CATHYIMAGES



CATHYIMAGES

IMAGES DIVERS ,NATURE,FEMMES ,HOMMES,ENFANTS,VILES, PAYS, ACTEURS, CHANTEURS, NCIS.
 
Accueilhttps://www.catCalendrierÉvènementsPublicationsFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» MACRON ACTUALITE
Hier à 22:15 par Admin

» DÉCRYPTAGE / JOUE AVEC NOTRE SANTE
Hier à 22:03 par Admin

» ACTION LOCAL..
Hier à 21:48 par Admin

» GUIDE D'ACHAT/UN LITIGE?
Hier à 21:45 par Admin

» ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS
Hier à 21:42 par Admin

» ANIMAUX
Lun 16 Juil - 23:26 par Marck53

» AUTOS SPORTIVE
Lun 16 Juil - 23:12 par Marck53

» INFO ACTU
Lun 16 Juil - 13:32 par Admin

» MACRON
Ven 22 Juin - 22:46 par Admin

Juillet 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
CalendrierCalendrier
Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Google+Suivre Forumactif sur Google+Suivre Forumactif sur Pinterest




Portail
Index
Membres
Profil
FAQ
Rechercher
Forum

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 CONSEILS

Aller en bas 
AuteurMessage
Marck53
Marck53
Marck53
avatar


MessageSujet: CONSEILS    Ven 7 Avr - 21:37

Électroménager
 

Réparer sans recourir à un service après-vente



Utiliser le service après-vente (SAV) d’une enseigne pour réparer un produit en panne à la fin de sa période de garantie peut coûter très cher. Heureusement, de nombreuses possibilités s’ouvrent aux consommateurs pour réduire la facture en mettant la main à la pâte.
 

LES TUTORIELS EN LIGNE

Les fabricants sont de plus en plus nombreux à proposer des pièces détachées pour leurs produits. Elles peuvent généralement être commandées depuis leur site officiel. Mais une fois la pièce en main, encore faut-il savoir la monter ! Plusieurs sites Internet se sont spécialisés dans les conseils pratiques sur la réparation d’électroménager. Ils fournissent les notices des produits, des vues éclatées des appareils et des tutoriels. Spareka.fr, créé en 2012, propose près de 300 vidéos de réparation. Tout-electromenager.fr et commentreparer.fr délivrent aussi des conseils, mais permettent surtout de demander de l’aide à d’autres internautes. Le site sosav.fr est, lui, spécialisé dans l’électronique (smartphones, tablettes…). Les marques s’y mettent aussi : Seb s’est doté d’un studio pour tourner des didacticiels destinés à sa chaîne Youtube. Attention aux sites qui, sous couvert de donner des conseils, vous inciteront ensuite à contacter un réparateur partenaire.
 

LES REPAIR CAFÉS

Concept né à Amsterdam en 2009, les Repair cafés ont rapidement essaimé et sont aujourd’hui plus d’une centaine en France. Le concept est simple : à intervalles réguliers, des séances de réparation de tous types de produits ­(vêtements, meubles, électroménager, vélos…) sont organisées dans un lieu où outils et matériel se trouvent à la disposition des visiteurs. Des bénévoles sont présents pour guider les personnes ayant un appareil à réparer. Les réparations sont en général gratuites, mais certains Repair cafés ­demandent une contribution de quelques euros pour couvrir leurs frais. Liste des Repair cafés sur repaircafe.org/fr/
 

LES ATELIERS D’AUTORÉPARATION

L’association Les ateliers de la Marabille à Caen (14), la société ATR à Limoges (87), l’atelier 2AM à Marsac-sur-l’Isle (24)… Des ateliers ouvrent leurs portes aux particuliers qui, pour un prix réduit, peuvent profiter des outils et conseils d’un professionnel, à condition de faire le travail eux-mêmes.
 

LE RÉSEAU ENVIE

Le réseau d’entreprises sociales Envie propose, depuis octobre 2016, un service de réparation au prix fixe de 39 € au sein de ses 45 magasins. Ces derniers utilisent en priorité des pièces détachées d’occasion, pour une double économie et une réparation plus écologique.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Stiven
Stiven
Stiven
avatar


MessageSujet: Re: CONSEILS    Jeu 4 Mai - 14:16

Sauvegarde informatique

 

Nos conseils pour sauvegarder vos données

L’ARTICLEAGRANDIR/RÉDUIRE LE TEXTE
Un disque dur en panne, un virus informatique, un smartphone qui prend l’eau et voilà vos documents, vos e-mails, vos photos définitivement perdus. Votre vie numérique est fragile. S’astreindre à sauvegarder régulièrement vos données est impératif. En ce 31 mars, journée mondiale de la sauvegarde informatique, voici nos conseils selon votre équipement et les bons réflexes à adopter


POURQUOI SAUVEGARDER ?

Si vous vous posez la question, c’est que vous n’avez jamais perdu de données ! On réalise souvent l’importance de procéder à des sauvegardes régulières trop tard, une fois confronté à une panne de disque dur ou au vol de son téléphone portable (et de tous les contacts qui, bien sûr, n’étaient notés nulle part ailleurs…). Vos photos et vos documents divers sont précieux : mettez-les à l’abri ! S’astreindre à des sauvegardes n’est pas si contraignant, et vous vous remercierez infiniment de vous y être plié si vous êtes confronté à une perte.

QUELS FICHIERS FAUT-IL SAUVEGARDER ?

Il est impératif de sauvegarder tous les fichiers stockés « en local » dans vos appareils, c’est-à-dire dans le disque dur de votre ordinateur ou dans la mémoire de votre tablette tactile et de votre smartphone. Contacts, photos, vidéos, documents bureautiques, courriels… Tous les fichiers sont concernés. En revanche, en cas de panne ou d’accident, vous retrouverez automatiquement les fichiers stockés en ligne. C’est par exemple le cas des e-mails si vous utilisez un webmail (Gmail, Hotmail…), des photos hébergées sur Flickr ou des documents copiés dans le « cloud » (Dropbox, Google Drive…). Gardez bien cette distinction en tête.

COMMENT SAUVEGARDER VOS FICHIERS ?

Les deux principales solutions pour mettre vos documents à l’abri consistent à les copier sur un disque dur externe ou sur un service d’hébergement en ligne.

DISQUE DUR EXTERNE

Il existe différents types de disques durs : disque dur externe, disque dur portable, disque NAS, disque SSD. Nos guides d’achats et nos tests vous orienteront vers le modèle le plus approprié à vos besoins. Un disque dur externe de 2 To coûte entre 100 et 200 €, un NAS de 4 To autour de 400 €. Un disque SSD est beaucoup plus cher (150-250 € pour 256 Go). Veillez dans tous les cas à choisir un disque d’une capacité de stockage supérieure à celle de votre ordinateur. Vous pourrez ensuite copier les fichiers importants en les sélectionnant manuellement, ou opérer une sauvegarde de tout votre système (voir ci-dessous en fonction de votre ordinateur).

Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Stiven
Stiven
Stiven
avatar


MessageSujet: Re: CONSEILS    Jeu 4 Mai - 14:19

CLOUD

Stocker ses fichiers en ligne permet de les retrouver à n’importe quel moment et depuis n’importe quel ordinateur, tablette ou smartphone. Géants du Web (Apple, Google, Microsoft, Amazon), FAI (Bouygues Telecom, Orange, SFR) ou entreprises spécialisées (Dropbox, Hubic, etc.) proposent tous à leurs clients un espace de stockage dans le cloud. Mais il faut parfois payer pour obtenir un stockage volumineux. Par exemple, Dropbox propose 1 To de stockage pour 8,25 €/mois.

Notre conseil : Rien n’empêche d’utiliser un disque dur externe et un service cloud. Le premier pour archiver ses photos et les documents devenus inutiles ; le second pour avoir sous la main les fichiers que vous pouvez avoir besoin de partager. Les services cloud permettent en effet de partager des documents via un simple lien.

Bon à savoir : faites le ménage avant de sauvegarder. Les besoins en gigaoctets augmentent rapidement et les photos ratées sont ratées… à jamais. Inutile de les conserver !

J’UTILISE UN PC SOUS WINDOWS

À chaque version de Windows, Microsoft a prévu une procédure pour sauvegarder tout votre système, y compris vos fichiers personnels. Il suffit d’accéder aux paramètres, puis au menu sauvegarde (dans le « Panneau de configuration » sous Windows XP, Windows 7 et Windows 8, dans l’onglet « Mise à jour et sécurité » sous Windows 10). Vous pourrez alors choisir les dossiers à sauvegarder ou préférer une sauvegarde de tout le système, et définir une fréquence de sauvegarde automatique (il faudra dans ce cas vous assurer que le disque dur de sauvegarde est connecté à votre PC).

Mise en garde : Procéder à la sauvegarde complète d’un ordinateur infecté par un virus n’élimine pas le virus. Utilisez un antivirus efficace avant de sauvegarder votre système.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Stiven
Stiven
Stiven
avatar


MessageSujet: Re: CONSEILS    Jeu 4 Mai - 14:20

J’UTILISE UN ORDINATEUR MAC

Depuis Mac OS X 10.5 (sorti en 2007), Apple propose un logiciel de sauvegarde automatique baptisé Time Machine. Là aussi, un disque dur externe est nécessaire. Une fois connecté au Mac (en USB, Firewire ou Thunderbolt), rendez-vous dans les préférences système et cliquez sur Time Machine. La configuration est simple, et une fois cette étape franchie, des sauvegardes sont automatiquement effectuées chaque heure pour les données des 24 dernières heures, chaque jour pour les données du mois précédent, et chaque semaine pour les données des mois antérieurs. Lorsque le disque de sauvegarde est saturé, les sauvegardes les plus anciennes sont supprimées. Il est bien sûr possible de procéder à ces sauvegardes manuellement.




J’UTILISE UN IPAD, UN IPHONE



Si vous avez un ordinateur, installez le logiciel iTunes (disponible pour PC ou Mac, gratuit), puis connectez votre appareil (iPhone ou iPad). Lorsqu’il apparaît dans les menus, choisissez « Résumé » puis, dans la fenêtre de droite, « Sauvegarder automatiquement » sur l’ordinateur. Cette opération stocke un fichier qui contient toutes vos données, et qu’il suffira de réinstaller si vous changez d’appareil.



Apple propose également de sauvegarder le contenu de l’appareil sur iCloud, son service d’hébergement sur Internet. C’est la méthode requise si vous ne possédez pas d’ordinateur. Cette fois, il faudra mettre la main à la poche car l’espace octroyé gratuitement par Apple (5 Go) ne suffira pas pour stocker vos photos, vos contacts, vos comptes, etc. Comptez 2,99 €/mois pour 200 Go, 9,99 €/mois pour 1 To et 19,99 €/mois pour 2 To.


Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Stiven
Stiven
Stiven
avatar


MessageSujet: Re: CONSEILS    Jeu 4 Mai - 14:21

J’UTILISE UN SMARTPHONE/UNE TABLETTE ANDROID

Les smartphones et les tablettes Android font cohabiter deux environnements logiciels : celui propre au constructeur (Samsung, Huawei et les autres) et celui de Google, qui leur impose d’installer par défaut ses applications mobiles. Dans les paramètres (« Comptes », puis « Google »), vous pouvez choisir de synchroniser les données entre applications équivalentes. Ainsi, un rendez-vous est automatiquement ajouté aux deux calendriers (S Planner chez Samsung, par exemple, et Google Agenda). Idem pour les contacts ou encore les photos. Une fois hébergées sur les serveurs de Google, ces données sont disponibles depuis n’importe quel appareil avec vos identifiants. Google offre 15 Go de stockage, au-delà, il faudra payer (1,99 €/mois pour 100 Go, 9,99 €/mois pour 1 To). Si vous n’utilisez que les applications proposées par le fabricant, les sauvegardes passeront par leur propre système. Chez Samsung, par exemple, le logiciel Smart Switch (disponible pour PC ou Mac, gratuit) permet de stocker toutes les données de son smartphone ou de sa tablette sur son ordinateur.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: CONSEILS    Lun 8 Mai - 13:53



Résultat ne peut pas être donne sans abonnement a que choisir.
Désolé , je ne peux pas divulguer cela ..

https://www.cathyimages.org/t287-iphon#9793

Admin

Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
kristel555

avatar


MessageSujet: Re: CONSEILS    Sam 27 Mai - 22:15



1. VÉRIFIEZ SI LA DETTE EXISTE TOUJOURS

C’est le B.A-BA. Si votre dette est prescrite, vous ne devez plus rien. « Le délai de prescription d’une créance est de deux ans à partir du premier impayé. Si aucune procédure judiciaire n’a été engagée pendant ce temps, la créance est éteinte », martèle MBérangère Canepa-Sauer, avocate. Attention, si une procédure judiciaire a été engagée et que les tribunaux ont rendu une ordonnance ­d’injonction de payer, le délai de prescription passe à 10 ans (30 ans pour les dettes antérieures à 2008).
 

2. SACHEZ DANS QUELS CAS UNE SAISIE EST POSSIBLE OU NON

Si la dette est prescrite, aucune poursuite ni mesure coercitive ne peuvent être exercées. Si la dette n’est pas prescrite (moins de 2 ans), les sociétés de recouvrement ne peuvent pas pour autant effectuer de saisies (immobilière, sur compte ou salaire) par elles-mêmes. Il faut pour cela qu’une procédure ait été engagée devant le tribunal et que le juge ait rendu une décision exécutoire (ex. : ordonnance d’injonction de payer). Ensuite, seul un huissier mandaté par la société pourra procéder à une saisie. Une procédure qui prend un peu de temps.
 

3. MÉFIEZ-VOUS DES PROPOSITIONS DE PAIEMENT FRACTIONNÉ

N’effectuez aucun paiement, même mineur, sans être certain que la dette existe toujours. Ce serait ouvrir la boîte de Pandore. En effet, attention, un seul paiement ressuscite une dette prescrite ! Le délai de prescription repart pour deux ans.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
kristel555

avatar


MessageSujet: Re: CONSEILS    Sam 27 Mai - 22:15

4. RENSEIGNEZ-VOUS POUR SAVOIR SI LA DETTE A FAIT L’OBJET D’UN RACHAT

La loi est formelle : si une dette est cédée, le débiteur ne doit que le prix de rachat (et non le montant initial de la dette).
 

5. NE PAYEZ AUCUNS FRAIS DE RECOUVREMENT À LA SOCIÉTÉ

Dans le cadre de la procédure amiable, une société de ­recouvrement ne peut pas facturer de frais supplémentaires au débiteur. Ces derniers sont à la charge du créancier.
 

6. VÉRIFIEZ QU’IL NE MANQUE AUCUNE MENTION OBLIGATOIRE

Une cession de dette n’est ­opposable que si toutes les mentions suivantes sont bien indiquées au débiteur : nom du créancier initial, montant de la dette, prix de cession de la créance. De plus, une copie de document prouvant le rachat doit être fournie.
 

7. NE SOYEZ PAS INTIMIDÉ PAR CERTAINES FORMULES

« Dernier avis avant poursuites », « Mise en demeure », « Dernier rappel », « Sommation de payer » : toutes ces formules n’ont aucune ­valeur juridique dans le cadre d’une procédure amiable. Elles sont valables uniquement si elles émanent d’un huissier agissant avec un titre exécutoire (acte authentique notarié ou décision du tribunal).
Consultez également :



Élisa Oudin

Admin

Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: CONSEILS    Sam 27 Mai - 23:09



ANNULATION, RETARDS, SURBOOKING

Quelle réglementation ?

Pour les cas d’annulation, de surbooking et de retard, ce sera surtout le règlement européen qui jouera. Il s’applique aux vols dits « européens », c’est-à-dire ceux qui décollent d’un aéroport situé en Union européenne (UE), quelle que soit la compagnie, ou ceux qui décollent vers l’UE à partir d’un État non membre, à condition que la compagnie aérienne soit européenne. La réglementation s’applique même lorsque le vol comporte une escale en dehors de l’Union européenne. Dans le cas d’un voyage Paris-Bangkok avec escale à Doha, par exemple, la réglementation s’appliquera même si le retard est imputable au second vol (Doha-Bangkok).

Une indemnisation forfaitaire

En cas d’annulation de vol, le passager peut choisir entre le remboursement de son billet ou le réacheminement par la compagnie vers sa destination dans les meilleurs délais. Il peut aussi prétendre à une indemnisation forfaitaire explicitement prévue. Elle est de 250 € pour les vols de moins de 1 500 km, de 400 € pour ceux compris entre 1 500 et 3 500 km et de 600 € au-delà. Les compagnies peuvent s’exonérer de cette obligation si l’annulation du vol est due à une « circonstance extraordinaire ». Au fil du temps, cette notion de « circonstances extraordinaires » s’est révélée compliquée à cerner. Le texte européen ne les ayant pas précisées, elles ont été précisées à travers la jurisprudence de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE). Un problème technique découlant de l’exercice normal de l’activité ou une panne moteur inopinée ne sont pas une circonstance extraordinaire. Une grève de la compagnie n’est pas une circonstance extraordinaire, mais celle d’un tiers (bagagistes, contrôleurs aériens…) l’est. La météo peut être une circonstance extraordinaire (éruption volcanique, tempête de neige…) mais les compagnies ont tendance à utiliser l’excuse du mauvais temps de manière abusive.
En cas de retard, les droits du passager diffèrent en fonction du délai d’attente. Si le retard au départ est d’au moins 5 h, et si le passager renonce à son voyage, il est en droit de se faire rembourser son billet. En cas de retard de 3 h ou plus de l’avion à son arrivée, le passager peut prétendre à une indemnisation de 250 € pour les vols inférieurs à 1 500 km, de 400 € pour des vols compris entre 1 500 et 3 500 km et de 600 € pour des vols supérieurs à 3 500 km. En plus de cela, la législation européenne oblige le transporteur à proposer des rafraîchissements et la possibilité de se restaurer en attendant le prochain vol, voire un hébergement si l’attente est d’au moins une nuit. Deux appels téléphoniques doivent aussi être proposés.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: CONSEILS    Sam 27 Mai - 23:10

En cas de situation de surbooking (surréservation), la compagnie est d’abord obligée de faire appel au volontariat. Le passager volontaire a le choix entre le remboursement de son billet ou le réacheminement par la compagnie vers sa destination dans les meilleurs délais. Il peut aussi négocier une indemnisation avec la compagnie aérienne et des prestations supplémentaires (repas en cas de longue attente, hôtel, etc.). S’il n’y a pas de volontaire ou que leur nombre est insuffisant, la compagnie peut demander à des passagers de changer de vol. Dans cette situation, l’indemnisation est aussi obligatoire et ne souffre aucune exception. Les montants d’indemnisation sont identiques à ceux du retard et de l’annulation. Ils peuvent néanmoins être réduits de moitié si le passager arrive à destination avec moins de 2, 3 ou 4 h (en fonction de la distance) de retard par rapport à l’horaire du vol initialement prévu.
Bon à savoir. Au titre de la convention de Montréal (art. 19), le passager en retard peut réclamer une indemnisation complémentaire afin d’être pleinement indemnisé du préjudice occasionné (par exemple, perte de journées de travail). La convention de Montréal limite cette responsabilité à la somme de 4 500 « droits de tirage spéciaux » (environ 4 500 €) par passager. Préparez-vous donc à prouver et chiffrer votre préjudice.
Bon à savoir. La compagnie est tenue de vous indemniser en espèces ou par tout autre moyen de paiement (chèque, virement bancaire, etc.). Elle ne peut vous régler sous forme d’avoir ou de bon d’achat qu’avec votre accord écrit. Dans ce cas, négociez un petit extra !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: CONSEILS    Sam 27 Mai - 23:10

PERTE OU RETARD DE BAGAGES

La plupart des États ayant désormais ratifié la convention de Montréal (elle remplace celle de Varsovie), c’est, par conséquent, elle qui joue le plus souvent en cas de perte, détérioration ou retard de bagages. L'indemnisation est limitée à un plafond qui dépend de l'origine de la compagnie aérienne. En cas de compagnie originaire de l’Union européenne, elle est de 1 220 € maximum. Pour une autre compagnie, elle est de 20 € par kilo de bagages. Si le montant des dommages est supérieur à ce plafond, le passager ne pourra prétendre à une indemnisation plus élevée que s’il a fait une « déclaration spéciale d’intérêt » avant le départ.
Pour un bagage endommagé, le délai pour agir est de 7 jours à compter de sa restitution. Pour les retards, il est porté à 21 jours après la date de livraison initialement prévue. Enfin, en toutes circonstances, le client peut agir en justice dans les 2 ans contre la compagnie aérienne qui a perdu, endommagé ou acheminé avec retard son bagage.
Bon à savoir. Il est conseillé de conserver tous les justificatifs de la valeur des bagages et les factures correspondant aux achats de première nécessité.

INDEMNIT’AIR À LA RESCOUSSE

Le service Indemnit’Air de l’UFC-Que Choisir a été lancé dans le but d’aider les passagers aériens victimes de surbooking, de vol retardé ou d’avion annulé à obtenir simplement l’indemnisation qui leur est due conformément aux textes législatifs et à la jurisprudence européenne. L’inscription est totalement gratuite et permet de vérifier très rapidement si votre dossier est recevable ou non. S’il est recevable, vous percevez votre indemnité, commission pour frais d’organisation déduite, au plus tard dans les 30 jours suivant l’encaissement des fonds de la compagnie aérienne.


Morgan Bourven

mbourven@quechoisir.org
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: CONSEILS    Jeu 6 Juil - 18:15



Il ne faut pas forcément chercher à maigrir

Il semble une évidence que plus on est mince, mieux c’est. Or, les canons de la mode ne sont pas ceux de la médecine. En termes de santé, on recommande souvent de viser un indice de masse corporelle (IMC) compris entre 18,5 et 25 (1). Mais c’est un repère statistique qui est valable pour une population et pas forcément pour les individus. De plus, en mai dernier, une étude menée au Danemark a montré que les personnes qui avaient un IMC autour de 27 (donc en surpoids selon les critères actuels !) étaient celles chez qui survenaient le moins de décès. S’engager dans une démarche d’amaigrissement ne doit donc pas se décider à la légère.
En effet, il est bien établi désormais que les régimes présentent des dangers pour la santé : ils se soldent le plus souvent par une reprise de poids, une perte de muscle, une fragilisation des os (surtout après la ménopause), une baisse du métabolisme de base (nos dépenses énergétiques), une hausse de l’appétit et peuvent entraîner des troubles du comportement alimentaire, entre autres. En raison de ces dangers, un régime amaigrissant ne doit être entamé que s’il existe des motifs médicaux sérieux. La recherche d’une perte de poids peut se justifier pour, par exemple, soulager des douleurs articulaires, améliorer un diabète ou traiter l’hypertension… Sinon, mieux vaut chercher à stabiliser son poids, à ne pas grossir donc.

Mieux vaut privilégier un régime alimentaire équilibré

En 2010, l’Agence nationale de l’alimentation (Anses) avait passé au crible divers régimes à visée d’amaigrissement. Du régime « soupe au chou » aux programmes des docteurs (Cohen, Dukan, Fricker et compères), les experts de l’agence ont constaté de nombreux déséquilibres. Par exemple : l’apport en protéines était trop important pour 80 % des phases de régimes étudiées et l’apport en fibres était insuffisant pour 74 %. Tout faux. Ces déséquilibres condamnent de fait ces régimes à être abandonnés à plus ou moins brève échéance. Or, l’adhésion au régime est essentielle. Dans une étude menée en 2009, les participants avaient regrossi au bout de deux ans mais ceux qui avaient le moins repris (perte maintenue de 9 kg en moyenne) étaient ceux qui avaient été les plus assidus aux séances organisées pour favoriser l’adhésion. Le meilleur programme minceur est sans doute celui que l’on n’arrête pas ! Il est donc moins recommandé de « faire un régime » que d’adopter un nouveau régime alimentaire au sein duquel on absorbe moins de calories.
Sur la nature du régime, on peut recommander de faire évoluer ses menus vers une alimentation de type méditerranéen (2). Ses bienfaits sur la santé ont été maintes fois démontrés, indépendamment d’une perte de poids (voir Que Choisir santé, juin 2015).
Reste une épineuse question : de combien faut-il réduire les apports énergétiques ? Un tout petit peu ? Beaucoup ? On ne sait pas. Certains experts préconisent de réduire un peu mais pas trop, pour que se crée un déficit en calories qui fait maigrir sans entraîner des privations délétères à long terme. Mais en l’absence d’études solides en la matière, difficile de donner des repères chiffrés.

Il faut absolument faire de l’exercice

Commençons par une apparente mauvaise nouvelle : l’exercice ne fait pas perdre de poids. L’idée de maigrir en se dépensant plus, plutôt qu’en mangeant moins, était pourtant séduisante. Mais force est de constater que cela ne suffit pas. Plusieurs pistes d’explications sont proposées à ce résultat décevant. Parmi elles, une étude suggère que le corps réagit à un accroissement d’activité (comme en cas de privation alimentaire) : il devient plus efficace et donc… dépense proportionnellement moins d’énergie.
Pour autant, si l’aiguille de la balance ne bouge pas, l’exercice permet d’obtenir des bénéfices esthétiques et pour la santé, notamment cardiovasculaires, indéniables. Dans le cadre d’une alimentation avec réduction des apports caloriques, l’activité physique est le facteur n° 1 pour éviter de regrossir. En effet, l’exercice réduit la fonte musculaire liée au régime. En maintenant la masse musculaire, il évite que les dépenses énergétiques de base ne diminuent trop après les premiers mois. Il est possible aussi qu’il aide à mieux réguler la faim et donc d’ajuster ses apports alimentaires à ses besoins. L’adoption d’un nouveau régime alimentaire en vue de maigrir doit donc impérativement s’accompagner d’une activité physique régulière.
Vidéo Que Choisir : Régime amaigrissant - Pourquoi les régimes minceur ne marchent toujours pas

Notes

(1) L’indice de masse corporelle (IMC) se calcule en divisant le poids (en kg) par la taille (en m) au carré.
(2) Dans les grandes lignes, l’alimentation méditerranéenne est centrée sur les légumes, les fruits et les céréales. On y consomme de plus des fruits à coques (noix et autres) et des légumineuses, un peu de produits laitiers fermentés, du poisson, très peu de viande rouge, de l’huile d’olive et de colza. On y évite les boissons sucrées et on déguste un verre de vin si on en a envie.

Perrine Vennetier

Admin

Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Scarletta

avatar


MessageSujet: Re: CONSEILS    Sam 3 Fév - 20:25


Intempéries et assurance
 

[size=31]Questions-réponses[/size]


Forme, contenu et délai de la déclaration de sinistre, état de catastrophe naturelle, rôle du maire, exclusions du contrat d’assurance multirisque habitation… Nos réponses aux questions que vous pouvez vous poser après des intempéries, des rafales de vent, un incendie ou des inondations qui ont occasionné des dégâts.

 

QUELLE FORME DOIT PRENDRE LA DÉCLARATION DE SINISTRE ?

Votre assureur ne peut vous imposer une forme ou un formulaire spécifique pour déclarer votre sinistre. La déclaration peut donc être réalisée par lettre simple ou recommandée, avec ou sans accusé de réception. Néanmoins, l’utilisation d’une LRAR est fortement conseillée afin d’éviter toute contestation sur le respect des délais impartis.
Vous pouvez également vous rendre à l’agence de votre assureur et demander la remise d’un récépissé de votre déclaration de sinistre.
Le contenu de la déclaration est simple : il suffit que l’assureur comprenne de quel sinistre il s’agit et quel est le contrat concerné. Une déclaration complémentaire peut toutefois être nécessaire, notamment pour fournir des pièces prévues aux conditions générales du contrat d’assurance. En général, il s’agit de préciser les circonstances du sinistre et de fournir un état des dommages ainsi que tous les justificatifs utiles (photos, factures, témoignages).

QUEL DÉLAI POUR DÉCLARER SON SINISTRE ?

Vous devez aviser votre assureur dès que vous avez connaissance du sinistre couvert par votre contrat et au plus tard dans un délai de 5 jours. Ce délai débute le lendemain du sinistre.

En cas de catastrophe naturelle

En la matière, vous devez déclarer le sinistre dans les 10 jours suivant la publication au « Journal officiel » de l’arrêté interministériel constatant l’état de catastrophe naturelle.
Mais en pratique, rien ne s’oppose à ce que vous fassiez votre déclaration dès la connaissance du sinistre, sans attendre la publication de l’arrêté interministériel. En effet, une telle procédure peut prendre plusieurs semaines. Sachez qu’il ne sera pas ensuite nécessaire de déclarer à nouveau votre sinistre.

QUEL DÉLAI POUR RECEVOIR L’INDEMNISATION ?

Il n’y a pas de délai unique pour recevoir votre indemnisation, mais votre contrat d’assurance fixe obligatoirement ce délai. Il est d’ailleurs spécifique à chaque assureur (article R.112-1 du code des assurances).
En cas d’incendie, l’indemnisation doit être versée dans les 3 mois de la remise de l’état des pertes à votre assureur.
En cas de catastrophe naturelle, l’indemnisation doit être versée dans les 3 mois de la remise de l’état estimatif de vos dommages ou dans les 3 mois de la publication de l’arrêté interministériel au « Journal officiel », si elle est postérieure.
Une provision sur ces indemnités doit être versée dans les 2 mois de la remise de l’état estimatif de vos dommages.

COMMENT SAVOIR SI L’ÉTAT DE CATASTROPHE NATURELLE A ÉTÉ RECONNU DANS MA COMMUNE ?

En théorie, il faudrait lire le « Journal officiel » tous les jours. C’est le moyen le plus sûr de prendre connaissance de l’arrêté interministériel déclarant l’état de catastrophe naturelle de tout ou partie de votre commune.
Plus simplement, rapprochez-vous des services de votre mairie ou de la préfecture qui sont à l’initiative de cette reconnaissance. La presse locale est également une bonne source d’information. Les autres victimes peuvent aussi vous alerter sur la publication de l’arrêté. Sachez que cette publication est le point de départ du délai de 10 jours pour déclarer votre sinistre, si vous ne l’avez pas déjà fait.

QUEL EST LE RÔLE DU MAIRE ?

Le maire doit informer ses administrés, par voie de presse ou d’affichage, de la possibilité de demander la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle.
Les administrés victimes d’un phénomène naturel anormal doivent se manifester auprès des services municipaux de leur commune afin qu’une procédure de reconnaissance de catastrophe naturelle soit engagée.
Le maire et ses services rassemblent les demandes des sinistrés et constituent un dossier adressé à la préfecture du département. C’est la première étape de la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle.

L’ÉTAT DE CATASTROPHE NATURELLE, ÇA CHANGE QUOI ?

La reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle vous permet d’être indemnisé par votre assureur pour des sinistres habituellement exclus de votre contrat.
Par exemple, les dégâts suites à une inondation ne sont pas couverts par l’assurance multirisque habitation.
Mais si un arrêté interministériel reconnaissant l’état de catastrophe naturelle est publié, l’assurance devra vous indemniser.
Cette reconnaissance permet d’accélérer les délais d’indemnisation. L’assurance a alors 3 mois pour vous verser le montant. Elle permet aussi d’avoir un délai plus long pour déclarer votre sinistre (10 jours au lieu de 5). Enfin, le montant de la franchise est plafonné.
En revanche, elle ne permet pas d’augmenter ou de majorer le montant de votre indemnisation. Vous serez indemnisé sur la base de votre contrat d’assurance MRH (valeur à neuf, valeur de remplacement…) avec les plafonds de garantie et la vétusté prévus dans votre contrat. Elle ne permet donc pas un traitement uniforme des victimes.


Raphaël Bartlomé

Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org/
kristel555

avatar


MessageSujet: Re: CONSEILS    Mer 4 Avr - 18:53

Santé Bien préparer sa venue au laboratoire d’analyse médicale
Santé•  Bien préparer sa venue au laboratoire d’analyse médicale


Certaines analyses médicales doivent être réalisées dans des conditions spécifiques : à jeun, après un repos, etc. Voici les examens concernés les plus courants.

Analyses d’urine

Pour analyser la présence de bactéries (ECBU pour les infections urinaires) ou de protéines et de sucres dans les urines, un recueil soigneux est indispensable.
•Idéalement, recueillir les premières urines du matin et les porter dans les deux heures au laboratoire (ou mettre le flacon au réfrigérateur et le porter dans les 24 heures). Sinon, ne pas uriner pendant trois à quatre heures, puis recueillir les urines.
•Se laver les mains, effectuer une toilette de la zone urinaire (avec une lingette antiseptique ou à l’eau et au savon), laisser couler les premières gouttes d’urine et remplir le flacon avec la suite du jet. Attention, pour la recherche d’infections sexuellement transmissibles comme celles à Chlamydia, c’est le premier jet qu’il faut recueillir.

Test d’hyperglycémie provoquée (HGPO)

Cet examen permet de diagnostiquer un diabète, dans le cadre de la grossesse notamment.
•Il consiste en un premier prélèvement à jeun, suivi de l’ingestion de 75 g de glucose puis de deux prélèvements (1 heure et 2 heures après). Il faut rester au laboratoire toute la durée du test : prévoir une plage horaire conséquente.
•Compte tenu du temps de présence, certains laboratoires demandent de prendre rendez-vous.

Glycémie postprandiale

Cet examen mesure le taux de sucre dans le sang après un repas.
•Se rendre au laboratoire pour le prélèvement 1 h 30 à 2 heures après le début du repas. Ce repas doit être normal, ni trop copieux ni trop léger.

Mesure des CPK (créatine phosphokinase)

Le dosage de la créatine kinase est demandé en cas de suspicion d’atteintes des muscles (par exemple avec la prise de statines).
•Éviter les efforts musculaires importants dans les 48 heures précédant le prélèvement.

Mesure du taux de cortisol

Le cortisol est une hormone produite par les glandes surrénales (situées au-dessus des reins). Sa mesure est demandée en cas de suspicion d’atteintes de ces glandes.
•Cet examen est généralement réalisé entre 7 h et 9 h du matin, période à laquelle la production de cortisol est maximale.

Dosage du PSA (antigène spécifique de la prostate)

Le taux PSA mesure un dysfonctionnement de la prostate (hypertrophie bénigne, le plus souvent).
•Le prélèvement s'effectue à distance (quelques jours) de toute manipulation de la prostate (comme un toucher rectal), de la pratique du cyclisme et d’une éjaculation.

Être à jeun ou pas ?

« Venez à jeun, c’est toujours préférable. » Cette recommandation est infondée. Soit cela est vraiment nécessaire pour que le résultat soit interprétable, soit ce ne l’est pas.

Être à jeun signifie n’avoir rien mangé pendant les 8 à 12 heures précédant le prélèvement. Vous pouvez en revanche boire de l’eau, du thé ou du café (légers, sans sucre et sans lait). Prenez vos traitements comme d’habitude, sauf s’il s’agit d’un dosage de médicament.

Il est nécessaire d’être à jeun pour :
•la glycémie à jeun (comme son nom l’indique) ;
•le bilan lipidique (cholestérol, triglycérides), depuis 12 heures ;
•le test respiratoire à l’urée ( Helicobacter pylori ), au repos, sans boire ni fumer dans les 12 heures précédant le test et après arrêt des traitements ;
•les dosages du fer et des folates ;
•le dosage de l’acide urique ; etc.


Il n’est pas nécessaire d’être à jeun pour la majorité des examens courants :
•la numération formule ­sanguine (ou NFS, bilan sanguin basique) ;
•la mesure de la vitesse de sédimentation (VS) ou de la CRP (marqueur d’inflammation) ;
•les recherches de sérologies ;
•le bilan hépatique (trans­aminases Asat, Alat...) ; etc.

Perrine Vennetier

Admin

Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Stiven
Stiven
Stiven
avatar


MessageSujet: Re: CONSEILS    Jeu 5 Avr - 21:53


Service



Vos droits et les conseils de l'UFC-Que Choisir


Quelles garanties pour vos achats ? • Vos droits et les conseils de l'UFC-Que Choisir


Le produit que vous avez acheté en magasin ou sur Internet est en panne ou présente un défaut. Il ne correspond pas à la description qui vous a été faite. Il ne répond pas aux qualités présentées par le vendeur professionnel. Vous souhaitez connaître la solution la plus efficace pour faire valoir vos droits.

Les cas les plus fréquents

Vous avez fait un achat en magasin ou sur Internet il y a moins de deux ans. Le produit, acheté neuf, n’est pas conforme à la description qui vous a été faite (taille, couleur, composition…) ou ne présente pas les qualités décrites par le vendeur professionnel. Vous constatez un défaut qui n’était pas visible lors de l’achat ou de la livraison. Vous êtes face à une panne ou à un dysfonctionnement de l’appareil. Vous souhaitez obtenir le remboursement de ce produit.

Dans pareilles hypothèses, vous devez d’abord signaler le problème que vous rencontrez au vendeur professionnel. Adressez-lui une lettre, idéalement en recommandé avec accusé de réception, un courriel ou un message depuis votre espace personnel sur son site Internet. Dans votre courrier, vous pouvez exiger soit l’échange, soit la réparation de votre produit. Le professionnel aura alors 1 mois pour s’exécuter selon votre choix.

Sans solution fournie dans ce délai de 1 mois, vous pouvez alors demander le remboursement de votre achat en laissant le produit à la disposition du vendeur. Vous pouvez également choisir de garder le produit et d'obtenir un remboursement partiel de votre achat pour couvrir les coûts de réparation, par exemple.

La garantie légale de conformité vous couvre gratuitement pendant les deux premières années de votre achat. Le vendeur professionnel est votre seul interlocuteur. Il répond de tout défaut constaté dans ce délai sauf s’il prouve que vous en êtes à l’origine ou que vous ne pouviez l’ignorer lors de votre achat ou à la livraison du produit.

L'association locale UFC-Que Choisir de votre choix peut vous épauler dans vos démarches.

Accédez au questionnaire 

Lire aussi
•Décryptage : Garantie légale de conformité - Vos questions, nos réponses
•Lettre type : Demande de réparation ou de remplacement du produit
•Lettre type : Demande d’annulation du contrat de vente en cas d'absence de réponse dans le délai d'un mois
•Lettre type : Demande de réduction de prix en cas d'absence de réponse dans le délai d'un mois
•Lettre type : Demande de réduction de prix en cas d'impossibilité de remplacement ou de réparation
•Lettre type : Demande d'annulation du contrat de vente en cas d’impossibilité de remplacement ou de réparation
•Lettre type : Garantie légale contre les vices cachés - Demande d'annulation de la vente ou de réduction du prix

Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: CONSEILS    

Revenir en haut Aller en bas
 
CONSEILS
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CATHYIMAGES :: PRÉSENTATION &FORUM & SUJET PUBLIC & MUSC & QUE CHOISIR & VOTE :: QUE CHOISIR & ACTUALITÉ-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: