CATHYIMAGES


CATHYIMAGES

IMAGES DIVERS ,NATURE,FEMMES ,HOMMES,ENFANTS,VILES, PAYS, ACTEURS, CHANTEURS, NCIS.
 
Accueilhttps://www.catCalendrierÉvènementsPublicationsFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» MACRON ACTUALITE
Aujourd'hui à 20:57 par Stiven

» LE DIABÈTE
Aujourd'hui à 8:23 par Hollden

» RHEUMATISME
Aujourd'hui à 8:15 par Hollden

» MACRON
Hier à 20:03 par Stiven

» INFO ACTU
Hier à 19:48 par Stiven

» REX CHIEN FLIC
Hier à 18:29 par Gabriel10

» CANNABIS ET D'AUTRE SUBSTANCES
Sam 22 Sep - 20:47 par Marck53

» ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS
Sam 22 Sep - 19:54 par Marck53

» Neo-Nutrition
Sam 22 Sep - 15:56 par Hollden

Septembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
CalendrierCalendrier
Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Google+Suivre Forumactif sur Google+Suivre Forumactif sur Pinterest




Portail
Index
Membres
Profil
FAQ
Rechercher
Forum

Partagez | 
 

 ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, ... 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
Sneki2

avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS   Jeu 9 Mar - 19:42

S’ÉQUIPER SI CE N’EST DÉJÀ FAIT

Les statistiques de la Sécurité civile sur 2015 sont moins optimistes. Les incendies d’habitation ont augmenté, le nombre de décès aussi. « Mais il s’agit de tous les feux d’habitation, explique le capitaine Céline Guilbert, en charge de la prévention des risques à la Fédération nationale des sapeurs-pompiers, et la grande majorité des interventions a lieu le jour. On ne pourra mesurer les effets des détecteurs de fumée qu’à long terme. En revanche, au quotidien, les sapeurs-pompiers constatent que des personnes ont pu se mettre en sécurité parce qu’elles ont été réveillées par l’alarme du détecteur. On évite des drames à coup sûr. Il faut impérativement s’équiper si ce n’est déjà fait. »
Mais, selon les témoignages reçus à Que Choisir, il y a trop de déclenchements intempestifs, y compris avec des modèles NF, les seuls recommandables. « Nous sommes plus sollicités qu’avant, reconnaît Céline Guilbert. En cas d’absence, si le détecteur sonne, les voisins s’inquiètent et, dans le doute, on intervient. On préfère être dérangés pour un déclenchement intempestif plutôt que venir éteindre un incendie et trouver des victimes. » Les particuliers, eux, réparent leur porte et se débarrassent du maudit détecteur ! Il reste des progrès à faire en matière de sensibilité des matériels et pour leur entretien.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Sneki2

avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS   Jeu 9 Mar - 19:43

QUELQUES RAPPELS UTILES

Achat et entretien

  • Acheter un détecteur de fumée NF, car le marquage CE ne suffit pas.

  • Privilégier un détecteur NF doté de piles à longue durée de vie (5, voire 10 ans), en prenant soin de vérifier leur date de péremption en magasin pour ne pas tomber sur un vieux modèle. Cette longévité permet d’éviter les alertes relatives aux piles, qui sont parfois confondues avec l’alarme elle-même.

  • Installer un détecteur : vous pouvez consulter notre vidéo mode d’emploi.

  • Reconnaître l’alerte piles : elle fait des bips très brefs et répétitifs, alors que l’alarme est puissante et continue.

  • Dépoussiérer régulièrement le détecteur. La poussière peut déclencher l’alarme.


 
Savoir réagir en cas d’incendie 
Être réveillé à temps c’est bien mais, si on se précipite dans un escalier ou un couloir enfumés, c’est mortel.

  • Il faut rester confiné si le feu a pris en dehors de la pièce ou de l’appartement. On n’a aucune chance de s’en sortir en allant dans l’espace enfumé.

  • Si le feu prend dans la pièce ou dans l’appartement, il faut l’évacuer en fermant bien la porte derrière soi pour y contenir la fumée toxique pendant un maximum de temps.

  • S’entraîner quand tout va bien pour acquérir les bons réflexes peut éviter un drame. On retrouvera les conduites à adopter sur http://www.pompiers.fr/grand-public/prevention-des-risques/incendies-domestiques.


Admin

Revenir en haut Aller en bas
Sneki2

avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS   Jeu 9 Mar - 19:52

Selon le code de la consommation (art. R. 631-3), le particulier confronté à un litige peut se tourner vers la juridiction du lieu où il a signé son contrat, souvent le domicile (achat du billet sur Internet) ou un endroit proche. Mais lorsque le consommateur assigne une compagnie aérienne à la suite, par exemple, d’un retard ou d’une annulation de vol, cette règle ne peut désormais plus jouer.
Saisie par Air France et Air Canada, la Cour de cassation considère en effet dans trois arrêts récents (1) que « les passagers français pourront soit saisir le tribunal du siège social de la compagnie, soit le tribunal du lieu de départ ou d’arrivée du vol ». Pour la Cour, les contrats de transport, autres que ceux combinant voyage et hébergement, ne sont pas concernés par les règles de compétence du code de la consommation.
Voilà qui va quelque peu compliquer la vie des passagers. Même si des progrès notables ont été constatés, les compagnies traînent encore trop des pieds pour leur accorder les indemnisations réclamées alors même que celles-ci sont légitimes. Une situation qui explique le succès d’Indemnit’air mis en place par l’UFC-Que Choisir. Un service qui se charge de constituer et de porter le dossier de demande d’indemnité auprès de la compagnie pour le compte des passagers.
Avec cette nouvelle donne, de nombreux voyageurs hésiteront probablement à aller au contentieux en cas de désaccord persistant avec le transporteur aérien, le lieu de départ ou d’arrivée du vol pouvant être loin de chez lui. Par ailleurs, les compagnies étrangères ne disposent pas toujours d’une réelle représentation juridique en France, ce qui oblige le consommateur à devoir engager une action hors de nos frontières. Une procédure fastidieuse, au résultat incertain.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Marck53
Marck53
Marck53
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS   Jeu 9 Mar - 23:31

Marck53 a écrit:

Comparatif Fournisseurs de gaz
Publié le : 24/06/2016 

Test portant sur 9 opérateurs






Rester au tarif réglementé du gaz chez GDF Suez ? Lui préférer une de ses offres en prix de marché ou encore passer chez un fournisseur alternatif de gaz ? Pas facile de s’y retrouver, l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence a sérieusement compliqué la donne pour les consommateurs. D’autant que si on décide de quitter le tarif réglementé, il faut choisir entre prix fixe et prix indexé, durée libre ou contrat sur 1 an, 2 ans 3 voire 4 ans. De plus, contrairement au prix de l’électricité, le tarif du gaz varie d’un mois à l’autre, à la hausse ou à la baisse selon la saison. Autant changer de fournisseur de gaz au bon moment. Pour vous aider à trouver le tarif de gaz le plus compétitif et le meilleur contrat, Que Choisir a recensé toutes les offres commerciales des fournisseurs de gaz présents sur le marché du particulier. Notre comparateur vous fournit le montant de votre facture pour chacune de ces offres, en précisant l’économie ou le surcoût qu’elle représente par rapport à ce que vous payez en tarif réglementé. En consultant notre palmarès exclusif, vous avez accès à notre analyse juridique des contrats en cliquant sur l’onglet « Évaluation », ainsi qu’à notre expertise des offres sous l’onglet « L’avis du testeur ».

Accédez aux résultats du comparatif Fournisseurs de gaz


[size=31]Comparatif Fournisseurs de gaz[/size]
Publié le : 09/03/2017 

Test portant sur 10 opérateurs




Rester au tarif réglementé du gaz chez Engie ? Lui préférer une de ses offres en prix de marché ou encore passer chez un fournisseur alternatif de gaz ? Pas facile de s’y retrouver, l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence a sérieusement compliqué la donne pour les consommateurs. D’autant que si on décide de quitter le tarif réglementé, il faut choisir entre prix fixe et prix indexé, durée libre ou contrat sur 1, 2, 3 ou 4 ans. De plus, contrairement au prix de l’électricité, le tarif du gaz varie d’un mois à l’autre, à la hausse ou à la baisse selon la saison. Autant changer de fournisseur de gaz au bon moment. Pour vous aider à trouver le tarif de gaz le plus compétitif et le meilleur contrat, Que Choisir a recensé toutes les offres commerciales des fournisseurs de gaz présents sur le marché du particulier. Notre comparateur vous fournit le montant de votre facture pour chacune de ces offres, en précisant l’économie ou le surcoût qu’elle représente par rapport à ce que vous payez en tarif réglementé. En consultant notre palmarès exclusif, vous avez accès à notre analyse juridique des contrats en cliquant sur l’onglet « Évaluation », ainsi qu’à notre expertise des offres sous l’onglet « L’avis du testeur ».

Les produits ou services sont classés selon l’appréciation globale obtenue lors de nos tests, à partir d’un protocole établi par nos experts. La sélection de produits ou services est représentative du marché, bien que non-exhaustive. À l’exception des autorisations données par Bureau Veritas Certification conformément aux règles de La Note Que Choisir, les résultats de nos tests et enquêtes ne peuvent faire l’objet d’aucune exploitation commerciale ou publicitaire. L’UFC-Que Choisir ne perçoit aucune rémunération en raison du référencement des offres de biens ou services comparés.
https://www.quechoisir.org/comparatif-fournisseurs-de-gaz-n791/?utm_medium=email&utm_source=nlh&utm_campaign=nlh170309#

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Stiven
Stiven
Stiven
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS   Jeu 16 Mar - 13:24

Démarchage téléphonique Les parlementaires à la rescousse
Publié le : 11/03/2017
Suite à l’enquête de l’UFC-Que Choisir sur le démarchage téléphonique et au lancement de la pétition Stop au harcèlement, 180 députés et sénateurs ont demandé au gouvernement ce qu’il comptait faire pour mettre fin à ces dérives.


Le 31 janvier dernier, l’UFC-Que Choisir révélait les résultats d’une grande enquête dévoilant l’ampleur du démarchage par téléphone en France, pointant du doigt le ras-le-bol des consommateurs et dénonçant l’inefficacité du dispositif Bloctel censé empêcher les appels à vocation commerciale. Dans le même temps, une pétition baptisée « Démarchage téléphonique : Stop au harcèlement » était lancée sur la plate-forme Change.org. Un mois et demi plus tard, plus de 93 000 signatures avaient été récoltées. L’UFC-Que Choisir a par ailleurs saisi la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) pour qu’elle renforce les contrôles et demandé à l’Autorité de régulation des télécoms (Arcep) d’examiner la possibilité de mettre en place des mesures techniques pour mieux identifier les appels commerciaux.
Les premiers effets de cette campagne ne se sont pas fait attendre. Le 23 février, à l’occasion du bilan 2016 de l’action de la DGCCRF, la secrétaire d’État à la Consommation Martine Pinville indiquait que 50 sociétés avaient fait l’objet de poursuites et que la moitié d’entre elles avaient écopé d’amendes, sans toutefois dévoiler les noms des contrevenants ni les montants des amendes. La ministre annonçait par ailleurs le renforcement des contrôles à l’encontre des sociétés continuant à appeler les numéros figurant sur la liste Bloctel.
En parallèle, plus de 120 députés et 60 sénateurs de tous groupes politiques se sont appuyés sur les données de l’UFC-Que Choisir pour alerter le gouvernement sur le ras-le-bol de leurs administrés vis-à-vis du démarchage téléphonique et sur le manque d’efficacité du système Bloctel. Chacun d’entre eux a déposé une question officielle visant à demander au gouvernement de préciser ses intentions en matière de lutte contre le démarchage téléphonique. À l’heure actuelle, aucune réponse n’a été apportée.
Le combat contre le démarchage est loin d’être gagné. Pour que nos demandes se concrétisent, n’hésitez pas à signer notre pétition et à demander à vos proches de le faire. Quant à la liste Bloctel, elle reste, malgré ses lacunes, le meilleur outil de lutte contre les appels commerciaux, même si d’autres solutions existent.

Cyril Brosset

cbrosset@quechoisir.org

Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Stiven
Stiven
Stiven
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS   Jeu 16 Mar - 13:30

À PART BLOCTEL, QUELLES SONT LES AUTRES SOLUTIONS POUR LIMITER LE DÉMARCHAGE PAR TÉLÉPHONE ?

Vous pouvez demander à votre opérateur que vos ­coordonnées ne figurent pas dans les annuaires ou que celles-ci ne soient pas utilisées à des fins commerciales. Par ailleurs, le fait de répondre à un démarcheur que le titulaire de la ligne est décédé ou que vous êtes locataire peut, dans certains cas, vous éviter d’être recontacté. Enfin, Free et SFR proposent chacun une option gratuite de filtrage des appels non sollicités (efficacité non garantie).
 

LE NUMÉRO QUI S’AFFICHE IDENTIFIE-T-IL VRAIMENT LA SOCIÉTÉ QUI M’APPELLE ?

Depuis la loi Hamon de 2014, les sociétés pratiquant le démarchage téléphonique n’ont plus le droit de passer des appels en numéro masqué. Si la plupart se soumettent à cette obligation, d’autres parviennent à afficher sur le téléphone du destinataire un autre numéro que le leur, afin de ne pas être identifiées ou de cacher le fait qu’elles appellent de l’étranger. Bien qu’illégale, cette technique, appelée « spoofing », est assez répandue et facile à mettre en œuvre.
 

POURQUOI, ALORS QUE MON TÉLÉPHONE A SONNÉ, PERSONNE NE RÉPOND LORSQUE JE DÉCROCHE ?

Afin de limiter au maximum les pertes de temps, des sociétés de télémarketing ont recours à des systèmes de gestion des appels qui se chargent de composer automatiquement le numéro du destinataire avant qu’un téléopérateur ne soit disponible. Il peut arriver qu’aucun conseiller ne soit en mesure de prendre l’appel au moment où le destinataire décroche. Ce dernier se retrouve alors sans personne au bout du fil.
 

J’AI SOUSCRIT UNE OFFRE À LA SUITE D’UN DÉMARCHAGE PAR TÉLÉPHONE. À PARTIR DE QUEL MOMENT SUIS-JE ENGAGÉ ?

Le professionnel est tenu de vous faire parvenir une confirmation écrite de l’offre reprenant un certain nombre d’informations telles que son identité et ses coordonnées, le détail de l’offre, les tarifs, l’existence d’un droit de rétractation, la juridiction compétente en cas de conflit, etc. Vous ne serez engagé qu’après avoir signé et renvoyé l’offre ou donné votre consentement par voie électronique.
 

APRÈS M’AVOIR DÉMARCHÉ PAR TÉLÉPHONE, UN COMMERCIAL EST VENU CHEZ MOI ET M’A VENDU DES FENÊTRES. PUIS-JE ME RÉTRACTER ?

Vous disposez de 14 jours pour renoncer à votre achat sans qu’aucuns frais ne puissent vous être facturés. Le vendeur est d’ailleurs tenu de vous remettre un bon de rétractation au moment de la signature. En outre, il ne peut encaisser aucun paiement pendant 7 jours. En cas d’abus de faiblesse, l’entreprise est passible d’une amende de 375 000 €.

TOUT SUR LE DÉMARCHAGE




Cyril Brosset

cbrosset@quechoisir.org

Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Marck53
Marck53
Marck53
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS   Ven 24 Mar - 21:15

Sécurité des capsules de lessive Leader Price
 

L’UFC-Que Choisir exige leur rappel !


Publié le : 21/03/201


Alarmée lors d’un de ses tests en laboratoire par la non-conformité criante des capsules de doses solubles de Leader Price aux normes européennes de sécurité, destinées à protéger les jeunes enfants, l’UFC-Que Choisir, face à la faiblesse de la réaction de l’enseigne, exige le retrait et le rappel immédiat de ces capsules de lessive et saisit la Répression des fraudes (DGCCRF) pour qu’une action de grande ampleur soit lancée sur ce marché en pleine croissance.
 

En 2014, les centres antipoison et de toxicovigilance tiraient la sonnette d’alarme quant au nombre croissant d’accidents causés par les dosettes de lessive liquide qui attirent les enfants en bas âge en raison de leur forme et de leur couleur. La réglementation européenne (règlement n° 1297/2014) a donc imposé des normes supplémentaires de protection, et notamment le fait que les écodoses doivent résister « à une compression mécanique d'au moins 300 N dans des conditions d'essai normales ». Or, à l’occasion de son dernier test sur les lessives, dont la mise à jour sera prochainement disponible en ligne, l’UFC-Que Choisir a constaté que les doses solubles de Leader Price échouaient cruellement sur ce critère.
Lors d’une première salve de test, 7 capsules Leader Price sur 24 ont rompu à des compressions inférieures à 300 N (1). Répété sur un second lot acheté deux mois plus tard, le test a abouti à l’échec sur ce même critère de 11 produits sur 24 (2) ! Le département des Essais comparatifs de l’UFC-Que Choisir a immédiatement contacté le service qualité de Franprix-Leader Price. Si la filiale du groupe Casino nous a indiqué avoir suspendu la commercialisation de ce produit suite à notre alerte, elle n’a pas souhaité procéder à un rappel, arguant respecter les autres critères de sécurité du règlement européen. Face à la gravité du défaut de sécurité, la faiblesse de la réponse est inacceptable. Faut-il rappeler que, dans ce genre de situation, l’article L. 423-2 du code de la consommation impose au producteur « d'engager les actions nécessaires pour maîtriser ces risques, y compris le retrait du marché, la mise en garde adéquate et efficace des consommateurs ainsi que le rappel auprès des consommateurs des produits mis sur le marché » ?
Plus généralement, alors que le marché des capsules de lessive est en plein essor (+5,1 % en 2016), le cas Leader Price ne doit pas être l’arbre qui cache la forêt et invite à ce que les contrôles soient renforcés.
Décidée à garantir la sécurité des consommateurs, particulièrement celle des plus jeunes, l’UFC-Que Choisir exige immédiatement, au-delà du retrait, des mesures significatives de rappel des capsules de Leader Price. L’association saisit donc la DGCCRF sur ce dossier en lui demandant par ailleurs de diligenter sans délai un contrôle du marché des capsules de lessive pour vérifier leur parfaite conformité à la réglementation européenne.

NOTES

(1) Les produits (code-barres 3263854044140, lot L-X6169B 21:20) ont échoué à des compressions de 164 N, 248 N, 285 N, 131 N, 72 N, 287 N et 225 N.
(2) Les produits (code-barres 3263854044140, lot L-X6298D 09:29) ont échoué à des compressions de 182 N, 191 N, 264 N, 218 N, 211 N, 242 N, 120 N, 178 N, 155 N, 102 N et 193 N.



admin

Je n'étais pas contente avec de telle produit qui colle au vêtement et impossible de l’effacer.. Quelle perte..

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Marck53
Marck53
Marck53
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS   Ven 24 Mar - 21:36

Réseaux sociaux
 

Facebook, Twitter et Google+ ont un mois pour faire le ménage


Publié le : 22/03/2017 


admin  EST BIEN D ACCORDS...


L’Union européenne vient d’accorder un délai d’un mois à Facebook, Twitter et Google+ afin que ces trois réseaux sociaux proposent des mesures concrètes dans deux domaines : la lutte contre la fraude et les escroqueries qui pullulent sur leurs pages, et la modification des clauses abusives qui polluent leurs conditions d’utilisation.




Les discussions vont bon train, mais l’Union européenne (UE) attend désormais des actes. Après avoir adressé un courrier à Facebook, Twitter et Google+ au mois de novembre 2016, puis avoir rencontré les trois réseaux sociaux il y a quelques jours, l’Union européenne les somme désormais de proposer des mesures concrètes sur les deux sujets qui la préoccupent : les arnaques présentes en masse sur leurs pages et les clauses abusives qui polluent leurs conditions d’utilisation. L’Europe leur accorde un délai d’un mois. Elle jugera alors si leurs propositions sont satisfaisantes, faute de quoi elle pourrait, « en dernier recours », appliquer des sanctions.

LUTTER CONTRE LES ESCROQUERIES


Non, vous n’avez pas gagné un iPhone à 1 €. Et non, ce n’est pas un de vos amis qui vous demande d’appeler un numéro en 0899 pour l’aider à débloquer son téléphone. Le plus souvent, ce type d’arnaque cache des pièges à l’abonnement, des paiements indus ou même de fausses promotions. Ne vous laissez pas berner, vous y laisserez des plumes à coup sûr ! Parce qu’ils sont très populaires, les réseaux sociaux constituent désormais un terrain de jeu idéal pour les escrocs. Les autorités européennes de protection des consommateurs (la DGCCRF en France), réunies au sein de la CPC (Consumer Protection Cooperation), affirment recevoir de plus en plus de plaintes. L’UE demande donc aux réseaux sociaux de créer une adresse e-mail de contact direct à disposition de la DGCCRF et de ses homologues européens pour faciliter le signalement de ces pratiques. Difficile d’imaginer un refus de Facebook, Twitter et Google+ sur une si simple requête, d’autant que le droit européen les y contraint (art. 5 de la directive E-commerce 2000/31/CE).

STOP AUX CLAUSES ILLICITES


Facebook, Twitter et Google+ vont également devoir se plier à la réglementation européenne sur les droits des consommateurs. Les réseaux enfreignent en effet sur plusieurs points la directive sur les clauses abusives dans les contrats (93/13/CEE). Concrètement, ils vont devoir modifier leurs conditions d’utilisation de sorte qu’elles ne privent pas les consommateurs de leur droit de saisir la justice dans leur État membre de résidence. Par ailleurs, ces conditions ne pourront plus limiter ou exclure totalement la responsabilité des réseaux sociaux en ce qui concerne l’exécution du service, ni être modifiées sans information claire aux consommateurs (et ouvrant droit à annulation du contrat). L’UFC-Que Choisir milite depuis des années pour une clarification des conditions générales d’utilisation des réseaux sociaux. Une procédure judiciaire est en cours depuis mars 2014. Puisse cette nouvelle mise en demeure de l’Union européenne accélérer la modification de ces textes illisibles. Réponse dans un mois.


Camille Gruhier

cgruhier

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Marck53
Marck53
Marck53
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS   Ven 24 Mar - 21:42

VOILA DEPUIS PAS MAL DE TEMPS QU'ON SE REND BIEN COMPTE  DÉSORDRE QUI CIRCULE.. A SE DEMANDE QUI EST ESCROCS ET QUI EST UN BON SERVITEURS...

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Stiven
Stiven
Stiven
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS   Jeu 6 Avr - 17:30


Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Marck53
Marck53
Marck53
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS   Ven 7 Avr - 21:24

Dépannage à domicile
 

Les limites du nouvel arrêté


Publié le : 01/04/2017 
C’est aujourd’hui qu’entre en vigueur l’arrêté du 24 janvier 2017 « relatif à la publicité des prix des prestations de dépannage, de réparation et d’entretien » fournies au domicile du consommateur. Mais il n’est pas certain qu’il réussisse à faire disparaître les arnaques, fréquentes dans le secteur du dépannage à domicile…




Les dépannages et autres travaux effectués au domicile du consommateur sont désormais – du moins sur le papier – mieux encadrés. C’est aujourd’hui, 1er avril, qu’entre en vigueur l’arrêté du 24 janvier 2017. Il remplace l’arrêté du 2 mars 1990 qui s’appliquait jusque-là.

Le nouveau texte « relatif à la publicité des prix des prestations de dépannage, de réparation et d’entretien dans le secteur du bâtiment et de l’équipement de la maison » vise à renforcer l’information du consommateur qui sollicite les entreprises travaillant dans ce secteur.

Elles doivent désormais afficher en magasin et sur leur site Internet (si elles en ont un) les taux horaires TTC de main-d’œuvre, les modalités de décompte du temps estimé, les prix TTC des différentes prestations forfaitaires proposées, les éventuels frais de déplacement, le caractère payant (et, dès lors, son coût) ou non du devis et, le cas échéant, toute autre condition de rémunération.

Une fois chez le client, les obligations liées au devis sont réaffirmées. Avant le début de toute intervention, l’entreprise est tenue d’en établir un, précis et fourni. Doit notamment y figurer « le décompte détaillé, en quantité et en prix, de chaque prestation et produit [les pièces, ndlr] nécessaire à l’opération prévue ».

Une fois les travaux achevés, une facture est obligatoirement remise au consommateur si le coût est supérieur ou égal à 25 €. En dessous de ce seuil, cela peut n’être fait qu’à la demande du client.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Marck53
Marck53
Marck53
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS   Ven 7 Avr - 21:25

L’HABILITÉ ET LA FORCE DE PERSUASION DES DÉPANNEURS

Cette nouvelle réglementation permettra-t-elle de faire cesser les abus, nombreux dans le cadre d’un dépannage à domicile, comme l’attestent les plaintes qui parviennent régulièrement à Que Choisir ? Lorsque le consommateur est confronté à un problème de serrure (fonctionnement défectueux, porte claquée avec les clés laissées à l’intérieur…), de plomberie (fuite d’eau, évier bouché…) ou d’électricité (alimentation coupée, court-circuit…), il se trouve souvent en situation d’urgence réelle ou supposée. Au point, parfois, d’en perdre toute lucidité.
Avec une certaine habilité et une bonne force de persuasion, certains dépanneurs à domicile peuvent alors effectuer des travaux inutiles à des tarifs prohibitifs (installation d’une nouvelle chasse d’eau alors qu’il suffisait simplement de changer un joint, serrure détruite alors que la porte pouvait être ouverte avec une radio ou une carte bancaire…). Et lorsque le particulier se rend compte qu’il s’est fait avoir (encore faut-il qu’il en ait conscience), il est souvent trop tard. L’intervenant est parti avec le chèque… qu’il a ensuite vite déposé sur son compte !
Rapporter la preuve d’un tel abus n’est pas simple. Ainsi, il est fréquent qu’un réparateur fasse signer le devis au consommateur une fois les travaux terminés, en même temps qu’il lui remet la note à payer. Ni vu, ni connu, les apparences de la légalité sont respectées. À moins de mettre un policier derrière tout dépanneur, de telles dérives (comme d’autres) devraient continuer de parasiter le secteur du dépannage à domicile en dépit de ces nouvelles règles légales. En résumé, l’UFC-Que Choisir estime que les « arnaqueurs » les contourneront, comme ils l’ont fait avec les précédentes !

QUELQUES CONSEILS

Face à une serrure bloquée en pleine nuit ou à une fuite d’eau survenue un dimanche, on conseillera au consommateur de surtout garder son sang-froid ! Plutôt que de composer le numéro de téléphone figurant sur la petite carte glissée par un dépanneur dans la boîte aux lettres, il est préférable d’attendre les heures d’ouverture d’un artisan de quartier ayant pignon sur rue… et de bonne réputation. Et, en attendant, d’aller dormir à l’hôtel ou de couper l’eau, quitte à faire l’impasse sur sa douche quotidienne. Au bout du compte, le calcul sera probablement payant.
Si, malgré tout, un dépanneur a été appelé, il convient de le cadrer le plus possible, d’exiger des explications et, bien évidemment, un devis avant qu’il ne touche à quoi que ce soit !

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Marck53
Marck53
Marck53
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS   Ven 7 Avr - 21:26

Dépannage à domicile
 

Toujours autant d’escrocs


Publié le : 02/10/2016 
La secrétaire d’État à la consommation Martine Pinville a lancé la nouvelle campagne nationale de la DGCCRF « Faites-vous dépanner, pas arnaquer » pour informer et prévenir les consommateurs. C’est une très bonne initiative mais aussi un aveu d’impuissance.




Publicités trompeuses, pratiques commerciales agressives, montants prohibitifs facturés à coup sûr, les méthodes crapuleuses des réseaux de dépanneurs à domicile sont connues et Que Choisir les dénonce régulièrement, pourtant ils continuent à sévir et à engranger des fortunes mal acquises.

C’est que face à une porte d’entrée malencontreusement claquée ou à des clés perdues, à des WC bouchés ou à un dégorgement d’eaux usées à son domicile, tout individu normalement constitué perd facilement son sang-froid. Il devient alors pour un moment la proie rêvée des professionnels du dépannage d’urgence, l’arnaque touche tous les milieux, toutes les classes d’âge.

Que Choisir a enquêté, décrypté les pratiques frauduleuses, donné les solutions pour échapper aux profiteurs, indiqué les tarifs acceptables pour une intervention, listé des réseaux d’entreprises à fuir. Cette nouvelle campagne nationale de la DGCCRF fournit elle aussi des conseils pratiques précieux, et elle a l’immense mérite de toucher l’ensemble de la population.

Mais de la part des pouvoirs publics, Que Choisir aurait aimé plus. Mettre en garde c’est bien, traquer les réseaux de dépannage sans relâche et surtout les empêcher de continuer à arnaquer les ménages ce serait encore mieux. Or si les DDPP, les services départementaux de la DGCCRF, enquêtent, dressent des procès-verbaux puis les transmettent aux tribunaux, les réseaux continuent à arnaquer durant toute cette procédure, puis une fois condamnés ils se reconstituent sous d’autres noms. C’est une course sans fin avec un éternel perdant, le consommateur. Les appeler à la vigilance ne suffira pas à régler le problème des arnaques du dépannage à domicile.

LES RÈGLES INCONTOURNABLES POUR SE PROTÉGER


  • Jeter tous les cartons publicitaires ou soi-disant « officiels » trouvés dans sa boîte aux lettres.
  • Éviter d’aller sur Internet pour chercher un pro du dépannage. En tapant dépannage, serrurier ou plombier, on tombe rarement sur les professionnels honnêtes.
  • Entrer les coordonnées de son plombier et d’un vrai serrurier compétent dans son téléphone portable pour savoir qui appeler en cas de catastrophe.
  • Passer la nuit chez des proches ou à l’hôtel plutôt qu’appeler un serrurier au hasard.
  • Fermer le robinet d’arrivée d’eau de son logement si son plombier n’est pas disponible aussitôt au lieu de faire intervenir n’importe qui.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Stiven
Stiven
Stiven
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS   Sam 8 Avr - 14:33

Homologation des véhicules

Réforme en demi-teinte en Europe et enlisement en France

Publié le : 04/04/2017
Alors que le Parlement européen a adopté aujourd’hui un texte fondamental réformant les règles d’homologation des véhicules dans l’Union européenne, l’UFC-Que Choisir, le Réseau Action Climat et France Nature Environnement regrettent que les législateurs européens ne soient pas allés au bout de la réforme et aient rejeté la création d’une véritable agence européenne de surveillance du marché. Nos associations attendent des États, dont la France, de tirer pleinement les enseignements du scandale du dieselgate.




Un cadre réglementaire défaillant : Pour rappel, début septembre 2015, le groupe Volkswagen a reconnu aux États-Unis avoir équipé certains de ses moteurs diesel d’un logiciel truqué capable de reconnaître le passage du test et de modifier le comportement du moteur. Si les consommateurs américains ont été indemnisés, en Europe, le groupe Volkswagen a refusé jusqu’à présent toute compensation pour les consommateurs affectés, alors même que certains de ses véhicules dépassent de loin les normes européennes en matière d’oxyde d’azote (NOx). Le constructeur s’est appuyé sur les lacunes de la réglementation européenne et le flou entourant l’usage d’un « dispositif d’invalidation » lors des tests.

Par ailleurs, les tests effectués par la Commission technique indépendante mise en place par la Ministre de l’écologie et de l’environnement en juillet 2016 (dite Commission « Royal »), ont démontré les écarts d’autres constructeurs avec la norme européenne en conditions réelles, mettant en évidence le besoin d’une réforme structurelle du système de test. Les défaillances de celui-ci ont également un impact sur les changements climatiques, les émissions de CO2 des véhicules étant en moyenne 42% supérieures en conditions réelles par rapport aux émissions affichées1.

Dans ce contexte, nos trois associations ont appelé dès le départ à une réforme la plus ambitieuse possible de la législation concernant les règles d'homologation des véhicules.

Au niveau européen, des avancées indéniables, mais un manque d’ambition : Le texte adopté aujourd’hui contribuera nécessairement à une amélioration du système existant : inclusion d’objectifs annuels quantifiables (20%) de surveillance du marché par les autorités nationales; renforcement de l’indépendance des services techniques par rapport aux constructeurs ; audits européens ; mise en place d’un Forum avec des observateurs tiers. Nos associations regrettent cependant que les eurodéputés ne se soient pas saisis de cette opportunité pour établir une Agence Européenne de Surveillance des Véhicules, seule à même de garantir une approche harmonisée des essais et de la surveillance du marché.

Au niveau français, une situation qui patine – les membres de la Commission « Royal » attendent une date de convocation qui tarde à arriver plus les élections présidentielles se rapprochent, ainsi que la publication des investigations approfondies. Nos associations appellent à un engagement fort en vue du maintien de cette commission qui doit être dotée de moyens financiers à la hauteur de l’enjeu pour les consommateurs, la santé publique et l’environnement que représentent les émissions polluantes au NOx ou au dioxyde de carbone (CO2).

Maintenant que le parlement européen a pris position, la balle est dans le camp des États membres. Dans ce contexte, et alors même que le laxisme des autorités et les potentiels conflits d’intérêts entre États-membres, constructeurs automobiles et services d’essais privés ont été mis en évidence par l’enquête sur la mesure des émissions dans le secteur de l’automobile, l’UFC-Que Choisir, France Nature Environnement et le Réseau Action Climat demandent :

- aux États membres dont la France, d’abonder dans le sens d’un renforcement de la surveillance du marché automobile et d’adopter rapidement les nouvelles règles d’homologation européennes qui doivent aboutir à la création d’une agence européenne ;

- un appel clair et non équivoque des décideurs français et européens à des sanctions contre les constructeurs fraudeurs et à une compensation des consommateurs lésés ;

- la pérennisation de la Commission technique indépendante au niveau français, essentielle pour lutter contre les tricheries en matière d’émissions.

NOTES


 

1https://www.transportenvironment.org/publications/mind-gap-2016-report

Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Marck53
Marck53
Marck53
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS   Jeu 13 Avr - 17:15

Compagnies aériennes
 

Rappel de vos droits en cas de surbooking


Publié le : 12/04/2017 
Le passager d’un vol de la compagnie United Airlines, aux États-Unis, a été violemment expulsé d’un vol après avoir été tiré au sort, suite à un surbooking. Si la pratique du surbooking, ou surréservation, est courante dans l’aérien, le droit européen ouvre le droit à des indemnités pour le voyageur lésé, contrairement au droit international, moins protecteur.


La vidéo a rapidement fait le tour du Net : dimanche 9 avril, le passager d’un vol United Airlines ralliant Chicago à Louisville a été violemment expulsé de l’appareil par des agents de sécurité (1). La compagnie a confirmé que l’avion était surbooké : ayant besoin de quatre places pour acheminer jusqu’à Louisville quatre membres d’équipage, elle a demandé à des passagers de se porter volontaires pour laisser leur siège et repartir le lendemain. La compagnie a d’abord proposé, avant l’embarquement, 400 dollars de compensation, sans trouver de volontaires. L’embarquement terminé, elle a augmenté son offre à 800 dollars, toujours sans succès. Quatre passagers ont donc été tirés au sort par ordinateur. Trois d’entre eux ont obtempéré sans problème mais le quatrième, qui se disait médecin avec des patients à voir le lendemain, a refusé. La compagnie a alors expulsé l’homme, manu militari. Suite à la polémique, l’agent de sécurité ayant violenté l’homme a été mis à pied. Un porte-parole du département de l’aviation de Chicago a expliqué au magazine Time que « l’incident sur le vol United 3411 ne correspond pas à nos procédures habituelles et les actions de cet agent de sécurité ne sont évidemment pas tolérées par nos services ».

Si plusieurs questions restent sans réponse (pourquoi la compagnie a-t-elle fait embarquer les passagers alors qu’elle se savait en surbooking ? Pourquoi ne pas simplement avoir augmenté la compensation jusqu’à trouver des volontaires ?), cet incident est l’occasion de rappeler les droits des passagers. Le surbooking est en effet une pratique courante dans l’aérien. La compagnie Easyjet, sur son site, explique ainsi clairement que « l’année dernière, près de trois millions de clients d’Easyjet ne se sont pas présentés à l’embarquement. […] Aussi, pour pouvoir maintenir nos prix bas pour tous nos clients, nous pourrons être amenés à vendre plus de sièges que de sièges disponibles pour un vol si nous savons que fort probablement certains passagers ne se présenteront pas. Nous basons cette estimation sur l’étude de l’historique de chaque vol et l’examen des antécédents. » 

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS   

Revenir en haut Aller en bas
 
ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS
Revenir en haut 
Page 2 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, ... 11, 12, 13  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CATHYIMAGES :: FORUM PUBLIC &ACTUALITÉ& QUE CHOISIR & VIDEOS :: QUE CHOISIR-
Sauter vers: