CATHYIMAGES


CATHYIMAGES

IMAGES DIVERS ,NATURE,FEMMES ,HOMMES,ENFANTS,VILES, PAYS, ACTEURS, CHANTEURS, NCIS.
 
Accueilhttps://www.catCalendrierÉvènementsPublicationsFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» MACRON ACTUALITE
Aujourd'hui à 21:02 par Stiven

» INFO ACTU
Aujourd'hui à 20:59 par Stiven

» LE DIABÈTE
Aujourd'hui à 8:23 par Hollden

» RHEUMATISME
Aujourd'hui à 8:15 par Hollden

» MACRON
Hier à 20:03 par Stiven

» REX CHIEN FLIC
Hier à 18:29 par Gabriel10

» CANNABIS ET D'AUTRE SUBSTANCES
Sam 22 Sep - 20:47 par Marck53

» ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS
Sam 22 Sep - 19:54 par Marck53

» Neo-Nutrition
Sam 22 Sep - 15:56 par Hollden

Septembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
CalendrierCalendrier
Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Google+Suivre Forumactif sur Google+Suivre Forumactif sur Pinterest




Portail
Index
Membres
Profil
FAQ
Rechercher
Forum

Partagez | 
 

 CONSEILS

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Marck53
Marck53
Marck53
avatar


MessageSujet: Re: CONSEILS    Jeu 19 Juil - 17:47



Diminuer la consommation de sel

La tension artérielle reflète la pression qu’exerce le sang sur la paroi des artères. C’est lorsque cette pression est en permanence trop importante qu’on parle d’hypertension. Il est crucial de maîtriser l’hypertension car elle est une véritable « saboteuse » d’organes vitaux : elle abîme les reins, fatigue le cœur et augmente le risque de faire un accident vasculaire cérébral.

Dans nos assiettes françaises, le sel est un élément quasi incontournable. Le sel (qui est en fait un minéral, le chlorure de sodium) est naturellement présent dans les aliments, mais surtout massivement utilisé dans les produits alimentaires comme agent conservateur et exhausteur de goût. C’est malheureusement l’ennemi numéro un des personnes hypertendues. En retenant l’eau, il augmente le volume sanguin dans les artères et la pression sur les parois de ces artères devient donc plus forte.

Que faire en priorité ?

« Réduire sa consommation de sel est la base des mesures diététiques dans l’hypertension artérielle, explique le Dr Jacques Blacher, cardiologue spécialiste de l’hypertension artérielle à l’hôpital Hôtel-Dieu, à Paris. Il est essentiel de ramener cette consommation à 6 g par jour. » Le problème est que la très grande majorité du sel que nous ingérons est caché. Le sel de la salière est responsable de seulement de 10 à 15 % des apports. « Quatre groupes d’aliments sont les plus grands pourvoyeurs de sel en France : le pain, les fromages, les charcuteries et les plats cuisinés », précise le Dr Blacher

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Marck53
Marck53
Marck53
avatar


MessageSujet: Re: CONSEILS    Jeu 19 Juil - 17:52

Mesurer sa consommation de sel au demi-gramme près est très difficile, mais on peut la limiter en appliquant quelques principes de bon sens. Les papilles se renouvellent tous les quinze jours et, en procédant par paliers sur cette durée, se défaire du goût salé est tout à fait possible.
•Revenir à une alimentation la moins transformée possible, en évitant les produits industriels préparés.
•Limiter sa consommation de charcuteries, pain et fromages. Attention aussi aux à-côtés : moutarde, cornichons, rehausseurs de goût (bouillons cubes, par exemple), etc.
•En cuisine, trouver des remplaçants. Utiliser un sel de régime comme celui de chlorure du potassium est une possibilité (attention, ce n’est pas bon pour les personnes atteintes de maladie rénale). Ou mieux : avoir recours à des épices et des condiments qui donneront du goût aux plats tout en « désintoxiquant » le palais du goût du sel. L’acidité du vinaigre de Xérès ou du citron, surtout à la cuisson, donnera une légère sensation de salé sans masquer les saveurs. Autre idée : faire frire dans un peu d’huile d’olive des épices comme du cumin ou du curry et avoir toujours de l’ail et du gingembre à portée de main en cuisine.


Admin

Revenir en haut Aller en bas
Marck53
Marck53
Marck53
avatar


MessageSujet: Re: CONSEILS    Jeu 19 Juil - 17:53


Constipation

Augmenter l’apport en fibres alimentaires

Les selles sont le résultat du processus de digestion des aliments. Ce processus commence dans la bouche et se poursuit dans l’estomac où les aliments sont dégradés par les sucs gastriques. Le bol alimentaire progresse ensuite dans l’intestin grêle, où les nutriments essentiels à l’organisme sont absorbés. Les résidus alimentaires qui ne sont pas absorbés continuent leur progression pour aboutir dans le côlon où se forment les selles. À ce stade, l’eau est réabsorbée par le côlon et les matières fécales sont déshydratées. Elles passent ensuite dans le rectum où elles sont stockées temporairement. La constipation intervient généralement quand des difficultés se présentent au cours de la progression du bol alimentaire : il n’est pas toujours possible d’y trouver une cause objective. On parle de constipation véritable lorsque le nombre de selles par semaine est inférieur à trois et que l’évacuation se fait difficilement.

Que faire en priorité ?

Augmenter la consommation de fibres. Les fibres participent à un bon transit parce qu’elles ont la propriété d’augmenter le poids, le volume et l’hydratation des selles. De nombreuses personnes sont constipées du simple fait d’un apport quotidien en fibres insuffisant alors même que leurs menus leur semblent équilibrés. Il existe deux sortes de fibres, toutes d’origine végétale : les fibres solubles et les fibres insolubles.
Les fibres insolubles retiennent l’eau dans les selles et augmentent leur débit. Elles peuvent être difficiles à supporter. Il est donc recommandé d’augmenter leur dose de façon progressive. Parmi elles, on trouve : des céréales (blé entier, son de blé, boulgour, épeautre, céréales « riches en fibres » de type All-Bran), des légumes (choux de Bruxelles, brocoli, pois), des fruits frais (poire, pomme, papaye, ananas) et des fruits séchés (pruneau, figue, datte, amande). Les légumineuses (lentilles, soja, fève, etc.) sont aussi d’excellentes pourvoyeuses de fibres insolubles.

Les fibres solubles retiennent l’eau également mais stimulent moins le côlon. Elles sont donc bien adaptées aux personnes sujettes à une constipation associée à des douleurs intestinales chroniques. On les retrouve aussi dans des céréales (seigle, avoine, orge ou sarrasin), des légumes, à consommer de préférence cuits (carotte, courgette, courge, asperge), des fruits (orange, pamplemousse, pêche, nectarine, pruneau) et le psyllium.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Marck53
Marck53
Marck53
avatar


MessageSujet: Re: CONSEILS    Jeu 19 Juil - 17:59



Des conseils également bénéfiques pour :

Lutter contre le surpoids et l’obésité, contrôler le diabète de type 2.




Insuffisance rénale

Adapter et répartir l’apport en protéines


Les reins ont un rôle complexe dans l’organisme. Véritable « station d’épuration », ils permettent au corps de se débarrasser de l’eau et des minéraux en excès, mais aussi de déchets comme l’urée. Mais ils ne fabriquent pas seulement l’urine, ils sont aussi ce qu’on appelle une glande endocrine : ils synthétisent des hormones qui vont réguler, par exemple, la pression sanguine et la synthèse de globules rouges. Quand les reins défaillent, les déchets s’accumulent dans le sang et c’est tout l’équilibre du corps qui s’en trouve perturbé. L’insuffisance rénale chronique résulte de la destruction progressive et irréversible des néphrons, les unités fonctionnelles du rein. Tout l’enjeu est de protéger ceux qui fonctionnent encore. « Le rôle de l’alimentation dans la néphroprotection [protection des reins] est absolument majeur », insiste le Dr Isabelle Tostivint, néphrologue à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris.

Que faire en priorité ?

L’un des piliers alimentaires dans la prise en charge de l’insuffisance rénale est le contrôle de la consommation des protéines. Lors de la digestion, une partie des protéines est dégradée en urée. L’urée est ensuite filtrée par les reins et éliminée dans les urines. Plus la quantité de protéines ingérée est grande, plus il y a d’urée à éliminer pour le rein. « Quand on est insuffisant rénal, le rein fonctionne au ralenti. À chaque fois qu’un malade mange trop de protéines, son rein s’épuise et perd en réserve fonctionnelle », explique le Dr Tostivint.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Marck53
Marck53
Marck53
avatar


MessageSujet: Re: CONSEILS    Jeu 19 Juil - 18:04

Repères

La gestion des apports en protéines repose sur trois règles d’or.
•Ne pas manger de protéines en excès en gardant en tête qu’elles sont présentes dans un grand nombre d’aliments.
- En premier lieu dans les produits d’origine animale (viandes et charcuteries, poissons, fruits de mer et crustacés, œufs, laits et dérivés). « Certaines personnes tombent dans le piège du poisson parce qu’elles ne veulent plus manger de viande et consomment une sole complète ou un bar complet, sans se méfier, note le Dr Tostivint. Le poisson est aussi riche en protéines que la viande. »
- Les protéines sont aussi d’origine végétale, présentes dans les céréales et leurs dérivés, les légumineuses, les pommes de terre, le soja et ses dérivés. « En moyenne nationale, nous mangeons le double de nos besoins en protéines, qui sont d’environ 0,6 g de protéine/kg/jour, indique le Dr Tostivint. Mais les besoins de chaque malade sont adaptés au stade de son insuffisance rénale avec sa diététicienne. Nous mettons de plus en plus les personnes insuffisantes graves au régime vegan (végétarien strict), quand elles l’acceptent. Elles peuvent y gagner des années sans dialyse. »
•Choisir des protéines de bonne qualité et éviter celles des produits industriels qui contiennent beaucoup de conservateurs et de sel.
•Répartir harmonieusement les apports de protéines sur la journée, toujours pour épargner un travail trop important au rein.



Admin

Revenir en haut Aller en bas
Marck53
Marck53
Marck53
avatar


MessageSujet: Re: CONSEILS    Jeu 19 Juil - 18:04

Repères

La gestion des apports en protéines repose sur trois règles d’or.
•Ne pas manger de protéines en excès en gardant en tête qu’elles sont présentes dans un grand nombre d’aliments.
- En premier lieu dans les produits d’origine animale (viandes et charcuteries, poissons, fruits de mer et crustacés, œufs, laits et dérivés). « Certaines personnes tombent dans le piège du poisson parce qu’elles ne veulent plus manger de viande et consomment une sole complète ou un bar complet, sans se méfier, note le Dr Tostivint. Le poisson est aussi riche en protéines que la viande. »
- Les protéines sont aussi d’origine végétale, présentes dans les céréales et leurs dérivés, les légumineuses, les pommes de terre, le soja et ses dérivés. « En moyenne nationale, nous mangeons le double de nos besoins en protéines, qui sont d’environ 0,6 g de protéine/kg/jour, indique le Dr Tostivint. Mais les besoins de chaque malade sont adaptés au stade de son insuffisance rénale avec sa diététicienne. Nous mettons de plus en plus les personnes insuffisantes graves au régime vegan (végétarien strict), quand elles l’acceptent. Elles peuvent y gagner des années sans dialyse. »
•Choisir des protéines de bonne qualité et éviter celles des produits industriels qui contiennent beaucoup de conservateurs et de sel.
•Répartir harmonieusement les apports de protéines sur la journée, toujours pour épargner un travail trop important au rein.


Admin

Revenir en haut Aller en bas
Marck53
Marck53
Marck53
avatar


MessageSujet: Re: CONSEILS    Jeu 19 Juil - 18:07

Des conseils également bénéfiques pour :

Contrôler les calculs rénaux, lutter contre le surpoids.



Diabète de type 2

Contrôler l’index glycémique des repas

Lorsque nous sommes en bonne santé et que nous mangeons du sucre, le pancréas libère une hormone, l’insuline, qui a pour rôle de réguler la glycémie (c’est-à-dire le taux de sucre dans le sang). En revanche, en cas de diabète, ce métabolisme glucidique dysfonctionne. Il existe deux types de diabète. Dans le diabète de type 2, le pancréas libère correctement l’insuline, mais les cellules du corps font « de la résistance » à l’insuline. Il en résulte une demande accrue d’insuline à laquelle le pancréas, hypersollicité, répond, avant de finir par s’épuiser. Ce type de diabète touche les adultes, principalement ceux en surpoids. La maladie apparaît de manière progressive et insidieuse, souvent consécutivement à une alimentation trop riche en sucres et en graisses et à une trop grande sédentarité.

Que faire en priorité ?

L’alimentation est une des clés de voûte de la prise en charge du diabète de type 2. La priorité pour les personnes qui en sont atteintes est de maintenir une glycémie la plus constante possible. Pour cela, il est préférable d’éviter les aliments avec un index glycémique trop élevé, c’est-à-dire dont la consommation provoque dans l’heure qui suit une élévation très importante de la glycémie et une sécrétion d’insuline. Au quotidien, l’index glycémique des aliments n’est pas véritablement figé. « L’index glycémique d’un aliment varie beaucoup d’une personne à l’autre, mais aussi en fonction de la façon dont il est consommé, explique le Dr Jean-Michel Borys, nutritionniste et endocrinologue. Par exemple, le temps de cuisson des pâtes, ce qu’on mange avant ces pâtes ou leur accompagnement le fait énormément varier. C’est en fait très compliqué. » Au-delà de l’index glycémique de chacun des produits qui composent le menu, c’est l’index glycémique global du repas qui prime et qui doit être maintenu bas. Même si l’efficacité des régimes à bas index glycémique n’est pas prouvée sur les complications cardiovasculaires, ils permettent bien de contrôler la glycémie.

Repères


« Heureusement, il y a des moyens simples de diminuer l’index glycémique d’un repas », dit le Dr Borys. Ces moyens reposent sur des principes de chronobiologie et d’ordre de prise des aliments.

Bannir la consommation de produits à index glycémique élevé le matin, au petit-déjeuner et jusqu’à midi. C’est le moment de la journée où l’insulinorésistance est la plus forte. Il ne faut pas consommer de produits au goût sucré, comme la confiture, le miel mais aussi les jus de fruits. Quant au pain, il faut le choisir idéalement complet ou le moins blanc possible.

Toujours commencer le déjeuner et le dîner par une large quantité de légumes, crus ou cuits. Ils sont la clé d’une relative liberté nutritionnelle pour le reste du repas. Retour donc aux poireaux vinaigrette ou aux carottes râpées et, pourquoi pas, commencer par la ratatouille. Les fibres des légumes ralentissent l’absorption des sucres des féculents qui vont suivre. En pratique, les légumes en début de repas transforment les aliments à index glycémique élevé consommés ensuite en aliments à index glycémique bas. Le patient diabétique peut donc manger un peu ce qu’il veut après, et même quelque chose de sucré en dessert comme un yaourt à la confiture ou un carré de chocolat. « Attention, tout de même, à ne pas associer pain et féculents au même repas, ce qui ferait trop de glucides » souligne le Dr Borys. Tout au long de la journée, faire l’impasse sur les boissons sucrées, jus de fruits et lait inclus.

Des conseils également bénéfiques pour :

Lutter contre le surpoids et l’obésité.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Marck53
Marck53
Marck53
avatar


MessageSujet: Re: CONSEILS    Jeu 19 Juil - 18:10


Calculs rénaux

Bien s’hydrater et consommer une quantité normale de calcium


Les calculs rénaux (aussi appelés lithiases urinaires par les médecins) se forment à partir des sels minéraux contenus dans l’urine. Quand ils sont évacués, tout se passe bien. Mais lorsqu’ils restent bloqués dans l’uretère (qui relie le rein à la vessie), cela peut entraîner des douleurs intenses : c’est la colique néphrétique. Dans 80 % des cas, les calculs rénaux sont constitués de calcium. « Idéalement, dès la première crise, il faut faire une analyse de la composition des calculs, mais aussi une analyse des urines sur 24 heures, explique le Dr Paul Méria, urologue à l’hôpital Saint-Louis, à Paris. Quand on le fait, on constate souvent deux anomalies : la présence de calcium en excès dans les urines et un volume urinaire insuffisant. »

Que faire en priorité ?

Dès la formation des premiers calculs, il faut avoir deux bons réflexes. Boire entre 2 et 3 litres de liquide par jour (plus s’il fait chaud ou en cas d’activité sportive) d’avoir des urines bien diluées et de diminuer le risque de formation de calculs. Tous les liquides sont autorisés : eau, café, tisane et autres. Le thé trop fort, les boissons sucrées ou salées, le lait et l’alcool sont en revanche à consommer avec modération.

Ne pas consommer trop de calcium... ni trop peu. Le juste équilibre des apports se situe autour de 800 mg/jour. « Une consommation trop importante de calcium est synonyme d’une élimination dans les urines tout aussi importante et donc un risque de formation de calculs. Mais un apport trop faible n’est pas non plus une solution : les patients vont quand même faire des calculs, mais d’une autre nature. Et surtout, cela entraîne une décalcification osseuse », note le Dr Méria. Un régime équilibré, riche en fruits et légumes, et avec deux produits laitiers par jour, couvre sans problème les besoins en calcium. « Pour les personnes qui ne consomment jamais de produits laitiers, les eaux calciques comme les eaux d’Hépar et de Contrex sont d’excellentes alternatives. »



Des conseils également bénéfiques pour :

Traiter les infections urinaires. Sinon, l’hyperhydratation ne présente pas d’intérêt pour la santé.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Marck53
Marck53
Marck53
avatar


MessageSujet: Re: CONSEILS    Jeu 19 Juil - 18:11


Des aliments ni santé ni poison


Beaucoup d’aliments ne sont ni bons ni mauvais pour la santé. Tout est question de modération.

Vian rougede


Oui… Elle présente un intérêt nutritionnel, car c’est une bonne source de protéines et de fer.
Mais... Elle contient des graisses saturées, nocives à la santé cardiovasculaire, et elle est potentiellement cancérogène quand elle est consommée en excès.

Poissons gras

Oui… Ils sont une source d’oméga 3, qui préviennent les maladies cardiovasculaires, réduisent l’inflammation et sont probablement bons pour le cerveau.
Mais... Les poissons de mer, surtout les prédateurs sauvages comme le thon, sont contaminés par du mercure et des PCB (contaminants chimiques chlorés) et ne doivent être consommés qu’occasionnellement. Préférer les petits poissons comme les maquereaux ou les sardines.

Beurre


Oui… Consommé cru et en quantité raisonnable, il est une bonne source de vitamines A, D et E, qui contribuent à une bonne vision, une bonne santé osseuse et cardiaque et un bon fonctionnement du système immunitaire.
Mais... Riche en graisses saturées, il favorise les maladies ­cardiovasculaires s’il est consommé en quantité importante.

Lait

Oui… Il constitue une source intéressante de calcium (mais qui peut se trouver facilement ailleurs) et offre des ­protéines de qualité.
Mais... Il est riche en sucres (lactose) et expose à un inconfort digestif chez les intolérants au lactose.

Café

Oui… Longtemps diabolisé, le café bu en quantité raisonnable (3 à 4 tasses par jour) est plutôt bénéfique pour la santé ­cardiovasculaire. Il stimule la vigilance et la mémorisation et pourrait jouer un rôle positif contre certaines maladies neuro­dégénératives.
Mais... Ses effets psychoactifs perturbent les cycles veille-sommeil.

Vin rouge


Oui... En quantité très modérée (1 verre par jour, avec au moins 2 jours d’abstinence par semaine), le risque lié à sa consommation est faible. Celle-ci n’a pas de bienfaits démontrés en elle-même mais s’intègre dans le régime méditerranéen qui, lui, est bénéfique.
Mais... L’alcool qu’il contient augmente le taux de mortalité, favorise l’obésité, la cirrhose, la pancréatite et un certain nombre de cancers.



Admin

Revenir en haut Aller en bas
Marck53
Marck53
Marck53
avatar


MessageSujet: Re: CONSEILS    Jeu 19 Juil - 18:21

Comment le sucre s’est acheté une virginité

Depuis environ dix ans, des travaux scientifiques évoquent une relation entre un régime riche en sucres et l’apparition de maladies cardiovasculaires. Une accusation qui visait plutôt les graisses.

Pour comprendre pourquoi le gras a été pendant si longtemps le seul à porter le chapeau, il faut remonter aux débuts des années 1960. D’après des documents inédits dévoilés dans la revue JAMA Internal Medicine en 2016, l’industrie sucrière américaine (la Sugar Association) a payé des scientifiques de l’université d’Harvard l’équivalent actuel de 50 000 dollars pour qu’ils écrivent un article minimisant les effets délétères du sucre sur la santé cardiovasculaire. Une étude « bidonnée » est donc parue dans le très respecté New England Journal of Medicine. Ses résultats ont durablement marqué les esprits et probablement façonné les recommandations nutritionnelles des décennies suivantes. Et rien n’indique que ces pratiques de corruption de scientifiques n’aient plus cours.

Aujourd’hui, il est conseillé de réduire sa consommation de sucres ajoutés. Cette recommandation s’appuie sur les effets avérés de l’apport de sucres libres (qui se distinguent des sucres intrinsèques, présents dans les fruits et légumes frais entiers) sur la santé. Ces sucres comprennent ceux ajoutés aux aliments par le fabricant, ou le consommateur, et les sucres naturellement présents dans le miel, les sirops, les jus de fruits et les jus de fruits concentrés. L’Organisation mondiale de la santé recommande de réduire la consommation de sucres libres à moins de 10 % de l’apport calorique quotidien. Cela revient pour un adulte à ne pas consommer plus de 50 g de sucre par jour environ.





SUCRE que choisir

admin

Les conseilles peuvent être une aide, par contre il faut toujours consulter un Docteur , car tous cela comme ils conseil a la fin d'article, c'est bon et non, il y a toujours une mauvais côté . Manger divers nourriture et en quantité modérer..Même les bonne choses trop consommer ça ne va pas.






Admin

Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: CONSEILS    Sam 1 Sep - 18:12


SOMMAIRE
1. Caution retenue en l’absence d’état des lieux
2. Dommage facturé mais non signalé sur l’état des lieux
3. Somme retenue disproportionnée
4. Rayure visible seulement après nettoyage du véhicule
5. Défaut d'information
6. Carte de débit et assurance facultative
7. Carte de crédit et assurance facultative
8. Titulaire de la carte bancaire différent du conducteur
9. Dommage facturé après remise des clés en boîte aux lettres
10. Défauts non signalés lors de l’état des lieux
11. Les démarches


CAUTION RETENUE EN L’ABSENCE D’ÉTAT DES LIEUX
J’ai reçu une facture et une somme a été retenue sur ma caution pour la réparation d’un dommage. Il n’y a pas eu d’état des lieux à la prise et à la restitution du véhicule. Ai-je un recours ?
Faire un état des lieux du véhicule est important au début et à la fin de la location car cela peut conditionner vos éventuels recours. Si ce n’est pas le cas, le véhicule est considéré comme étant en bon état au moment de la remise des clés. Par conséquent, vous êtes présumé être à l’origine des éventuels dégâts, à moins que vous ne prouviez le contraire.

Toutefois, s’appuyer sur un contrôle du véhicule auquel vous n’auriez pas assisté ou vous faire supporter le coût d’une réparation sur la seule estimation de l’agence de location peut être abusif. Vous devez pouvoir demander une expertise contradictoire.

Réunissez également d’autres éléments qui vous permettront de prouver que ces dégâts n’ont pas eu lieu pendant la location (photos ou témoignages, par exemple).

Vérifiez par ailleurs si vous avez souscrit une assurance pour le rachat de franchise. Selon les garanties prévues dans le contrat, les dégâts peuvent être pris en charge par l’assurance.

Relisez vos contrats d’assurance personnels (automobile, responsabilité civile, carte bancaire…), pour rechercher si ce sinistre est couvert et de quelle manière (production des états des lieux, par exemple).

Recommandation de la Commission des clauses abusives 96-02 n° 43 du 14/06/1996.
Articles 1731, 1732 et 1353 du code civil.



DOMMAGE FACTURÉ MAIS NON SIGNALÉ SUR L’ÉTAT DES LIEUX

J’ai reçu une facture et une somme a été retenue sur ma caution pour la réparation d’un dommage, alors que l’état des lieux de restitution du véhicule ne signale rien. Ai-je un recours ?
Oui. Pour contester cette facturation ou cette retenue, appuyez-vous sur l’état des lieux de restitution qui ne signale aucun dommage.

L’agence de location ne pourra vous facturer des réparations que si elle démontre que les dégradations ont été occasionnées pendant la location. En présence d’un état des lieux contradictoire ne mentionnant aucun dommage, cette preuve pourra être difficile à établir. Mais elle pourrait avoir recours à une expertise, par exemple.

Article 1730 du code civil.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: CONSEILS    Sam 1 Sep - 18:13

SOMME RETENUE DISPROPORTIONNÉE
Une rayure a été constatée durant l’état des lieux de restitution du véhicule. J’ai été facturé et ma caution a été retenue d’une somme que j’estime disproportionnée. Comment contester la facturation ?
La société de location doit justifier les retenues de la caution ou la facturation par des éléments complémentaires à l’état des lieux (devis, facture). En effet, facturer des frais de remise en état, en utilisant un devis effectué sous son seul contrôle peut être abusif.

Vous pouvez demander une expertise du véhicule qui permettra de déterminer le montant du dommage.

Vérifiez, par ailleurs, si vous avez souscrit une assurance pour le rachat de franchise. Selon les garanties prévues dans le contrat, les dégâts peuvent être pris en charge par l’assurance.

Relisez vos contrats d’assurance personnels (automobile, responsabilité civile, carte bancaire…), pour rechercher si ce sinistre est couvert et de quelle manière (production des états des lieux, par exemple).

Les sociétés de location de voitures Avis, Europcar, Entreprise, Hertz et Sixt ont conclu un accord avec la Commission européenne et les autorités de protection des consommateurs afin de mieux faire respecter les droits des particuliers qui louent des voitures. Cet accord vous permet de bénéficier, en tant que consommateur :

« D’une procédure claire d'inspection du véhicule. Tout dégât devra être prouvé et justifié avant que les consommateurs ne se voient facturer des frais ;
d’un processus équitable de traitement des dégâts. Les consommateurs auront la possibilité de contester tout dégât avant de se voir facturer des frais ».
CCA recommandation n° 96-02 du 14/06/1996 n° 43.



RAYURE VISIBLE SEULEMENT APRÈS NETTOYAGE DU VÉHICULE

Le véhicule que j’ai loué n’était pas en bon état. Il n’était pas propre. L’état des lieux de remise du véhicule a été très succinct. Après avoir nettoyé le véhicule, j’ai constaté une rayure sur la carrosserie dont je ne suis pas responsable. Cela a été mentionné sur l’état des lieux de restitution par l’agent de location.
J’ai refusé de signer l’état des lieux de restitution du véhicule. Ai-je un recours ?

En cas de désaccord sur l’état des lieux, mieux vaut ne pas le signer. Une fois le véhicule restitué, il revient à l’agence de justifier d’éventuelles retenues sur la caution ou de sommes réclamées, en produisant des éléments complémentaires.

De votre côté, vous devez prouver que les dégâts n’ont pas eu lieu pendant la location. Vérifiez tout d’abord si, sur l’état des lieux de remise du véhicule, la saleté du véhicule a été mentionnée. Cela pourrait justifier le fait que vous n’avez pas pu voir la rayure car elle n’était pas apparente.

N’hésitez pas à prendre des photos du véhicule, idéalement datées du jour de la prise de possession du véhicule. Elles pourront vous aider à établir l’existence de la rayure à ce moment-là, en cas de litige. Vous pouvez également apporter des témoignages ou demander l’état des lieux de sortie du précédent locataire, par exemple.

J’ai signé l’état des lieux de restitution du véhicule. Ai-je un recours ?

En signant l’état des lieux, vous reconnaissez le dégât causé. Faute d’avoir signalé l’état du véhicule au début de la location, il vous sera difficile de contester cette rayure, sauf à prouver que les dégâts n’ont pas eu lieu pendant la location. Vous pouvez le faire avec des photos ou témoignages, par exemple.

Articles 1730 et 1732 du code civil.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: CONSEILS    Sam 1 Sep - 18:14

DÉFAUT D'INFORMATION
Lors de la prise de possession du véhicule, je n’ai pas été informé des caractéristiques du véhicule (exemple : type de carburant à utiliser). À la fin de la location, j'ai été surfacturé en raison d'un dommage causé par cette absence d'information. Le défaut d'information de l’agence de location peut-il être sanctionné ?
En tant que prestataire de services, la société de location doit mettre à votre disposition, par tout moyen, les informations générales sur les conditions de location. Ces informations peuvent être affichées dans l’agence, par exemple. Elle doit également vous communiquer les caractéristiques du véhicule loué.

Si votre préjudice est lié à une absence d’information sur une caractéristique du véhicule, signalez-le au loueur et demandez un dédommagement en réparation du dommage que vous avez subi. Celui-ci devra établir que l’information était bien présente que ce soit dans le contrat ou dans les documents accompagnant le véhicule.

Les sociétés de location de voitures Avis, Europcar, Entreprise, Hertz et Sixt ont conclu un accord avec la Commission européenne et les autorités de protection des consommateurs afin de mieux faire respecter les droits des particuliers qui louent des voitures. Elles sont tenues d’inclure tous les frais inévitables dans le prix total de la réservation, de décrire les principaux services de location dans un langage clair, d’être transparentes en ce qui concerne le carburant, etc.

Articles L. 111-1 et L. 112-1 du code de la consommation.
Annexe A - Arrêté du 17 mars 2015 relatif à l'information précontractuelle des consommateurs et à la publicité des prix des prestations de location de véhicules.
Article 1240 du code civil.




CARTE DE DÉBIT ET ASSURANCE FACULTATIVE

Le jour de la location, l’agent m’impose de souscrire une assurance facultative, car ma carte bancaire n’est pas une carte de crédit. Est-ce légal ?
Le loueur ne peut vous imposer une assurance facultative, que le contrat précise ou non l’obligation de payer avec une carte de « crédit ».

En revanche, il peut vous proposer la souscription d’une assurance pour remédier à cette situation, si les conditions générales de location imposent un paiement par carte de « crédit ». Vous n’êtes pas obligé d’accepter. Cependant, la location pourra ne pas être finalisée.

Si cette obligation ne figure pas dans les conditions générales de location, vous êtes en droit d’exiger que l’agence vous loue le véhicule, même avec une carte de « débit » et sans assurance supplémentaire. Si malgré tout vous avez accepté de prendre cette assurance, vous pourrez solliciter un dédommagement à hauteur du montant de l’assurance optionnelle, par exemple.

Lisez attentivement les conditions générales de location afin de vérifier si les cartes de débit sont acceptées ou non. Pour plus d’informations, consultez notre article « Location de voiture à l’étranger - Pourquoi les cartes de débit sont parfois refusées ».

Articles L. 111-1 du code de la consommation et 1240 du code civil.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: CONSEILS    Sam 1 Sep - 18:15

CARTE DE CRÉDIT ET ASSURANCE FACULTATIVE
Après avoir consulté les conditions générales de vente (CGV) de la société de location, j’ai contacté ma banque, qui m’a assuré que j’avais une « carte de crédit » avec les fonds suffisants pour louer un véhicule à l’étranger. Sur place, l’agent me dit que ma carte ne suffit pas et m’impose une assurance facultative en plus. Que puis-je faire dans cette situation ?
Si vous avez une carte émise depuis le 9 juin 2016, vous pouvez le prouver grâce à la mention « crédit » figurant au-dessus de la date de validité.

Par ailleurs, si la banque vous a confirmé par écrit qu’il s’agit bien d’une carte de crédit (mail, courrier…), montrez ces éléments au loueur. Il doit en tenir compte et ne pas vous imposer une assurance facultative.

Si vous ne pouvez établir que votre carte bancaire est une carte de « crédit », le loueur pourra justifier le refus de location s’il n’a pas de garantie suffisante.

Pour plus d’informations, consultez notre article « Location de voiture à l’étranger - Pourquoi les cartes de débit sont parfois refusées ».
Règlement (UE) n° 2015/751 du Parlement européen et du Conseil du 29 avril 2015.




TITULAIRE DE LA CARTE BANCAIRE DIFFÉRENT DU CONDUCTEUR

J’ai été surfacturé le jour de la location, car le titulaire de la carte bancaire était différent du conducteur principal. Est-ce légal ?
Oui, si le contrat prévoit que le payeur, donc le titulaire de la carte bancaire, doit être le conducteur. Le payeur étant différent du conducteur, vous ne respectez pas le contrat. Le loueur peut vous proposer une alternative, à savoir l’ajout d’un conducteur. Cela entraîne la modification de votre contrat et, dans votre cas, une surfacturation que vous êtes libre d’accepter ou de refuser. En cas de refus de votre part, votre contrat sera annulé et entraînera au minimum la perte des sommes éventuellement versées d’avance. Le tarif appliqué en cas d’ajout de conducteur doit figurer dans votre contrat ou être affiché en agence, par exemple.

Articles 1103, 1104 du code civil.
Articles L. 111-1, L. 112-1 du code de la consommation.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: CONSEILS    Sam 1 Sep - 18:15

DOMMAGE FACTURÉ APRÈS REMISE DES CLÉS EN BOÎTE AUX LETTRES
L’agence étant fermée, j’ai garé le véhicule sur le parking de l’agence et déposé les clés dans la boîte aux lettres. Quelques jours plus tard, je constate que l’agence me facture la réparation d’un dommage dont je ne suis pas responsable. Ai-je un recours ?
Oui. Vous pouvez contester la facturation. Pour cela, vous devez prouver que le véhicule était en bon état au moment de la restitution, avec des photos, idéalement datées, par exemple.

En revanche, certaines conditions générales de location prévoient que la restitution du véhicule doit se faire auprès d’un agent de location habilité par la compagnie, aux horaires d’ouverture et à l’heure de retour prévue. Le contrat prévoit qu’à défaut de restitution auprès d’un agent, vous êtes considéré comme entièrement responsable du véhicule jusqu’à l’ouverture de l’agence.

Ce type de clause a déjà été jugé abusif car il crée un « déséquilibre significatif » entre le loueur et son client. Les dommages causés après la restitution du véhicule ne peuvent donc pas vous être reprochés.

Vérifiez, par ailleurs, si vous avez souscrit une assurance pour le rachat de franchise. Selon les garanties prévues dans le contrat, les dégâts peuvent être pris en charge par l’assurance.

Relisez vos contrats d’assurance personnels (automobile, responsabilité civile, carte bancaire…), pour rechercher si ce sinistre est couvert et de quelle manière (production des états des lieux, par exemple).

Bon à savoir

L’UFC-Que Choisir a obtenu du tribunal de grande instance de Beauvais l’annulation de 23 dispositions abusives contenues dans les conditions générales de location de la société Sixt. La clause retenant la responsabilité du locataire en cas de véhicule rendu lorsque l’agence est fermée en fait partie. Le tribunal de grande instance estime qu’en cas de stationnement sur le parking de l’agence et de restitution des clés dans la boîte aux lettres dédiée à cet usage, « le client dessaisi du bien n’en a plus la garde juridique ». La société de location Sixt ayant fait appel, la décision n’est pas définitive.

Articles 1731, 1732 et 1353 du code civil.
Jugement du tribunal d’instance de Lannion 13/02/2001.
Avis de la commission des clauses abusives n° 00-02 du 1er janvier 2000.
Article L. 133-25 code monétaire et financier et Rép. min. n° 85662, JOAN du 15/09/2015.



DÉFAUTS NON SIGNALÉS LORS DE L’ÉTAT DES LIEUX

Le loueur a refusé de faire un état des lieux avec nous au motif qu’il a déjà été fait par ses soins. Je constate ensuite que le plein d’essence n’a pas été fait et que le voyant du niveau d’huile est allumé. Je restitue le véhicule avec le même niveau d’essence qu’à la remise des clés et je joins la facture du bidon d’huile que j’ai acheté à mes frais pour remédier au problème. Quelques jours plus tard, je constate que l’on m’a facturé les litres d’essence manquants pour faire le plein. Comment contester ? Puis-je être indemnisé pour le bidon d’huile ?
La contestation et la demande d’indemnisation seront difficiles. Les défauts apparents doivent être constatés au moment de la prise du véhicule. Il aurait fallu les signaler à ce moment-là. Dans tous les cas, signalez tout défaut à l’agence dès que vous vous en rendez compte après la prise de possession du véhicule. Faites des photos, idéalement datées, de ces anomalies. Elles appuieront votre demande.

Article 1353 du code civil.
Article L. 133-25 code monétaire et financier, Rép. min. n° 85662, JOAN du 15/09/2015.  

Admin

Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: CONSEILS    

Revenir en haut Aller en bas
 
CONSEILS
Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CATHYIMAGES :: FORUM PUBLIC &ACTUALITÉ& QUE CHOISIR & VIDEOS :: QUE CHOISIR-
Sauter vers: