CATHYIMAGES


CATHYIMAGES

IMAGES DIVERS ,NATURE,FEMMES ,HOMMES,ENFANTS,VILES, PAYS, ACTEURS, CHANTEURS, NCIS.
 
Accueilhttps://www.catCalendrierÉvènementsPublicationsFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» IMAGES EN VRAC
Aujourd'hui à 22:04 par Admin

» MACRON ACTUALITE
Aujourd'hui à 21:02 par Stiven

» INFO ACTU
Aujourd'hui à 20:59 par Stiven

» LE DIABÈTE
Aujourd'hui à 8:23 par Hollden

» RHEUMATISME
Aujourd'hui à 8:15 par Hollden

» MACRON
Hier à 20:03 par Stiven

» REX CHIEN FLIC
Hier à 18:29 par Gabriel10

» CANNABIS ET D'AUTRE SUBSTANCES
Sam 22 Sep 2018 - 20:47 par Marck53

» ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS
Sam 22 Sep 2018 - 19:54 par Marck53

Septembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
CalendrierCalendrier
Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Google+Suivre Forumactif sur Google+Suivre Forumactif sur Pinterest




Portail
Index
Membres
Profil
FAQ
Rechercher
Forum

Partagez | 
 

 ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
Kevin1

avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS   Mar 2 Mai 2017 - 19:59


Cela fait maintenant plusieurs années que la Poste charge certains de ses facteurs d’assurer divers services annexes à la distribution du courrier ou des colis (par exemple, portage de proximité, aide à l’installation d’appareils électriques…). Le groupe postal a récemment complété cette gamme avec la mise en place de la prestation « Veiller sur mes parents ». En fait, un service commercial qu’elle facture et qui fait concurrence aux offres similaires proposées par des associations, sociétés privées…
Disponible sur toute la France, ce service entend « éviter l’isolement des personnes âgées et rassurer les proches d’un parent vieillissant ». Il s’appuie sur des visites à domicile du facteur. Le prix ? De 39,90 € par mois (hors offre promotionnelle) pour une visite par semaine, à 139,90 € pour six visites. Une offre payante qui contribue finalement à amortir quelque peu le coût des tournées des facteurs… On est, de fait, loin de l’image du facteur qui prenait le temps de parler, de manière désintéressée, avec certains usagers vivant dans des endroits reculés.
Certes, la personne âgée qui opte pour ce service peut bénéficier d’une réduction ou d’un crédit d’impôt (si elle n’en paie pas). Un avantage qui est aussi ouvert aux enfants du bénéficiaire de cette prestation à condition que ce dernier soit éligible à l’APA (Allocation personnalisée d’autonomie).
Après chacun de ses passages, le facteur informe les proches préalablement désignés du déroulement de la visite, via une application dédiée installée sur smartphone. Il fait en outre remonter les éventuels besoins de la personne qu’il a visitée.

visu-laposte-dispositif-teleassistance
Le dispositif de téléassistance est composé d’un transmetteur et d’un bouton d’alarme.
© La Poste
Pour faire « passer la pilule » du coût de l’abonnement, tacitement reconductible à l’échéance annuelle, la Poste propose aux seniors une option sans supplément de prix. S’ils la prennent, ils se voient remettre un équipement connecté à un centre de veille et d’assistance disponible 7 jours sur 7. Celui-ci pouvant appeler, en cas d’alerte, des proches ou les secours. Cette plateforme d’assistance fournit également des coordonnées de professionnels à contacter pour les petits dépannages de la vie quotidienne.
Si les facteurs sont formés pour les visites (40 000 d’entre eux sur 70 000 ont d’ores et déjà validé leur formation), les prestations d’assistance sont sous-traitées auprès d’Europ Téléassistance.
Pour souscrire à « Veiller sur mes parents », deux voies sont possibles :
sur le site www.laposte.fr/veillersurmesparents ;
par téléphone au 01 41 85 97 91, du lundi au samedi de 8 h 30 à 19 h.

Arnaud de Blauwe
adeblauwe@quechoisir.org

Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Stiven
Stiven
Stiven
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS   Jeu 11 Mai 2017 - 23:28



On connaissait les SMSles avis de passage dans les boîtes aux lettres ou encore les petites annoncesles escrocs passent désormais par les réseaux sociaux pour inciter leurs victimes à composer des numéros surtaxés. Arnaud en a fait l’amère expérience. Mardi dernier, ce jeune homme reçoit via Facebook une invitation d’une certaine Dominique, une femme qui fait partie de ses connaissances sur le réseau social, mais qu’il n’a pas vue depuis 15 ans. « Nous étions déjà amis sur Facebook, mais j’ai pensé qu’elle avait créé un nouveau profil, alors j’ai accepté l’invitation. » Dans les minutes qui suivent, son interlocutrice entame une discussion par messagerie instantanée. Après quelques amabilités d’usage, Dominique raconte à Arnaud sa mésaventure : son smartphone est bloqué et, pour le remettre en état, son opérateur lui demande de récupérer un code en composant le 08 99 96 95 50. Mais vu que son téléphone ne fonctionne pas et que personne autour d’elle n’est disponible, elle est coincée. Elle demande donc à Arnaud de bien vouloir appeler à sa place le numéro en question et de lui transmettre le code que la boîte vocale lui donnera.
Arnaud flaire le piège. Il décide de ne pas donner suite et même de supprimer ce contact de ses amis. Il a bien raison. D’autres n’ont pas eu cette présence d’esprit et, à la demande de leur interlocuteur, ont composé le numéro depuis leur téléphone pour récupérer le fameux code. Or, chaque appel est facturé 3 €. Certains ont même renouvelé la procédure à la demande de leur interlocuteur, sous prétexte que le premier code n’avait pas fonctionné ou que le déblocage n’avait pas été réalisé en totalité. Résultat : plusieurs dizaines voire plusieurs centaines d’euros en plus sur leur facture de téléphone. Sur des forums, des victimes racontent même que les demandes polies se sont transformées en réelles menaces lorsqu’elles ont communiqué à leur interlocuteur leur intention d’arrêter les frais. « La personne m’a dit qu’elle avait piraté mon téléphone et que je devrais lui payer 900 € si je ne continuais pas à lui envoyer des codes », raconte l’une d’entre elles.

AU CŒUR D’UN « TRAFIC DE CODES »

Le numéro en question n’a rien d’illégal. Il héberge une solution de micro-paiement qui permet aux éditeurs de faire payer l’accès à certains contenus. Les éditeurs de jeux en ligne en sont friands. Avec ces codes, les joueurs achètent des accessoires pour leurs personnages, gagnent de la monnaie virtuelle, etc. L’éditeur, lui, récupère une partie des sommes facturées. Pratique, le système attire aussi les escrocs de tout poil. Certains n’hésitent pas à usurper l’identité de membres de Facebook (même nom, même photo…) pour se créer de faux profils puis à contacter leurs amis pour leur demander de récupérer à leur place les fameux codes qu’ils revendent ensuite sur Internet.
Alors, sur Facebook comme sur d’autres réseaux sociaux (Google+Twitter…), mieux vaut se méfier de ses « amis », surtout lorsqu’ils vous demandent de composer un numéro surtaxé. Et si vous êtes tombé dans le piège, rendez-vous sur le site Infosva.org et entrez le ou les numéros de téléphone en 08 que vous avez composés. Vous devriez voir apparaître les coordonnées d’un éditeur ou d’un prestataire technique. C'est à lui qu'il faut s'adresser en cas de litige. Il suffit de le contacter par mail en joignant un maximum d’éléments (facture de téléphone, récit du déroulé de l’arnaque, copies d’écran, etc.). Même si aucune loi ne les y oblige, la plupart acceptent de procéder au remboursement. Vous pouvez aussi signaler l’arnaque auprès de l'Association française du multimédia mobile (Afmm.fr).


Cyril Brosset

cbrosset@quechoisir.org


Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Stiven
Stiven
Stiven
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS   Jeu 11 Mai 2017 - 23:30

C'EST UNE CHOSE INACCEPTABLE..
atention

Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Stiven
Stiven
Stiven
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS   Jeu 11 Mai 2017 - 23:32



La preuve par des semoules de couscous, des pâtes, du riz, de la chapelure et du sucre. Dès 2011, l’UFC-Que Choisir accusait les emballages alimentaires en carton et leurs encres de contaminer les aliments qu’ils contiennent et exigeait la mise en place sans délai d’une réglementation pour protéger la santé des consommateurs.
L’année suivante, dans un avis relatif à ces huiles minérales présentes dans les denrées alimentaires, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) considérait l'exposition aux hydrocarbures saturés d’huile minérale, les MOSH, « préoccupante » et l'exposition aux hydrocarbures aromatiques d’huile minérale, les MOAH, « particulièrement préoccupante ». Fin 2015, l’association Foodwatch enfonçait le clou avec des analyses sur 120 produits alimentaires vendus en Allemagne, aux Pays-Bas et en France. Dans l’Hexagone, les lentilles corail Auchan détenaient le record de contamination par ces substances soupçonnées d’être cancérogènes et mutagènes.
Dans un avis rendu ce 9 mai, après avoir rappelé le caractère génotoxique et mutagène de certains hydrocarbures aromatiques, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) recommande de limiter l’exposition des consommateurs en imposant « des encres d’impression, colles, additifs et auxiliaires technologiques exempts de MOAH dans le procédé de fabrication des emballages en papier et en carton ». L’Agence cible tout particulièrement les journaux et autres papiers graphiques qui sont identifiés comme les principales sources d’huiles minérales des emballages en papier et carton recyclés. Ce problème est clairement identifié en Allemagne où le recyclage mélange toutes les fibres, si bien que le carton recyclé comprend une part significative de journaux et magazines. En France à l’inverse, les journaux et magazines ont leur propre filière, ils sont recyclés pour l’imprimerie. Reste qu’il est impossible d’acheter un aliment en étant sûr que son carton d’emballage soit « made in France » !
En attendant un durcissement de la réglementation, Que Choisir déconseille le stockage d’aliments secs à l’avance, la migration augmente avec le temps. On peut aussi sortir les aliments de leur emballage carton pour les conserver dans un bocal ou un pot en verre.

Élisabeth Chesnais

echesnais@quechoisir.org

Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Stiven
Stiven
Stiven
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS   Jeu 11 Mai 2017 - 23:44



Leader français des petites annonces, Leboncoin a assigné en justice la société Entreparticuliers.com pour concurrence déloyale. L'audience, qui aura lieu en juin, selon Leboncoin, devrait porter sur des détournements massifs d'annonces immobilières. Lourdement déficitaire (1,4 million d'euros de pertes pour 2,9 millions de chiffre d'affaires en 2016), plombé par une réputation désastreuse, suite à des condamnations pour pratiques commerciales trompeuses, Entreparticuliers.com a entrepris de piller Leboncoin. Selon un témoin en interne, les commerciaux de sa plateforme, basée à Levallois-Perret (92), se contentent de repérer les annonces récentes publiées chez le concurrent. Ils envoient des SMS en rafale aux vendeurs.  « Votre bien m'intéresse, veuillez me rappeler au ... ». Les particuliers qui appellent, croyant avoir affaire à un acheteur potentiel, se font démarcher. Les commerciaux leur assurent qu'ils ont des clients intéressés par le bien. Le vendeur est invité à signer tout de suite, en renonçant à son délai de rétractation, pour être mis en relation avec ces acheteurs potentiels. Ceux qui se laissent convaincre se font soutirer 195 € sur de vaines promesses, y compris celle d'un remboursement en cas d'échec, quasiment impossible à obtenir en pratique.
Entreparticuliers.com n'a aucun fichier d'acheteurs, de nombreux témoignages sur nos forums le confirment. La société est à la dérive. Selon le classement des portails immobiliers publié par Médiamétrie en octobre 2016, Entreparticuliers.com attire seulement 30 000 visiteurs par jour en moyenne, très très loin des leaders comme Se Loger ou De Particulier à Particulier (PAP). 

PERQUISITION EN JUIN 2016

Saisie par de nombreux consommateurs furieux, la Direction départementale de la protection des populations des Hauts-de-Seine (DDPP92) a lancé une enquête il y a plus d'un an. Selon nos informations, elle a perquisitionné les locaux en juin 2016, provoquant un vif émoi. Une dirigeante s'est précipité sur le plateau des télévendeurs, en leur demandant de jeter immédiatement à la poubelle leur argumentaire de vente, qui comportait plusieurs mensonges. Entreparticuliers.com assurait notamment que son fichier d'acheteurs potentiels comprenait des particuliers ayant « validé leur dossier de financement », ce qui n'a jamais été le cas. Le PDG de la société, Stéphane Romanyszyn, est au courant de ces agissements. « Il suit en temps réel les activités de ses commerciaux, et les rappelle même à l'ordre quand leur conversation avec les prospects s'éternise », raconte un salarié.
Il peut sembler étrange que le site continue ses activités près d'un an après cette perquisition. Ce n'est malheureusement pas une surprise. Compte tenu des délais de traitement des dossiers par l'administration des fraudes, en dehors des urgences sanitaires, un professionnel dispose de deux à trois ans pour agir avant d'encourir une sanction. Plusieurs dossiers dans l'immobilier, les placements atypiques ou le photovoltaïque ont malheureusement permis de vérifier cette lenteur de traitement.

Erwan Seznec

Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS   Sam 13 Mai 2017 - 12:18





https://www.youtube.com/watch?v=XTqno8pS-qg

VIDEO....

Lors de notre prise en main des Galaxy S8 et S8+, nous avions été assez bluffés par leur bel écran allongé au rendu impeccable. Aujourd’hui, déception : ils sont beaucoup trop fragiles, comme vient de le démontrer notre test en laboratoire du S8 et du S8+.
Chaque smartphone que nous testons passe inévitablement par notre test de résistance aux chutes (1). L’appareil simule 50 chutes de 80 cm de haut. Nous inspectons le téléphone à l’issue de ce premier cycle, et s’il est encore en bon état, nous relançons la machine pour 50 nouvelles chutes. S’il est déjà trop endommagé, on renouvelle le test avec un nouveau téléphone.
La majorité des smartphones passe la barre des 100 chutes. Mais aucun des Galaxy S8 et S8+ mis à l’épreuve n’a résisté à plus de 50 chutes. L’écran allongé qui fait la spécificité du modèle ne tient manifestement pas le choc : les images parlent d’elles-mêmes.
Rares sont les smartphones aussi peu résistants. D’habitude, ce test éprouvant laisse quelques séquelles : l’iPhone 7 et le Huawei P9 présentaient quelques égratignures sur la coque ou l’écran, le Sony Xperia XZ était légèrement déformé sur les côtés. Le Galaxy S7 avait passé le test avec quelques égratignures après 100 chutes. Rien d’anormal.
À 809 et 909 € pour le S8 et le S8+, on pouvait espérer mieux. Si vous craquez pour un de ces smartphones, une coque est vivement conseillée !

Les Galaxy S8 et S8+ après notre test de résistance aux chutes.

NOTES

(1) Voir notre protocole de test

Camille Gruhier

cgruhier

Vincent Erpelding
Rédacteur technique
verpelding@quechoisir.org

CONTENUS RECOMMANDÉS


DOSSIER
Téléphone mobile - Smartphone
Un marché en perpétuel renouvellement, des options pas franchement indispensables, des modèles de plus en plus

COMPARATIF
Montres connectées
Véritable écran déporté au poignet, la montre connectée, prolongement du smartphone, offre des fonctionnalités de plus


COMPARATIF
Téléphones mobiles pour seniors
Avec leurs larges touches et leur fonctionnement basique, les téléphones mobiles de ce test ont tout pour plaire aux


COMPARATIF
Antivirus pour mobiles
Si les menaces contre les smartphones et les tablettes sont moins présentes que sur les ordinateurs, un antivirus peut

Revenir en haut Aller en bas
Stiven
Stiven
Stiven
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS   Dim 21 Mai 2017 - 0:39



Par le passé, Que Choisir a maintes fois attiré l’attention des consommateurs sur les boissons aromatisées, que ce soit via des essais comparatifs ou des analyses sur leur contenance en sucre. Certaines sont en effet de véritables sirops déguisés en eau qui jouent sur un habillage, un nom de marque et parfois même un emplacement en rayon proche des eaux pour se faire passer pour des produits sains. Si l’on peut se réjouir de la disparition progressive de certaines boissons destinées aux enfants, la tendance revient aujourd’hui dans les boissons pour adulte, jouant ironiquement sur l’engouement actuel pour les boissons dites saines et naturelles.


Ainsi la marque d’eau minérale Evian joue-t-elle habilement des codes du « bien-être » avec sa nouvelle gamme Evian Fruits & Plantes. Des petites bouteilles translucides tout en rondeur aux teintes pastel qui annoncent en face avant, sous une énorme référence à la marque d’eau minérale, la composition suivante : eau des Alpes + fruit (raisin, framboise ou citron selon les parfums) + plante (rose, verveine ou sureau). Et au cas où nous n’aurions pas compris, les fruits s’affichent en dessin et la bouteille ponctue : « boisson à l’eau minérale naturelle au jus de fruits à base de concentré et aux arômes naturels ».
Mais le diable se niche dans les détails, sur lesquels Evian ne souhaite visiblement pas que le consommateur s’attarde. La difficile lecture de la liste d’ingrédients − en blanc sur fond transparent − nous informe que cette boisson aromatisée contient, entre autres, de l’eau, du jus concentré à hauteur d’à peine 10 % et des arômes de plantes, mais aussi du sucre ajouté ! Avec 18 g de sucres par bouteille (issus du concentré de fruits et du sucre ajouté), c’est certes moins que certaines boissons sucrées, mais toujours trop pour un produit de 37 cl.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Stiven
Stiven
Stiven
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS   Dim 21 Mai 2017 - 0:40

INNOCENT : L’HABILLAGE NE FAIT PAS LE MOINE

Autre cas, celui de la marque britannique Innocent qui, profitant de la notoriété de ses smoothies et jus de fruits jouant à fond la carte de la « naturalité », sort cette année en France une nouvelle boisson : Innocent Bubbles. Une boisson composée d’environ 60 % de purée de fruits et 40 % d’eau gazeuse, déclinée en deux parfums, citron jaune-citron vert et pomme-framboise. Pas de doute au vu de sa composition, il s’agit non pas d’un jus de fruit mais bien d’une « boisson gazeuse aux fruits », périphrase plus présentable des sodas. Et malgré sa recette sans sucre ajouté, elle fournit tout de même plus de 17 g de sucre par canette, soit 20 % des apports journaliers recommandés d’un adulte.
Pourtant, ces canettes de soda se piquent d’être « 1 of your 5-a-day », soit l’une de vos 5 portions de fruits et légumes par jour. Une mention totalement inappropriée sur un soda, même à base de jus de fruit. Et cela d’autant plus que la récente mise à jour des repères alimentaires en vue du nouveau PNNS (Programme national nutrition santé 2017-2021) recommande de ne pas consommer plus d’un verre de jus de fruit par jour, qui dans cette limite peut compter pour une portion de fruits et légumes. Le tout en privilégiant les fruits frais pressés. Et certainement pas les sodas !

VITTEL EN 2003

En 2003, l’UFC-Que Choisir assignait en justice Vittel sur les modalités de présentation de la boisson « Vittel goût trop la pêche » susceptibles d'induire en erreur les consommateurs. Fin 2005, le tribunal de grande instance de Nanterre reconnaissait le caractère trompeur de la présentation de cette boisson, du fait de la dissimulation du taux de sucre, de la mise du produit à proximité du rayon des eaux minérales et du fait d'un conditionnement très similaire.
Plus d’une décennie plus tard, il semblerait que ce jugement n’ait pas découragé l’industrie agro-alimentaire dans son instrumentalisation des argumentaires nutritionnels… 


Marie-Noëlle Delaby

mndelaby@quechoisir.org

Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Stiven
Stiven
Stiven
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS   Dim 21 Mai 2017 - 1:00








Voilà une nouvelle illustration de l’appétit de Facebook pour nos données personnelles. Après avoir constaté plusieurs manquements à la loi, la Cnil (Commission nationale de l’informatique et des libertés) vient en effet de prononcer une sanction de 150 000 € à l’encontre du réseau social en France et de sa maison mère Facebook Ireland. Cette amende, explique le gendarme des données personnelles, résulte du nombre de manquements à la loi (six au total), de leur gravité et de la popularité de Facebook en France (où le réseau totalise 33 millions d’inscrits).
Concrètement, la Cnil reproche à Facebook de combiner les données de ses utilisateurs sans aucune base légale. Dans les paramètres du compte, il est certes possible de maîtriser l’affichage des publicités ciblées (notre vidéo Sécurisez votre profil Facebook vous indique la marche à suivre). Mais à aucun moment – ni lors de la création du compte, ni dans les paramètres – les utilisateurs ne donnent leur accord. La Commission lui reproche aussi un manque d’information sur la collecte des données des internautes. Facebook piste en effet notre navigation sur Internet et ce, que l’on soit inscrit au réseau ou pas. Le site dépose un cookie (baptisé « Datr ») sur le terminal de chaque internaute qui visite une page Facebook publique, sans l’en informer. Il peut ensuite repérer tous les sites visités par l’internaute s’il intègre un bouton Facebook.

PAS DE CONSENTEMENT, MANQUE D’INFORMATIONS

Facebook enfreint la loi sur d’autres points. Comme toutes les entreprises qui collectent et traitent des données personnelles, le réseau devrait informer les internautes de l’utilisation qui sera faite de leurs données dès leur inscription. Il s’en passe. Facebook ne recueille pas non plus le consentement des internautes lorsqu’ils renseignent des données sensibles dans leurs profils (opinions politiques ou religieuses, orientation sexuelle), et ne permet pas aux utilisateurs de s’opposer aux cookies. Enfin, les données collectées doivent se limiter à celles nécessaires à la fourniture du service. Or, Facebook conserve l’intégralité des adresses IP des internautes pendant toute la durée de vie de leur compte, ce que la Cnil juge inutile.
Cette sanction financière n’est pas une surprise pour Facebook. Elle fait en effet suite à une mise en demeure prononcée le 26 janvier 2016, dans laquelle la Cnil exhortait Facebook de se conformer sur ces points. « Les réponses ont été insatisfaisantes », explique la Commission. Précisons que les griefs retenus par la Cnil sont en partie les mêmes que ceux qui ont amené l’UFC-Que Choisir à attaquer le réseau social en justice devant le tribunal de grande instance de Paris pour clauses abusives ou illicites. Cette procédure, toujours en première instance, suit son cours. Mais la condamnation de la Cnil lui donne indubitablement du poids.


Mise à jour du 19 mai 2017
Quelques jours après la Cnil, la Commission européenne a sanctionné à son tour Facebook pour des abus concernant les données personnelles. Le réseau social écope d’une amende beaucoup plus importante, qui atteint 110 millions d’euros. Bruxelles lui reproche d’avoir menti au cours de la procédure de rachat (pour 19 milliards de dollars !) du service de messagerie et de téléphonie WhatsApp, en 2014. Facebook avait alors affirmé qu’il ne serait pas en mesure d’associer les comptes utilisateurs des deux services. Or, en août 2016, WhatsApp a mis à jour sa politique de confidentialité et y a intégré la possibilité d’associer les numéros de téléphone des utilisateurs de WhatsApp aux profils d’utilisateur de Facebook.


Camille Gruhier
cgruhier


OUI, ON SE PERMET TOUT... J’ESPÈRE QUE TOUS RÉGLÉ LEUR ÉCART...

Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS   Jeu 25 Mai 2017 - 10:56


DE QUOI S’AGIT-IL ?

« Libérez ma pilule » (1) est un mouvement réclamant la mise en vente libre d’une pilule contraceptive. Un collectif de pharmaciens, le planning familial et divers militants ont envoyé en ce sens une lettre aux laboratoires pharmaceutiques français. Ils leur demandent de déposer un dossier, auprès des autorités sanitaires, en vue de commercialiser une pilule contraceptive délivrée sans ordonnance, après entretien avec le pharmacien. 

Admin

Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS   Jeu 25 Mai 2017 - 10:57

EST-CE DANGEREUX ?

Tout produit de santé présente des risques et des contre-indications (2). Au sein des pilules contraceptives, il y a deux profils.
D’une part, les pilules œstroprogestatives (dites aussi « combinées ») dont le risque principal, rare mais très grave, est de provoquer des caillots sanguins (phlébite, embolie, AVC) et qui donc ne doivent pas être prescrites aux femmes à risque cardio-vasculaire accru.
D’autre part, les pilules progestatives ont pour principaux effets indésirables des règles irrégulières et une prise de poids. Les principales contre-indications sont des problèmes de foie et d’antécédents de cancer. C’est ce type de pilules progestatives, moins risquées (telles que désogestrel/Cerazette et génériques ou lévonorgestrel/Microval), que le collectif voudrait voir proposées sans ordonnance obligatoire. Attention toutefois, ces pilules présentent un risque de moindre efficacité car elles doivent être prises à heure fixe chaque jour (dès 3 h d’oubli, certaines ne protègent plus). 
 

EST-CE TROP DANGEREUX POUR ÊTRE MIS EN VENTE LIBRE ?

Les médicaments en vente libre, tels que le paracétamol (toxique pour le foie) ou l’aspirine (qui provoque ulcère et hémorragies) ne sont pas dépourvus de contre-indications ni d’effets indésirables. La question est de savoir si ces risques sont tels qu’ils justifient de passer par un médecin ou non. Concernant la pilule progestative, ils semblent comparables à ceux de produits déjà en vente libre mais ce serait aux autorités sanitaires d’en juger.
 

QU’EN DISENT LES GYNÉCOLOGUES ?

Ça dépend ! Plusieurs représentants de gynécologues français se sont prononcés dans la presse contre l’éventualité d’une pilule accessible sans prescription. Ils déplorent surtout que les femmes perdent ainsi l’occasion d’être informées sur les maladies sexuellement transmissibles ou le dépistage. En revanche, le Collège américain des gynécologues obstétriciens s’est prononcé officiellement en faveur de la vente de contraceptifs oraux sans ordonnance.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS   Jeu 25 Mai 2017 - 10:57

USTEMENT, CELA NE PRIVERAIT-IL PAS LES FEMMES D’EXAMENS IMPORTANTS POUR LEUR SANTÉ ?

Aucun examen n’est nécessaire (ni palpation des seins, ni toucher vaginal, ni analyse de sang) pour prescrire une pilule. Un frottis de dépistage du cancer du col de l’utérus est recommandé tous les trois ans à partir de 25 ans mais cette recommandation est indépendante de la prise de pilule (elle est d’ailleurs valable pour les femmes qui ne prennent pas la pilule et jusqu’à 65 ans). Aucune raison médicale ne justifie une consultation annuelle systématique pour toutes les femmes. 
 

SERAIT-CE COÛTEUX POUR LES UTILISATRICES ?

Cela pourrait se révéler plus coûteux. En l’absence d’ordonnance, aucun remboursement n’est possible. Ceci étant, les pilules progestatives sur le marché actuellement sont pour la plupart pas chères et remboursées (moins de 4 € pour 3 mois). L’une d’elle, Cerazette, reste à la charge de ses utilisatrices (prix libre, environ 30 € par mois). S’il existait une pilule en vente libre, il serait préférable que ce soit une forme remboursable, donc à prix fixe. Mais ce sont les laboratoires qui mettent sur le marché qui choisissent.
 

EN PRATIQUE, SERAIT-CE EFFICACE ?

Aucune étude n’a été menée en ce sens. D’un point de vue de santé publique, on ne sait pas si la mise à disposition en vente libre de la pilule réduit le nombre de grossesses non planifiées. C’est un accès supplémentaire à la contraception. D’autres solutions pour faciliter cet accès pourraient être envisagées, une prescription pour plusieurs années par exemple.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS   Jeu 25 Mai 2017 - 10:58

LES FEMMES, PROFESSIONNELLES DE LEUR SANTÉ

Les femmes sont tout à fait capables de juger si elles peuvent prendre la pilule ou non. Plusieurs études, menées dans des pays anglo-saxons, l’ont montré. L’une d’elles a fourni à des femmes – recrutées dans des centres commerciaux et dans un marché aux puces ! – une check-list médicale permettant d’identifier si elles avaient une contre-indication à la prise de pilule (3), par exemple le fait de fumer à plus de 35 ans, d’allaiter, d’avoir eu une thrombose, etc. Résultat : exactitude de l’identification de plus de 80 %. Une autre étude a comparé l’appréciation des femmes  pour savoir si la pilule leur était contre-indiquée avec celle d’un professionnel de santé. Résultat : identique. Un constat d’autant plus intéressant que ces études concernaient la pilule œstroprogestative (combinée) qui présente plus de contre-indications que la pilule progestative.

Lire aussi


NOTES

(1) http://liberezmapilule.com/
(2) Interdiction de prise dans certaines situations ou pour certaines catégories de personnes.
(3) Accuracy of Self-Screening for Contraindications to Combined Oral Contraceptive Use, Obstet. Gynecol., 09/2008.


Perrine Vennetier

Admin

Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS   Jeu 25 Mai 2017 - 11:01

PERSONNELLEMENT JE SUIS BIEN D'ACCORDS AVEC CELA..... SURVEILLANCE EST INDISPENSABLE POUR TELLE PILULE, CAR NOUS SOMMES TOUS DIFFÉRANT ET NOMBREUX RÉACTION AUX MÉDOC....

EST-CE DANGEREUX ?

Tout produit de santé présente des risques et des contre-indications (2). Au sein des pilules contraceptives, il y a deux profils.
D’une part, les pilules œstroprogestatives (dites aussi « combinées ») dont le risque principal, rare mais très grave, est de provoquer des caillots sanguins (phlébite, embolie, AVC) et qui donc ne doivent pas être prescrites aux femmes à risque cardio-vasculaire accru.
D’autre part, les pilules progestatives ont pour principaux effets indésirables des règles irrégulières et une prise de poids. Les principales contre-indications sont des problèmes de foie et d’antécédents de cancer. C’est ce type de pilules progestatives, moins risquées (telles que désogestrel/Cerazette et génériques ou lévonorgestrel/Microval), que le collectif voudrait voir proposées sans ordonnance obligatoire. Attention toutefois, ces pilules présentent un risque de moindre efficacité car elles doivent être prises à heure fixe chaque jour (dès 3 h d’oubli, certaines ne protègent plus). 

Admin

Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS   Sam 27 Mai 2017 - 23:03



Perriand, Prouvé, Jeanneret, Jacobsen, Eames. Ces noms ne vous disent peut-être rien, mais vous connaissez leurs productions, au moins de vue. Vous vous êtes peut-être même assis dessus, à l'occasion. Il s'agit de grands noms des meubles design, créés entre les années 1930 et 1960. Ce mobilier a connu un destin singulier. Conçu pour des productions en grande série, à moindre coût, il a inondé les bureaux, les ateliers et les logements, à l'image des meubles en formica. Passé de mode, il est parti à la casse par bennes entières dans les années 1980, avant de revenir en faveur auprès des collectionneurs, jusqu'à atteindre des cotes extravagantes. En 2015, une table signée Jean Prouvé, pièce banale du réfectoire de la cité universitaire d'Antony, a été vendue aux enchères pour 1,29 million d'euros ! Sans aller jusqu'à cette démesure, des armoires de bureaux métalliques des années 1950 et des chaises en plastique et acier sont aujourd'hui vendues à plusieurs centaines d'euros. « Jean Prouvé avait imaginé des pare-soleil à lames métalliques mobiles à placer devant les fenêtres », raconte Lionel Obadia, créateur en 2014 du site spécialisé Design-market.fr. « C'était un équipement de masse, pour des préfectures ou des rectorats. Le coût unitaire, à l'époque, était peut-être de 500 €. Aujourd'hui, vous le récupérez, vous le placez sur un socle et vous le vendez plusieurs milliers d'euros, voire plusieurs dizaines de milliers ».
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS   

Revenir en haut Aller en bas
 
ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS
Revenir en haut 
Page 4 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11, 12, 13  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CATHYIMAGES :: FORUM PUBLIC &ACTUALITÉ& QUE CHOISIR & VIDEOS :: QUE CHOISIR-
Sauter vers: