CATHYIMAGES

CATHYIMAGES

IMAGES DIVERS ,NATURE,FEMMES ,HOMMES,ENFANTS,VILES, PAYS, ACTEURS, CHANTEURS, NCIS.
 
Accueilhttps://www.catÉvènementsPublicationsFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» LE DIABÈTE
Lun 17 Juil - 23:13 par kristel555

» VOTE JANVIER 2017
Lun 17 Juil - 9:52 par Nikola

» INFO ACTU
Lun 17 Juil - 9:51 par Nikola

» IMAGES
Dim 16 Juil - 21:22 par Admin

» ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS
Dim 16 Juil - 15:29 par Admin

» COMMENT CA MARCHE
Ven 14 Juil - 11:21 par Stiven

» ANIMAUX
Jeu 13 Juil - 12:45 par Nikola

» INFORMATION
Mer 12 Juil - 12:03 par Admin

» [IMAGES] ACTEURS ACTRICES
Mar 11 Juil - 21:54 par kristel555

Juillet 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      
CalendrierCalendrier
Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Google+Suivre Forumactif sur Google+Suivre Forumactif sur Pinterest




Portail
Index
Membres
Profil
FAQ
Rechercher
Forum

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 ACTUALITÉ/ POLLUTION

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: ACTUALITÉ/ POLLUTION    Ven 10 Mar - 21:00

ENQUÊTE



Pollution de l'air intérieur
 

Que valent les sprays, les plantes d'intérieur et les purificateurs d'air ?



Ils aggravent la pollution au lieu de la supprimer. Ce sont les sprays assainissants, les plantes d’intérieur et les purificateurs d’air.


Pour ce test, nous avons réalisé trois analyses de composition : une détection des COV, une recherche d’allergènes de contact par chromatographie en phase gazeuse couplée à un spectromètre de masse, une recherche des aldéhydes par chromatographie en phase liquide couplée à un détecteur UV.

LE SPRAY PURESSENTIEL : BIEN MAL NOMMÉ


Le spray assainissant Puressentiel prétend purifier l’air mais il le charge en polluants


"Respirer un air plus pur " ? Avec ce produit, pas vraiment !

Il fait l’objet d’une publicité à la télé, il est vendu en pharmacie, il est 100 % naturel et, cerise sur le gâteau, des médecins le prescrivent. En plus, il affirme « chasser les acariens, virus, germes, champignons microscopiques, mauvaises odeurs »« limiter les sources d’allergies » et faire « respirer un air plus pur ». Pas étonnant que Puressentiel connaisse un tel succès, et qu’en particulier les allergiques en raffolent. Pourtant, les analyses que nous avons réalisées en laboratoire prouvent tout autre chose. Loin de purifier l’air comme il le prétend, le spray assainissant ­Puressentiel aux 41 huiles essentielles le charge en composés organiques volatils. Et le danger de ces COV, c’est encore la créatrice de Puressentiel, Isabelle Pacchioni, qui en parle le mieux dans son ouvrage intitulé 100 réflexes air pur « Certains sont plus irritants, agressifs ou nocifs que d’autres. Les COV ont des effets délétères, non seulement sur la santé (certains sont “simplement” irritants pour les yeux ou l’appareil respiratoire, d’autres sont carrément cancérigènes) (…). Un enfant ou une personne allergique peut développer des symptômes même si l’exposition est très courte et la quantité de COV faible ! » Et un peu plus loin : « Dès que l’on ajoute quelque chose à l’air que l’on respire, on en change la composition. C’est mathématique. Pour être compatible avec nos besoins physiologiques, l’air doit contenir une quantité bien précise d’oxygène, d’ozone, de gaz carbonique, et c’est à peu près tout. »

Polluants irritants

Or son produit, Puressentiel, contient un grand nombre de COV qui polluent l’air à chaque pulvérisation. Sa proportion en COV est supérieure à 11,7 %, et les substances identifiées n’ont rien de sympathique. Elles se partagent entre composés irritants, allergènes, ­cancérogènes. Les teneurs sont élevées en terpènes, dont le limonène, allergène de contact et irritant. Il y a des aldéhydes, dont le redoutable formaldéhyde, et de ­l’acétaldéhyde. Puressentiel est donc un réservoir de polluants, au vu de nos analyses, en aucun cas un purifiant. Mais nos analyses n’ont porté que sur la composition et il y a fort à parier que d’autres polluants apparaissent après usage. Certains terpènes de Puressentiel, le limonène, l’alphapinène et le linalool, sont en effet connus pour réagir dans l’air avec l’ozone et former des polluants secondaires qui s’ajoutent aux polluants vaporisés. « La commercialisation de mélanges d’huiles essentielles pour épurer l’air est préoccupante, confirme Odile Massot, biochimiste et professeur responsable du master « risques en santé dans l’environnement bâti » à l’université d’Angers. Leur innocuité, par inhalation, n’est pas démontrée, ils risquent d’accentuer les crises d’asthme par leur potentiel irritant au lieu d’apporter un mieux-être. » Avec une telle composition, ce spray n’a rien à faire en pharmacie et il ne peut prétendre qu’il rend l’air plus pur.

E. C., rédacteur technique M. Marchais


Admin


Dernière édition par Admin le Ven 10 Mar - 22:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ/ POLLUTION    Ven 10 Mar - 21:02

Le fabricant réagit
Suite à l’envoi de nos résultats de test, Puressentiel nous a adressé ses commentaires. Les COV trouvés en quantité ne poseraient pas problème : « Ces COV naturels, ­inévitablement détectés dans des huiles essentielles, ne sauraient être assimilables aux COV de synthèse (solvants, émanations de pétrole). » Le fabricant nous joint aussi deux études qu’il a financées, afin de démontrer l’innocuité de son produit.
 
QC En termes d’impact sur la santé au moment de l’utilisation du spray, un COV a strictement les mêmes effets, qu’il ait été obtenu par un procédé de chimie de synthèse ou qu’il soit émis par un produit naturel. À titre d’exemple, l’alphapinène a toujours les mêmes propriétés sanitaires, qu’il soit synthétique ou naturel, et la même propension à réagir dans l’air avec l’ozone pour produire du formaldéhyde. La seule différence porte sur l’impact environnemental du processus de fabrication, en général moindre avec les produits naturels. Quant aux deux études, après expertise, elles ne permettent pas de conclure à l’innocuité du produit pour les populations sensibles.

LES PLANTES D’INTÉRIEUR

In vivo, les plantes, dites dépolluantes ou non, sont un excellent réservoir à moisissures.
Elles ont beau faire un tabac en jardinerie, les plantes dites « dépolluantes » n’ont jamais prouvé leur efficacité à domicile. Certes, des travaux de laboratoire ont démontré les capacités intrinsèques de certaines à absorber des polluants. Mais de l’enceinte expérimentale à un logement, il y a un monde. En 2010, l’expertise de l’Observatoire de la qualité de l’air intérieur concluait que « l’utilisation des plantes en pot n’apparaît pas efficace pour éliminer les polluants de l’air dans les espaces clos ». Les travaux financés par l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) ont abouti à la même conclusion : une efficacité quasi nulle en conditions réalistes d’exposition, même avec quatre jardinières par pièce. En revanche, les plantes présentent de vrais ­inconvénients. La terre des pots est un excellent réservoir à moisissures qui peuvent provoquer allergies et irritations. Et si l’entretien des plantes fait appel à des produits de traitement, on introduit des pesticides dans le logement.

LES PURIFICATEURS D’AIR

Ceux qui utilisent la photocatalyse ou l’ionisation peuvent être nocifs pour la santé.
Les procédés destinés à assainir l’air sont de plus en plus nombreux dans les rayons. Outre les appareils purificateurs d’air proprement dits, on trouve des enduits, des papiers muraux, des peintures, des carrelages, des sprays qui se disent autonettoyants ou antibactériens. Point commun : ils font appel à la photocatalyse, qui détruit les substances polluantes en les décomposant en vapeur d’eau et en dioxyde de carbone. Mais celle-ci recourt aux nanoparticules de dioxyde de titane, classées « cancérogène possible ». Et ce procédé provoque la formation de sous-produits de dégradation parfois plus néfastes pour la santé que les substances qu’il est censé éliminer. La purification de l’air par photocatalyse est donc à proscrire dans les logements. Les ioniseurs d’air peuvent aussi créer des sous-produits plus toxiques que les substances qu’on cherche à éliminer. Seuls les épurateurs d’air qui utilisent la filtration paraissent peu problématiques pour la santé, à condition de nettoyer les filtres et de les changer de manière régulière. En effet, il peut se produire un développement de moisissures sur les filtres encrassés, et celles-ci émettent des spores nocives pour la santé.

  • Pollution de l'air intérieur - Des mauvaises habitudes à oublier

  • Pollution de l'air intérieur - Identifier les 4 types de polluants


Admin
Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ/ POLLUTION    Ven 10 Mar - 21:42






Admin
Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ/ POLLUTION    Ven 10 Mar - 21:45

Quel air respire-t-on chez nos parlementaires ? Alors qu'un projet de réglementation et d'étiquetage des produits est en cours, l'UFC-Que Choisir a voulu sensibiliser les députés et sénateurs à la pollution de l'air intérieur et à la nécessité d'adopter une législation très protectrice pour les consommateurs. Contact a été pris avec 150 d'entre eux et avec la secrétaire d'État à l'Écologie, Chantal Jouanno, en charge du dossier au gouvernement. L'objectif était de leur proposer une analyse de la qualité de l'air intérieur de leur lieu de vie. L'UFC-Que Choisir finançait l'opération, les kits de prélèvement étaient envoyés et les participants devaient les laisser posés environ sept jours dans leur intérieur avant de les retourner à notre laboratoire. En ciblant notamment des élus qui appartiennent à une commission environnement ou à l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques, l'UFC-Que Choisir s'attendait à une forte mobilisation. Une cinquantaine de députés et sénateurs ont répondu oui au principe de l'analyse et, au final, 36 résultats ont pu être exploités. Les participants étaient de droite et de gauche, la pollution de l'air intérieur semble donc mobiliser sur tout l'échiquier politique.
 

LE PROTOCOLE


Les analyses

Comme pour nos précédentes analyses d'air intérieur, deux kits de prélèvement d'air avec cartouches absorbantes sont posés, un pour les composés organiques volatils (COV), l'autre pour les aldéhydes. Ils sont laissés en place une semaine. Les cartouches sont ensuite transmises au laboratoire, qui identifie et quantifie les polluants. L'UFC-Que Choisir avait recommandé aux parlementaires de placer les kits dans une pièce à vivre de leur logement. Certains les ont cependant posés dans leur bureau, qui fait parfois office de pied-à-terre, tant à l'Assemblée nationale qu'au Sénat. Les résultats peuvent être, de ce fait, un peu minorés en raison d'un moindre usage probable des produits d'entretien et des matériaux de décoration.

L'évaluation

À une concentration de COV inférieure à 200 µg/m3, la qualité de l'air ne pose pas problème si aucune substance toxique n'est présente. La pollution de l'air intérieur est en revanche préoccupante, même avec des teneurs totales limitées, dès qu'on détecte une substance classée cancérogène, mutagène ou toxique pour la reproduction. Le formaldéhyde et le benzène sont les deux polluants les plus présents.

FORMALDÉHYDE OMNIPRÉSENT

Après avoir reçu leurs résultats, nos élus devraient se trouver confortés dans la nécessité d'agir. À quelques exceptions près, l'air intérieur qu'ils respirent est pollué. Parfois, les concentrations totales en substances chimiques sont faibles ce qui est rassurant, mais ce bon résultat est gâché par la présence de formaldéhyde. Aucune exception, on le détecte dans tous les logements ou bureaux analysés. C'était déjà le polluant numéro un en 2002, quand nous avions publié les résultats de près de 900 logements. Il était alors présent partout et, dans 90 % des habitations, à des teneurs supérieures à 10 microgrammes par mètre cube d'air (µg/m3). Cette fois, il dépasse ce seuil dans 78 % des cas. Un bilan inquiétant pour un gaz aussi nocif pour la santé. Le benzène, un hydrocarbure aromatique cancérogène impliqué dans les leucémies et les lymphomes (cancers des cellules du système immunitaire), est également omniprésent. Heureusement, les concentrations sont souvent infimes mais 7 logements sur 36 dépassent l'objectif de qualité, fixé à 2 µg/m3. Deux autres substances indésirables sont retrouvées fréquemment, le trichloroéthylène et le tétrachloroéthylène. À base de chlore, ces molécules se dégradent lentement et peuvent s'accumuler dans l'organisme. Elles sont d'ailleurs classées « cancérogène probable » et suspectées d'être mutagènes. Les concentrations demeurent néanmoins très faibles, à quelques exceptions près.

UN ENJEU DE SANTÉ PUBLIQUE

Au final, le bilan de la qualité de l'air intérieur chez les parlementaires n'est guère fameux. Quelques-uns respirent un air globalement peu chargé en substances chimiques mais pollué par le formaldéhyde. D'autres cumulent formaldéhyde et benzène, les deux polluants les plus redoutables, et certains respirent un air chargé en composés organiques volatils (COV). La qualité de l'air intérieur peut être qualifiée de « très mauvaise » chez 9 parlementaires, « mauvaise » chez 20, « moyenne » chez 7 et « bonne »... nulle part. Ces résultats devraient inciter députés et sénateurs à se pencher sérieusement sur ce dossier, pour que la future réglementation soit vraiment protectrice de la santé des consommateurs et que l'obligation d'étiquetage englobe les secteurs oubliés par les lois Grenelle, notamment les produits d'entretien et les parfums d'intérieur.
 

LES PRINCIPAUX RÉSULTATS


Polluants en excès

- 100 % des locaux analysés contiennent du formaldéhyde, 78 % sont à plus de 10 µg/m3.
- 100 % des locaux analysés contiennent du benzène, 20 % sont à plus de 2 µg/m3.
- 50 % des locaux analysés dépassent le seuil de confort (200 µg/m3) en COV.


RÉACTIONS


Catherine Procaccia, sénatrice

« Vous m'apprenez que la teneur en formaldéhyde est élevée (38,3 µg/m3), je ne l'explique pas. On ne fume pas dans les bureaux du Sénat, il n'y a pas eu de travaux récents dans mon bureau, l'entretien courant se fait à l'aspirateur. Il faut sans aucun doute faire de la prévention en aérant beaucoup plus, en ouvrant les fenêtres plusieurs fois par jour. »

Christophe Caresche, député

« J'ai été surpris par la présence de formaldéhyde (12,7 µg/m3). Je n'avais pas conscience de cette pollution chimique, c'est une information précieuse. Cette problématique est assez ignorée. En tant que parlementaire, je suis ouvert à une avancée de la réglementation sur cette question qui me paraît très importante. »

Admin
Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ/ POLLUTION    Ven 10 Mar - 21:46


LES PARTICIPANTS


Outre Chantal Jouanno, secrétaire d'État à l'Écologie, voici la liste des parlementaires dont les résultats ont pu être exploités, soit 35 noms, un sénateur ayant refusé d'être cité.

UMP

Jérôme Bignon
Jean-Claude Bouchet
Yves Bur
François Calvet
Georges Colombier
Yannick Favennec
André Flajolet
Claude Gatignol
Didier Gonzales
Philippe Gosselin
François Grosdidier
Michel Havard
Denis Jacquat
Chantal Jouanno
Christiane Kammermann
Fabienne Labrette-Ménager
Bérengère Poletti
Catherine Procaccia
Jean-Marc Roubaud
Lionel Tardy

Parti socialiste

Gérard Bapt
Christophe Caresche
Frédéric Cuvillier
Jean-Pierre Dufau
Odette Duriez
Geneviève Gaillard
Catherine Génisson
Jérôme Lambert
Jean Mallot
Jacqueline Maquet Jean-Luc Pérat
Philippe Tourtelier

Nouveau Centre

Jean Dionis du Séjour

Union centriste

Jean-Marie Vanlerenberghe

Verts

Yves Cochet

Retrouvez ici notre test sur la pollution de l'air intérieur (13 commodes pour chambre d'enfants testées)

Admin
Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ/ POLLUTION    Ven 10 Mar - 21:48

Purificateurs d’air
 

Un remède pire que le mal ?


Publié le : 20/05/2013 




La pollution de l’air intérieur inquiète et le nombre d’allergiques augmente. Une aubaine pour les fabricants. Les épurateurs d’air en tous genres se multiplient en magasin. Pour le meilleur ? Pas si sûr

La qualité de l’air intérieur fait désormais partie des grands sujets de santé publiqueQue Choisir y contribue en traquant, test après test, les émissions de polluants des différents produits qui dégradent la qualité de l’air qu’on respire chez soi. Mais c’est une aubaine pour les professionnels du traitement de l’air, qui ont compris tout l’intérêt commercial qu’ils pouvaient tirer de cette problé­matique. Les procédés destinés à assainir l’air intérieur sont de plus en plus nombreux. Entre les appareils, les matériaux et même les clés USB, le marché monte en puissance. Les publicités vantent des dispositifs plus efficaces les uns que les autres, certains se disent même écolo. Que faut-il en penser, améliorent-ils vraiment la qualité de l’air des logements ?
Dans le petit monde du traitement de l’air, on ne jure plus que par la photocatalyse. Longtemps can­tonnée aux applications industrielles pour le traitement de l’eau et des effluents, elle s’est trouvé un nouveau marché avec l’air intérieur des logements. Les matériaux et les produits de décoration photoactifs se multiplient depuis quelques années. On trouve des enduits, des papiers muraux, des peintures, des carrelages et autres revêtements de sol, des sprays, des stores qui assurent épurer l’atmosphère, se disent autonettoyants ou antibactériens. On vend même des objets de décoration « assainissants ». Quant aux appareils épurateurs d’air, qu’ils soient mobiles ou qu’il s’agisse de consoles murales ou de plafonniers, ils font également de plus en plus appel à la photocatalyse. Le procédé est plébiscité, il ferait des merveilles.

DES NANOPARTICULES INQUIÉTANTES

Par une succession de réactions chimiques dues à l’irradiation du dioxyde de titane par des ultraviolets quand on parle d’appareils, ou par la lumière naturelle s’il s’agit de matériaux, la photocatalyse détruit les substances polluantes et les décompose en vapeur d’eau et en dioxyde de carbone. C’est a priori parfait.
Mais l’air intérieur d’un logement n’a rien à voir avec le traitement d’effluents industriels. Or, le passage de cette technologie au marché grand public s’est fait sans grande évaluation. Les études démontrant son efficacité ont été menées en laboratoire, en chambre d’essai, pas en simulant des conditions de vie réelles. Néanmoins, les quel­ques essais effectués sur les matériaux destinés à l’habitat, notamment des peintures et des papiers muraux, ne sont pas encourageants. « Les tests réa­lisés démontrent un très faible impact des matériaux de revêtement photoactifs sur les concentrations ambiantes en polluants, voire une dégradation globale de la qualité de l’air intérieur par la production de composés secondaires, commente Patrice Blondeau, maître de conférences à l’université de La Rochelle. Leur faible efficacité s’explique en grande partie par le fait que seule une petite fraction des molécules émises dans l’air intérieur entre en contact avec les parois de la pièce. »
Et puis, il y a l’épineuse question des effets sur la santé de la photocatalyse. D’abord, en raison des nanoparticules de dioxyde de titane. Elles constituent le catalyseur de la plupart des appareils et matériaux commercialisés, mais elles sont fortement suspectées d’être toxiques et cancérogènes. Dès 2007, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) les a classées « cancérogène possible » pour l’homme. Elles provoquent des cancers du poumon chez le rat, sont génotoxiques chez la souris. Présentes dans le sang de souris femelles, elles traversent le placenta et se retrouvent dans le foie et le cerveau des fœtus. Rien de très rassurant… Ensuite, il y a le procédé lui-même, qui peut provoquer la formation de nombreux sous-produits de dégradation, parfois plus néfastes pour la santé que les polluants qu’on cherche à éliminer ! La formation d’aldéhydes, en particulier de formaldéhyde, le polluant le plus préoccupant en air intérieur, d’acétaldéhyde et de propanal, ainsi que de cétones, figurent parmi les principaux composés secondaires identifiés.

Admin
Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ/ POLLUTION    Ven 10 Mar - 21:50

DES REMÈDES SIMPLES EXISTENT

Autant d’éléments qui ont conduit l’Observatoire de la qualité de l’air intérieur, à l’issue d’une journée de débats scientifiques et techniques, à conclure que, « en l’état actuel des connaissances, l’efficacité et l’innocuité des matériaux et systèmes d’épuration par photocatalyse ne sont pas avérées dans les environnements intérieurs ». Présentée par les industriels comme une technologie universelle, la purification de l’air par photocatalyse est donc à proscrire dans les logements.
Restent les autres types d’épurateurs d’air. Ils fonctionnent principalement par filtres ou par ionisation, ou en combinant les techniques. Les ioniseurs génèrent des ions négatifs réputés avoir des effets bénéfiques sur la santé, sans que ce soit scientifiquement prouvé, mais « comme dans le cas de la photocatalyse, les ions négatifs produits réagissent avec les composés organiques volatils en formant un plasma froid qui casse les molécules et les transforme en sous-produits, lesquels peuvent être plus toxiques que les substances de départ. Ce sont des phénomènes très complexes à optimiser, beaucoup d’appareils ne les maîtrisent pas », prévient Patrice Blondeau.
En l’état actuel des connaissances, en revanche, les épurateurs d’air qui utilisent la filtration, et seulement la filtration, ne semblent pas problématiques pour la santé. Pas de transformation des polluants dans ce cas, les filtres les captent. L’association de filtres à particules et de filtres à charbon actif améliore les performances en réduisant le nombre de poussières en suspension et en agissant sur de nombreux polluants, à condition de les nettoyer et de les changer régulièrement… avec précaution pour éviter le relargage de poussières !

Il existe heureusement des remèdes simples pour respirer un air sain. Éliminer les sources de pollution chimique, le tabac, éviter chien et chat en cas d’allergie, passer l’aspirateur régulièrement et avec soin, la serpillière humide plutôt que le balai, ventiler pour éviter les moisissures. Rien d’impossible à mettre en place.

Admin
Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ/ POLLUTION    Ven 10 Mar - 21:51

AMÉLIORER LA QUALITÉ DE L’AIR DE SON LOGEMENT

Un air non pollué chez soi, c’est possible, à condition d’éliminer les sources de pollution et d’aérer chaque jour.
Identifier les sources de pollution chimique
Désodorisants et parfums ­d’intérieur.
Que Choisir les a testés 
en 2004 puis en 2008. Conclusion : « Oubliez-les, ils font respirer des substances cancérogènes dans le pire des cas, allergènes ou irritantes le plus souvent. » Gare aux huiles essentielles, la plupart sont allergisantes.
 produits d’entretien.
À chaque fois que nous testons des nettoyants ménagers, nous analysons leurs émissions : contentez-vous du strict minimum ! Évitez les aérosols qui diffusent leurs particules dans l’air, les cires vaporisables, les bombes dépoussiérantes.
L’atelier et le garage attenants au logement.
Les vapeurs d’essence, les solvants et autres produits utilisés par les bricoleurs s’infiltrent facilement dans l’habitation.
Les travaux : vitrification, peinture…
Nos tests le démontrent, certaines peintures sont très polluantes, d’autres peu ou pas du tout. Pourtant, impossible de le savoir en magasin : l’étiquette des émissions de polluants présente sur les emballages ne suffit pas, les seuils retenus pour les diverses substances sont trop élevés.
Les solutions
• Éliminer les produits polluants.
• Faire le ménage et bricoler fenêtre ouverte.
• Entretenir la ventilation. Fermer les entrées d’air est une erreur, laisser s’encrasser les bouches d’extraction de l’air aussi.

• Aérer régulièrement. Les systèmes de ventilation ne suffisent pas, il faut ouvrir les fenêtres au moins 10 minutes matin et soir pour renouveler l’air. Contrairement à une idée répandue, l’air extérieur est moins pollué que l’air intérieur.

Admin
Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ/ POLLUTION    Ven 10 Mar - 21:54

Pollution de l'air intérieur
 

Les commodes pour chambre d’enfant



Publié le : 24/08/2010 

n 2006, Que Choisir avait analysé des commodes pour chambres d’enfant afin de vérifier qu’elles n’émettaient pas de polluants nocifs pour la santé. Les résultats étaient catastrophiques. Elles chargeaient l’air intérieur en formaldéhyde, un gaz très irritant et cancérogène par inhalation. Mais depuis, les fabricants de meubles ont fait de gros efforts comme le prouve ce test qui porte sur 13 commodes pour chambres d’enfant. La plupart sont peu émissives.

Des commodes pour chambre d'enfant très peu émissives, voilà une bonne surprise ! Les fabricants ont fait des efforts. Toutefois, le formaldéhyde pose encore problème. Privilégiez les meubles aux valeurs les plus basses.

Ne boudons pas notre plaisir : les résultats des analyses sur ces commodes pour enfants nous ont réservé une bonne surprise. Les références testées sont beaucoup moins polluantes qu'en 2006. Il y a quatre ans, nous avions titré « meubles à hauts risques » et les avions tous déconseillés, voire éliminés. Trop de formaldéhyde, trop de composés organiques volatils (COV), les niveaux des émissions posaient problème. Cette fois, le progrès est réel. Sur les treize commodes de notre sélection, seules deux méritent d'être éliminées. Sans être irréprochables, les autres sont acceptables et peuvent être installées dans une chambre d'enfant. Les émissions de COV, soit l'ensemble des substances chimiques envoyées dans l'air intérieur (hors formaldéhyde), sont tombées à un niveau très bas et parfois à peine mesurable : seulement 2 µg/m3 au bout de 28 jours pour la commode Snoop de Conforama, 3 µg/m3 pour la Titouan de Gami (marque du fabricant Gautier), 4 µg/m3 pour la commode Ikea, 5 µg/m3pour la Blog de Gautier et 6 µg/m3 pour la Vertbaudet. On peut ainsi parler d'un niveau d'émissions quasi nul. Les autres émettent davantage mais à un niveau très acceptable, d'autant qu'aucune substance classée cancérogène (autres que le formaldéhyde), mutagène, toxique pour la reproduction ou même allergène n'a été détectée par le laboratoire.

Admin
Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ/ POLLUTION    Ven 10 Mar - 21:55

DES EFFORTS À POURSUIVRE


Pour autant, nous jugeons que ces meubles ne sont pas irréprochables, parce que la question du formaldéhyde n'est pas tout à fait réglée, même si les fabricants sont sur la bonne voie. Au bout de 28 jours, les teneurs sont aujourd'hui très basses comparées à celles de 2006. Vertbaudet, alors éliminé pour ses 66 µg/m3, est tombé à 3, La Redoute est passée de 50 à 4, Gautier de 18 à 5 µg/m3« Nous avons notre propre site de fabrication de panneaux, explique Pierre-Emmanuel Berthault, le responsable qualité, sécurité et environnement du groupe Gautier. Dès 1993, nous avons respecté les exigences de la classe E1, la moins émissive en formaldéhyde. Nous avons continué à travailler sur les matériaux et, depuis 2007, nous avons franchi une nouvelle étape en utilisant des colles contenant très peu de formaldéhyde. Notre objectif, c'est désormais les colles sans formaldéhyde, nous sommes engagés dans un programme de recherches sur les résines naturelles. Il pourrait aboutir dans quelques années. » Une démarche en effet souhaitable car, compte tenu de la nocivité du formaldéhyde, la seule valeur vraiment satisfaisante, c'est zéro comme pour le benzène. Les commodes en émettant encore un peu, il faut aérer régulièrement pour renouveler l'air, surtout dans une chambre d'enfant.

IL RESTE UN CANCRE


Face à cette amélioration généralisée, il reste un réfractaire. Les 3 Suisses n'ont pas progressé. Les émissions de formaldéhyde demeurent très élevées, à un niveau inacceptable. Étonnés par cette mauvaise prestation, qui tranchait tant avec les progrès de la concurrence, nous avons d'ailleurs acheté une deuxième référence. Les analyses sont encore plus médiocres ! Le problème est donc sérieux, il n'y a eu aucune prise de conscience. La pollution de l'air intérieur et la santé des consommateurs n'étaient visiblement pas une préoccupation pour ce spécialiste de la vente à distance, ce qui est regrettable. Suite à l'envoi des résultats, les 3 Suisses nous ont annoncé un changement de fournisseur pour leurs deux modèles et semblent s'être enfin emparés du problème en lançant des tests d'émissions sur les nouveaux meubles.

Admin
Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ/ POLLUTION    Ven 10 Mar - 21:57

LES 2 COMMODES À ÉVITER

Les 3 Suisses épinglés

Les émissions de formaldéhyde constatées pour ces deux commodes sont inacceptables. Nous les déconseillons donc vivement. Mais si la réglementation en projet sur l'étiquetage était déjà entrée en vigueur, l'une serait étiquetée en A (à faibles émissions) alors qu'elle émet 51 µg/m3 de ce cancérogène certain au bout d'un mois, et l'autre en B malgré une concentration dans l'air ambiant de 87 µg/m3. Aberrant !
 


Admin
Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ/ POLLUTION    Ven 10 Mar - 21:57

LES 11 AUTRES COMMODES

 


Admin
Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ/ POLLUTION    Ven 10 Mar - 21:59

3 COMMODES POUR CHAMBRE D'ENFANT TESTÉES

Le choix du testeur
Nous avons soumis à des analyses 13 commodes pour chambre d'enfant. La plupart sont en panneaux de particules ou panneaux MDF (fibres de moyenne densité) et deux modèles associent bois massif et placages. Celles qui envoient des polluants dans l'air intérieur des logements ont été pénalisées.
Le protocole
Après avoir été déballée et montée, chaque commode est placée dans une chambre d'émission en acier inoxydable maintenue à une température de 23 °C, avec un taux d'humidité relative de 50 % et un air renouvelé à 50 % toutes les heures.
 Émissions à 3 jours
La première série d'analyses a lieu 3 jours après le montage. Les substances chimiques émises par la commode sont captées par deux cartouches qui prélèvent l'air de la chambre d'émission. L'une piège les composés organiques volatils (COV), l'autre les aldéhydes (dont le formaldéhyde). Les composés retenus par les cartouches sont analysés par des méthodes spécifiques.
Émissions à 28 jours
Après l'analyse à 3 jours, les commodes sont stockées dans des locaux à température ambiante, puis chacune est replacée dans une chambre d'émission le 25e jour. Une deuxième série d'analyses est effectuée à 28 jours avec le même type de cartouches et dans les mêmes conditions qu'à 3 jours.
Évaluation

À partir des émissions, on calcule les concentrations de polluants qu'on obtiendrait dans une pièce de 12 m2 (la surface moyenne d'une chambre). Ce sont les émissions à 28 jours, représentatives d'une pollution durable, qui comptent le plus. La présence de composés toxiques pénalise le meuble. Le formaldéhyde est, par conséquent, le facteur limitant dans notre évaluation.

Admin
Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ/ POLLUTION    Ven 10 Mar - 22:02


Pollution de l’air
 
Bruxelles accuse la France

Publié le : 17/02/2017

Après les pics de pollution de l’air par les particules fines, la France est accusée par l’Europe de ne pas lutter suffisamment contre le dioxyde d’azote, un polluant lui aussi très nocif pour la santé et essentiellement émis par les véhicules diesel.


La Commission européenne vient d’adresser un dernier coup de semonce à la France, l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie et le Royaume-Uni avant de saisir la Cour de justice européenne. Elle les accuse de dépasser trop souvent les limites fixées depuis 2010 en matière de pollution de l’air par le dioxyde d’azote. Si ce polluant est moins médiatisé que les particules fines, il constitue, lui aussi, une grave menace pour la santé.
Inutile de chercher des causes multiples à cette pollution par le dioxyde d’azote, « la plupart des émissions proviennent de la circulation routière », précise Bruxelles qui rappelle que « 400 000 citoyens meurent prématurément chaque année dans l’Union européenne à cause de la mauvaise qualité de l’air ». Rien qu’en France, 48 000 décès prématurés seraient dus chaque année à la pollution de l’air extérieur par les seules particules fines, d’après Santé publique France.
Si l’Allemagne est le pays le plus fautif avec 28 zones de qualité de l’air en infraction sur les teneurs de l’air en dioxyde d’azote, la France arrive en deuxième position avec 19 zones urbaines concernées, dont Lyon, Marseille et Paris.
Pour lutter contre ce phénomène, Bruxelles préconise une réduction du trafic routier, le passage aux voitures électriques, l’adaptation du comportement des conducteurs, mais avant tout « une réduction des émissions des véhicules à moteur Diesel ». Ils sont en effet responsables à 80 % des émissions de dioxyde d’azote dues à la circulation.La Commission européenne vient d’adresser un dernier coup de semonce à la France, l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie et le Royaume-Uni avant de saisir la Cour de justice européenne. Elle les accuse de dépasser trop souvent les limites fixées depuis 2010 en matière de pollution de l’air par le dioxyde d’azote. Si ce polluant est moins médiatisé que les particules fines, il constitue, lui aussi, une grave menace pour la santé


Le dispositif de vignettes Critair, appelé à se généraliser, pourrait permettre d’échapper à une condamnation européenne, à condition toutefois que les préfets imposent des mesures de restriction de circulation aux véhicules les plus polluants.Inutile de chercher des causes multiples à cette pollution par le dioxyde d’azote, « la plupart des émissions proviennent de la circulation routière », précise Bruxelles qui rappelle que « 400 000 citoyens meurent prématurément chaque année dans l’Union européenne à cause de la mauvaise qualité de l’air ». Rien qu’en France, 48 000 décès prématurés seraient dus chaque année à la pollution de l’air extérieur par les seules particules fines, d’après Santé publique France.

Si l’Allemagne est le pays le plus fautif avec 28 zones de qualité de l’air en infraction sur les teneurs de l’air en dioxyde d’azote, la France arrive en deuxième position avec 19 zones urbaines concernées, dont Lyon, Marseille et Paris.
Pour lutter contre ce phénomène, Bruxelles préconise une réduction du trafic routier, le passage aux voitures électriques, l’adaptation du comportement des conducteurs, mais avant tout « une réduction des émissions des véhicules à moteur Diesel ». Ils sont en effet responsables à 80 % des émissions de dioxyde d’azote dues à la circulation.
Après les pics de pollution de l’air par les particules fines, la France est accusée par l’Europe de ne pas lutter suffisamment contre le dioxyde d’azote, un polluant lui aussi très nocif pour la santé et essentiellement émis par les véhicules diesel

Admin
Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ/ POLLUTION    Ven 10 Mar - 22:06

ACTUALITÉS


Toxicité des produits d’entretien et des sprays assainissants • Un intérêt médiatique qui réjouit l’UFC-Que ChoisirPUBLIÉ LE : 10/03/2017 
Alors qu’une bonne partie de la presse semble découvrir la nocivité de produits d’entretien et de désodorisants du quotidien, l’UFC-Que Choisir dénonce depuis déjà longtemps la forte contribution d’une partie d’entre eux à la pollution de l’air intérieur de nos logements. Rappel de nos nombreuses…




Parfums d’intérieur • Bientôt un étiquetagePUBLIÉ LE : 26/10/2013 
« Polluants d’intérieur », avait titré Que Choisir tant les tests effectués en 2004 sur les désodorisants d’intérieur étaient alarmants. Face à ce constat qui reste d’actualité, l’étiquetage sur leurs émissions de polluants qui vient d’être annoncé est une bonne nouvelle pour la santé des…




Pollution de l’air intérieur • Un kit de détection inutilePUBLIÉ LE : 13/04/2013 
« Testez la qualité de l’air intérieur », voilà un coffret du fabricant Daily Diag a priori fort utile pour tous les consommateurs qui se demandent s’ils respirent un air sain à leur domicile. Mais après expertise des notices, Que Choisir en déconseille vivement l’achat.




Peinture, décoration • Étiquetage trop laxistePUBLIÉ LE : 07/01/2012 
A priori, la lutte contre la pollution de l’air intérieur progresse. Les émissions de polluants doivent être affichées sur les produits de construction et de décoration. Mais l’intérêt des industriels est passé avant les impératifs de santé publique !




Plantes dépolluantes • InefficacesPUBLIÉ LE : 17/09/2011 
Les plantes dites « dépolluantes » font un tabac en jardinerie : les publicités semblent avoir convaincu les consommateurs qu’elles pouvaient améliorer la qualité de l’air intérieur… En réalité, il n’en est rien.

Admin
Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ/ POLLUTION    Jeu 16 Mar - 0:31

Fournitures scolaires
 

Des bâtons (de colle) dans les roues

Publié le : 09/09/2016 
À la suite de nos analyses sur la toxicité des fournitures scolaires, le fabricant de colles pour enfants Cléopâtre nous a transmis ses échanges avec l’administration. Des échanges qui confirment les aberrations réglementaires que nous avons dénoncées à propos des fournitures scolaires.


C’est une drôle d’aventure qui est arrivée au fabricant de colles pour enfants Cléopâtre. « Puisque aucune législation ne s’applique aux colles, nous explique-t-il, nous avions décidé d’utiliser la norme Jouet comme référence pour informer les consommateurs et s’assurer nous-mêmes de l’innocuité de nos produits. Comme les phrases et les logos de la réglementation sur les jouets sont reconnus aisément par les consommateurs et les professeurs des écoles, c’était rassurant pour tout le monde. »
Au vu des composés toxiques et allergisants que contiennent la majorité des 52 fournitures scolaires de notre test, « Que Choisir » ne peut que confirmer l’intérêt de la démarche ! Pourtant, fin 2015, le fabricant Cléopâtre reçoit un courrier comminatoire de la Direction départementale de protection des populations (DDPP) d’Indre et Loire, un service de la DGCCRF, le sommant de retirer le marquage CE, les indications d’âge et les phrases d’alerte figurant sur ses colles. Motif invoqué : la colle ne peut pas être considérée comme un jouet, elle entre dans la catégorie des articles de papeterie et par conséquent « ne peut pas porter le marquage CE ou tout autre marquage spécifique à la réglementation jouets ».
Le fabricant n’en est pas revenu. Mais le pire, c’est que ce courrier juridique de la DDPP est tout à fait justifié. Il révèle juste le vide réglementaire sidéral qui entoure les fournitures scolaires bien qu’elles s’adressent aux enfants.



s.

Admin
Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ/ POLLUTION    Lun 24 Avr - 19:25

ACTUALITE 

Aéroports

Que valent les aéroports français ?

Publié le : 18/04/2017 


Si les compagnies aériennes françaises se classent honorablement dans notre enquête satisfaction menée auprès des passagers de 8 pays, il n’en va pas de même pour les aéroports français. Malgré de réelles ambitions et de nets progrès, de nombreux critères (restauration, zones de confort…) continuent de décevoir.
Le transport aérien en France a une nouvelle fois prouvé son extraordinaire résilience en 2016. Malgré les attaques terroristes, le nombre de passagers sur les vols intérieurs et internationaux est resté en croissance de 3,1 % sur l'année, avec un total de 186,3 millions de passagers. Entre 2006 et 2016, la croissance des aéroports français s’établit à 25,4 %. Les deux plateformes parisiennes de Paris-Charles-de-Gaulle (Paris-CDG) et Paris-Orly représentent à elles seules 52,1 % de ce trafic, tiré par les visiteurs étrangers.
Première ou dernière image que de nombreux voyageurs ont de la France, les deux aéroports parisiens font face à un important impératif de qualité. Ils apparaissent pourtant en bas de notre tableau des aéroports de plus de 15 millions de passagers, à la 29e place (Paris-Orly) et 31e place (Paris-CDG) sur 32, avec respectivement des notes de 13,9 et 13,7/20. Les deux aéroports sont appréciés pour la qualité du téléaffichage (15,1/20), mais sont critiqués sur la qualité des bars et des restaurants (un mal qui touche l’ensemble des aéroports, comme le montre notre enquête) et sur les zones de repos ou d’attente, qui ne satisfont pas les passagers (nombre de sièges, présence de prises, etc.).
Ce résultat de l’aéroport Paris-CDG rejoint celui délivré par le classement annuel du site Skytrax, réalisé sur la base de 14 millions de témoignages de passagers issus de 105 pays. Il place l’aéroport parisien à la 32e place de son top 100, entre ceux de Madrid (12e de notre propre classement, avec 15,2/20) et Barcelone (10e avec 15,3/20 dans notre classement). Pour le premier aéroport français, cette place est déjà une victoire : les efforts de l’aéroport pour améliorer la qualité de service dans les aéroports parisiens lui ont permis de progresser, en 3 ans, de 62 places dans le classement (de la 95e à la 33e place) !
Le classement de Skytrax place, comme le nôtre, l’aéroport de Singapour à la première place. En deuxième position, nos lecteurs ont placé Munich (16,2/20), seul aéroport européen classé « cinq étoiles » par Skytrax. Notre reportage sur place montre que cette seconde place n’est pas usurpée.
Si dans le classement Skytrax, il faut descendre à la 92e place pour trouver un second aéroport français (celui de Nice), ils sont 7 à être présents dans notre classement des aéroports recevant entre 3 et 15 millions de passagers. Derrière l’aéroport de Porto, largement premier avec 16,5/20, celui de Toulouse-Blagnac pointe à la 9e classe (14,3/20), à quelques encablures de Nice-Côte d’Azur (12e), Nantes-Atlantique (13e), Lyon-Saint-Exupéry (15e) et Bordeaux-Mérignac (16e). Un classement dans un mouchoir de poche, autour des 14/20, qui progresse légèrement par rapport à notre précédente enquête de 2014. Ces quatre aéroports sont particulièrement bien notés sur le critère « sentiment de sécurité dans l’aéroport », mais trébuchent eux aussi sur la restauration et les zones de confort. L’aéroport Marseille-Provence, à la 21e place, est légèrement en retrait sur le critère des toilettes. Cela devrait s’améliorer, nous a indiqué l’aéroport : une expérimentation a été menée pour adapter la prestation de nettoyage des toilettes en fonction de la fréquentation constatée en temps réel. Elle donne satisfaction dans la zone concernée et va être généralisée. Saluons enfin la performance de l’aéroport de Beauvais-Tillé. Ses 4 millions de passagers, qui sont 99 % à emprunter des compagnies low cost, peuvent se réjouir : sa note est passée en 3 ans de 11,8 à 13,1/20. C’est la plus forte progression de notre classement, tous aéroports confondus.

Admin
Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ/ POLLUTION    Lun 24 Avr - 19:26

LES 5 PLUS GRANDS AÉROPORTS FRANÇAIS DANS LE DÉTAIL

Aéroport Paris-Charles-de-Gaulle

Plus grand aéroport français, avec 9 terminaux, 4 pistes et 157 compagnies aériennes présentes, Paris-CDGa vu sa croissance bridée en 2016 (+0,3 %) par le contexte terroriste. 65,9 millions de passagers l’ont utilisé, faisant de Roissy le deuxième aéroport d’Europe (10e du monde), derrière Londres Heathrow et devant Francfort. La direction de Paris Aéroport (propriétaire des aéroports Paris-Orly, Paris-CDGet du Bourget) vise le premier rang européen pour Paris-CDGen 2020. Trois milliards d’euros vont être investis d’ici là pour moderniser la plateforme aéroportuaire, sans construire de nouveaux terminaux : rénovation des terminaux 2B et 2D, avec agrandissement de la liaison entre ces deux terminaux, fusion des terminaux internationaux dans le T1… De quoi améliorer le critère « accessibilité des différentes zones de l’aéroport », que nos lecteurs ont durement jugé. Paris Aéroport prépare aussi l’arrivée, prévue en 2023, du Charles-de-Gaulle Express, qui reliera le terminal 2 à Paris en 20 minutes. Actuellement, Paris-CDG est l’aéroport français le plus mal noté sur le critère de la facilité d’accès à l’aéroport. La construction d’un 4e terminal est aussi à l’étude, pour accueillir le trafic post-2024.

Admin
Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ/ POLLUTION    Lun 24 Avr - 19:27

Aéroport de Lyon

Situé à 25 km à l’est de Lyon, l’aéroport Lyon-Saint-Exupéry a accueilli en 2016 plus de 9,55 millions de passagers, un chiffre en hausse de 9,8 % en un an. Pour accompagner cette progression, l’aéroport a lancé un important chantier de construction d’un nouveau terminal 1. Cet investissement de 215 millions d’euros doublera la superficie des terminaux actuels et portera la capacité d’accueil de l’aéroport à 15 millions de passagers (contre 9,5 millions aujourd’hui). Le futur terminal 1, qui ouvrira à l’automne 2017, fera 70 000 m², dont 10 000 seront réservés à des espaces détente, restauration et shopping. De quoi répondre aux deux points faibles de l’aéroport relevés par nos lecteurs : l’offre de « bars et restaurants » (10,9/20) et les « sièges et zones de confort » (11,9/20).

Admin
Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ/ POLLUTION    Lun 24 Avr - 19:27

Aéroport de Marseille

Situé sur la commune de Marignane, à équidistance de Marseille et d’Aix-en-Provence, l’aéroport Marseille-Provence a reçu 8,47 millions de passagers en 2016 (+2,6 % sur un an), contre 6 millions en 2006 et 10 millions prévus à l’horizon 2020. Si la refonte complète de son parvis a, ces derniers mois, pénalisé la facilité d’accès à l’aéroport, les passagers pourront y profiter à partir de juin 2017 de flux optimisés et d’une nouvelle gare routière. Plus globalement, l’aéroport a prévu de dépenser 500 millions d’euros d’ici à 2026 pour améliorer la satisfaction des passagers. Ce programme d’investissements, le plus important depuis la création de l’aéroport en 1922, s’est déjà traduit par une amélioration de la signalétique et du mobilier, de l’accès au parking et par la création d’une application mobile. 

Admin
Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ACTUALITÉ/ POLLUTION    

Revenir en haut Aller en bas
 
ACTUALITÉ/ POLLUTION
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Quel journal ou magazine d'actualité lisez-vous ?
» Actualités armées/sociétés de défense du monde infos photos
» Pollution aux Antilles
» [UFO] Le site et l'actualité de la section.
» DE - Actualités

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CATHYIMAGES :: PRESENTATION &FORUM :: QUE CHOISIR & ACTUALITÉ-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: