LDL sont retirées de la circulation sanguine.
Les graisses saturées entrent principalement dans la composition des aliments d’origine animale comme le beurre, les jaunes d’œufs, le saindoux, le lait, la crème glacée, la viande et la volaille. On en trouve également dans le chocolat, dans la noix de coco et son huile, dans la matière grasse végétale et dans l’huile de palme. Les graisses saturées sont solides à température ambiante.
Les graisses insaturées, elles, sont liquides à température ambiante. Les aliments qui contiennent des graisses mono-insaturées et polyinsaturées peuvent contribuer à réduire le taux de cholestérol sanguin lorsqu’ils sont substitués à des aliments contenant des graisses saturées. Alors que les graisses polyinsaturées, qu’on trouve dans les huiles de maïs et de tournesol, réduisent à la fois le bon et le mauvais cholestérol, les graisses mono-insaturées, abondantes dans l’huile d’olive et dans l’huile de canola, réduisent le mauvais cholestérol sans affecter le bon.
Les graisses sont bien sûr nécessaires dans l’alimentation. Sans elles, par exemple, il ne serait pas possible d’assimiler les vitamines A, D, E et K. Cependant, les besoins du corps en graisse sont très réduits. Ils sont facilement comblés par la consommation de légumes, de légumineuses, de céréales et de fruits. Réduire au minimum la consommation de graisses saturées ne prive donc pas le corps des nutriments dont il a besoin.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Weky

avatar


MessageSujet: Re: Fibromyalgie   Mar 1 Mar - 8:58

Pourquoi réduire les graisses et le cholestérol ?
Une alimentation riche en graisses et en cholestérol élèvera-t-elle toujours le taux de cholestérol sanguin ? Pas nécessairement. Thomas, dont nous parlions dans l’article d’introduction, a décidé de faire une analyse de sang après son entretien avec Réveillez-vous ! Les résultats ont montré que sa cholestérolémie était dans la bonne fourchette. Son foie était manifestement capable de réguler son taux de cholestérol.
Cela ne signifie pas pour autant que Thomas ne court aucun risque. Des études récentes indiquent que le cholestérol alimentaire peut influer sur le risque de maladies coronariennes, indépendamment de ses effets sur le cholestérol sanguin. “ Les aliments riches en cholestérol prédisposent aux maladies cardiovasculaires, y compris en cas de faible cholestérolémie, dit le docteur Jeremiah Stamler, de la Northwestern University. Et c’est pourquoi tout le monde devrait veiller à consommer moins de cholestérol, quel que soit son taux de cholestérol sanguin. ”
Il faut aussi s’intéresser à la graisse dans l’alimentation. Trop de graisse dans le sang, qu’elle soit saturée ou insaturée, provoque une agglomération des globules rouges. Le sang ainsi épaissi ne passe plus dans les petits capillaires, ce qui prive les tissus des nutriments dont ils ont besoin. Les amas globulaires se déplaçant le long des artères perturbent l’oxygénation des parois artérielles, entraînant des lésions de surface sur lesquelles des plaques d’athéromes peuvent facilement se développer. Mais une consommation excessive de graisse présente un autre danger.

Cancer et alimentation
“ Toutes les graisses — saturées et insaturées — interviennent dans la croissance de certains types de cellules cancéreuses ”, dit le docteur John McDougall. Une enquête sur la fréquence du cancer colorectal et du cancer du sein au niveau international révèle d’inquiétantes différences entre les pays occidentaux, où l’alimentation est riche en graisses, et les pays en voie de développement. Ainsi, aux États-Unis par exemple, le cancer colorectal est le deuxième cancer le plus répandu, hommes et femmes confondus, alors que le cancer du sein est le plus courant chez les femmes.
Selon la Société américaine de cancérologie, les populations qui émigrent dans un pays où le taux de cancers est élevé finissent par présenter le même taux de cancers que leur pays d’accueil ; le délai dépend du temps qu’il leur aura fallu pour adopter leur nouveau mode de vie et leurs nouvelles habitudes alimentaires. “ Les immigrants japonais à Hawaii, lit-on dans le livre de cuisine de la Société américaine de cancérologie, se rapprochent du profil occidental en matière de cancer : un taux important de cancers du côlon et du sein, un faible taux de cancers de l’estomac — le contraire de ce qui se produit au Japon. ” Manifestement, le cancer a un rapport avec l’alimentation.
Si vous consommez beaucoup de graisses, de graisses saturées, de cholestérol et de calories, il faut y remédier. Une bonne alimentation peut préserver votre santé, voire réparer nombre de dommages provoqués par une mauvaise alimentation. Lorsqu’on la compare à une douloureuse opération de pontage, qui coûte souvent 200 000 francs ou plus, une bonne alimentation est assurément préférable.
En choisissant intelligemment ce que vous mangez, vous pouvez perdre du poids, être plus en forme et contribuer à éviter ou à faire reculer certaines maladies.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Weky

avatar


MessageSujet: Re: Fibromyalgie   Mar 1 Mar - 9:04

Âge, sexe et hérédité
Le risque de crise cardiaque augmente avec l’âge. Environ 55 % des personnes qui ont un accident cardiaque et 80 % de celles qui en meurent ont plus de 65 ans.
Chez les moins de 50 ans, les hommes sont plus menacés que les femmes. Après la ménopause, la baisse importante du taux d’œstrogènes (des hormones) fait augmenter le risque. Selon certaines estimations, l’œstrogénothérapie pourrait réduire le risque de maladies cardiovasculaires de 40 % ou plus (le risque de certains cancers, lui, semble augmenter).
L’hérédité joue un rôle décisif. Ceux dont les parents ont eu une crise cardiaque avant, ou même après, 50 ans sont plus menacés que les autres ; de même lorsque les troubles cardiaques sont fréquents dans la famille.

Le cholestérol
Le cholestérol, un lipide, est essentiel à la vie. Produit par le foie, il est apporté aux cellules par le sang dans des molécules appelées lipoprotéines. On distingue les lipoprotéines de basse densité (cholestérol LDL) des lipoprotéines de haute densité (cholestérol HDL). Le cholestérol devient un facteur de risque de maladie coronarienne quand il y a trop de cholestérol LDL dans le sang.
Le cholestérol HDL jouerait un rôle protecteur en ôtant le cholestérol des tissus pour le rapporter au foie, où il est transformé avant d’être éliminé. Un taux élevé de cholestérol LDL et faible de cholestérol HDL signifie un risque élevé de maladie cardiovasculaire. En abaissant le taux de cholestérol LDL, on réduit grandement ce risque. Le traitement passe nécessairement par une modification du régime alimentaire, et l’exercice peut aider. Divers médicaments produisent également des résultats, mais certains ont des effets secondaires indésirables.
Un régime alimentaire pauvre en cholestérol et en graisses saturées est recommandé. Le remplacement des aliments riches en graisses saturées, comme le beurre, par des aliments qui le sont moins, tels que l’huile de colza ou d’olive, peut réduire le taux de cholestérol LDL et préserver le cholestérol HDL. En revanche, les huiles végétales hydrogénées ou partiellement hydrogénées que l’on trouve dans la plupart des margarines et des succédanés du beurre d’origine végétale peuvent faire monter le taux de cholestérol LDL et baisser le taux de cholestérol HDL, lit-on dans l’American Journal of Public Health. Il est également conseillé de manger moins de viandes riches en graisse et de se rabattre sur le poulet ou la dinde.
Des études ont montré que la vitamine E, le bêta-carotène et la vitamine C ralentissent l’athérosclérose chez les animaux. Selon d’autres travaux, ils pourraient également réduire le risque de crise cardiaque chez l’homme. La consommation journalière de fruits et de légumes riches en bêta-carotène, en autres caroténoïdes ou en vitamine C, tels que la tomate, les légumes verts, le piment, la carotte, la patate douce et le melon, offrirait une protection contre l’athérosclérose.
La vitamine B6 et le magnésium seraient également bénéfiques ; de même les haricots et les lentilles, certaines graines et noix, ainsi que les céréales complètes comme l’orge et l’avoine. Enfin, la consommation au moins deux fois par semaine de poisson comme le saumon, le maquereau, le hareng ou le thon réduirait le risque d’athérosclérose, car ces aliments sont riches en acides gras polyinsaturés oméga-3.
**
Le manque d’exercice
Les personnes casanières sont plus sujettes que les autres aux crises cardiaques. Elles ne se dépensent guère de la journée et ne font qu’irrégulièrement de l’exercice. Chez elles, l’accident cardiaque survient souvent après un effort physique important : gros travaux de jardinage, jogging, soulèvement de lourdes charges, pelletage de la neige, etc. Le risque diminue quand on fait régulièrement de l’exercice.
Une marche rapide de 20 à 30 minutes trois ou quatre fois par semaine serait profitable. L’exercice physique régulier améliore les performances de la pompe cardiaque, fait perdre du poids et pourrait faire baisser le taux de cholestérol et la tension.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Weky

avatar


MessageSujet: Re: Fibromyalgie   Mar 1 Mar - 9:07

Hypertension, excès de poids et diabète
L’hypertension peut abîmer les parois des artères et permettre au cholestérol LDL de pénétrer le tissu conjonctif artériel, favorisant ainsi le développement de la plaque d’athérome. Plus la plaque d’athérome épaissit, plus il y a de résistance au passage du sang, et plus la tension monte.
L’hypertension ne se traduit parfois par aucun signe extérieur ; il faut donc prendre sa tension régulièrement. Chaque réduction d’une unité de la pression diastolique (le deuxième chiffre) peut correspondre à une réduction de 2 à 3 % du risque de crise cardiaque. Les médicaments contre l’hypertension peuvent être efficaces. Suivre un régime (et dans certains cas consommer moins de sel) tout en faisant régulièrement de l’exercice pour perdre du poids est également salutaire.
L’excès de poids favorise l’hypertension et les déséquilibres lipidiques. La prévention ou le traitement de l’obésité sont l’un des principaux moyens de prévenir le diabète. En accélérant la formation d’athérome, le diabète prédispose à la crise cardiaque.
**
Le tabac
La cigarette mène tout droit à la maladie coronarienne. Aux États-Unis, elle est directement responsable d’environ 20 % des décès par maladies cardiovasculaires et de près de 50 % des crises cardiaques chez les femmes de moins de 55 ans. Fumer accroît la tension et introduit dans le courant sanguin des substances chimiques toxiques néfastes aux artères, telles que la nicotine et l’oxyde de carbone.
Les fumeurs passifs sont, eux aussi, en danger. Des études ont montré que les non-fumeurs les plus sujets aux crises cardiaques sont ceux qui vivent avec des fumeurs. En rompant avec le tabac, on ne fait donc pas que se protéger : peut-être sauve-t-on la vie de ceux que l’on aime.

**
Le stress
Lorsque ses nerfs ou son esprit sont mis à rude épreuve, la personne atteinte de maladie coronarienne risque beaucoup plus d’avoir une crise cardiaque ou de mourir de mort subite qu’un individu aux artères saines. Une étude a montré que le stress peut provoquer une constriction des artères chargées d’athérome, et le flux sanguin en être réduit de 27 %. On a constaté un fort rétrécissement sur des artères même faiblement atteintes. D’autres travaux laissent à penser qu’un stress important peut créer un environnement propice à la rupture d’une plaque d’athérome, avec pour conséquence une crise cardiaque.
On lit dans Consumer Reports on Health : “ Certains semblent appréhender la vie d’une drôle de manière. Esprits désabusés, ils sont également coléreux. Alors que la plupart d’entre nous passons sur les petites causes d’irritation, les individus agressifs, eux, ont une réaction excessive. ” Un tempérament coléreux ou agressif élève la tension, accroît la fréquence cardiaque et stimule le déversement par le foie de cholestérol dans le courant sanguin. Cela altère les artères coronaires et contribue à la maladie coronarienne. Un accès de colère doublerait le risque de crise cardiaque, un risque qui resterait très élevé durant au moins deux heures. Que faire ?
Pour le professeur Murray Mittleman, dont le New York Times rapporte les propos, les personnes qui essaient de rester calmes lors des conflits d’ordre affectif seraient moins souvent victimes d’une crise cardiaque. Voilà qui rappelle ces mots consignés dans la Bible il y a des siècles : “ Un cœur calme est la vie de l’organisme de chair. ” — Proverbes 14:30.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fibromyalgie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fibromyalgie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fibromyalgie

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CATHYIMAGES :: QUE CHOISIR &SANTE & MALADIES & NUTRITION :: SANTE & DIVERS MALADIES & SOIN-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: