CATHYIMAGES


CATHYIMAGES

IMAGES DIVERS ,NATURE,FEMMES ,HOMMES,ENFANTS,VILES, PAYS, ACTEURS, CHANTEURS, NCIS.
 
Accueilhttps://www.catCalendrierÉvènementsPublicationsFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» ACTUALITÉ
Mar 31 Juil - 18:14 par Marck53

» VOTE 12 MARS
Mar 31 Juil - 17:36 par Sneki2

» IMAGES DIVERS
Dim 29 Juil - 23:07 par Hollden

» ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS
Dim 22 Juil - 12:33 par Admin

» VIDEOS
Sam 21 Juil - 19:40 par Admin

» COUP D’ŒIL SUR LE MONDE
Sam 21 Juil - 13:58 par Stiven

» FORUM
Ven 20 Juil - 22:09 par Admin

» MACRON
Ven 20 Juil - 21:34 par Admin

» CONSEILS
Jeu 19 Juil - 18:21 par Marck53

Août 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
CalendrierCalendrier
Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Google+Suivre Forumactif sur Google+Suivre Forumactif sur Pinterest




Portail
Index
Membres
Profil
FAQ
Rechercher
Forum

Partagez | 
 

 CONSEILS

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Marck53
Marck53
Marck53
avatar


MessageSujet: Re: CONSEILS    Jeu 19 Juil - 18:04

Repères

La gestion des apports en protéines repose sur trois règles d’or.
•Ne pas manger de protéines en excès en gardant en tête qu’elles sont présentes dans un grand nombre d’aliments.
- En premier lieu dans les produits d’origine animale (viandes et charcuteries, poissons, fruits de mer et crustacés, œufs, laits et dérivés). « Certaines personnes tombent dans le piège du poisson parce qu’elles ne veulent plus manger de viande et consomment une sole complète ou un bar complet, sans se méfier, note le Dr Tostivint. Le poisson est aussi riche en protéines que la viande. »
- Les protéines sont aussi d’origine végétale, présentes dans les céréales et leurs dérivés, les légumineuses, les pommes de terre, le soja et ses dérivés. « En moyenne nationale, nous mangeons le double de nos besoins en protéines, qui sont d’environ 0,6 g de protéine/kg/jour, indique le Dr Tostivint. Mais les besoins de chaque malade sont adaptés au stade de son insuffisance rénale avec sa diététicienne. Nous mettons de plus en plus les personnes insuffisantes graves au régime vegan (végétarien strict), quand elles l’acceptent. Elles peuvent y gagner des années sans dialyse. »
•Choisir des protéines de bonne qualité et éviter celles des produits industriels qui contiennent beaucoup de conservateurs et de sel.
•Répartir harmonieusement les apports de protéines sur la journée, toujours pour épargner un travail trop important au rein.


Admin

Revenir en haut Aller en bas
Marck53
Marck53
Marck53
avatar


MessageSujet: Re: CONSEILS    Jeu 19 Juil - 18:07

Des conseils également bénéfiques pour :

Contrôler les calculs rénaux, lutter contre le surpoids.



Diabète de type 2

Contrôler l’index glycémique des repas

Lorsque nous sommes en bonne santé et que nous mangeons du sucre, le pancréas libère une hormone, l’insuline, qui a pour rôle de réguler la glycémie (c’est-à-dire le taux de sucre dans le sang). En revanche, en cas de diabète, ce métabolisme glucidique dysfonctionne. Il existe deux types de diabète. Dans le diabète de type 2, le pancréas libère correctement l’insuline, mais les cellules du corps font « de la résistance » à l’insuline. Il en résulte une demande accrue d’insuline à laquelle le pancréas, hypersollicité, répond, avant de finir par s’épuiser. Ce type de diabète touche les adultes, principalement ceux en surpoids. La maladie apparaît de manière progressive et insidieuse, souvent consécutivement à une alimentation trop riche en sucres et en graisses et à une trop grande sédentarité.

Que faire en priorité ?

L’alimentation est une des clés de voûte de la prise en charge du diabète de type 2. La priorité pour les personnes qui en sont atteintes est de maintenir une glycémie la plus constante possible. Pour cela, il est préférable d’éviter les aliments avec un index glycémique trop élevé, c’est-à-dire dont la consommation provoque dans l’heure qui suit une élévation très importante de la glycémie et une sécrétion d’insuline. Au quotidien, l’index glycémique des aliments n’est pas véritablement figé. « L’index glycémique d’un aliment varie beaucoup d’une personne à l’autre, mais aussi en fonction de la façon dont il est consommé, explique le Dr Jean-Michel Borys, nutritionniste et endocrinologue. Par exemple, le temps de cuisson des pâtes, ce qu’on mange avant ces pâtes ou leur accompagnement le fait énormément varier. C’est en fait très compliqué. » Au-delà de l’index glycémique de chacun des produits qui composent le menu, c’est l’index glycémique global du repas qui prime et qui doit être maintenu bas. Même si l’efficacité des régimes à bas index glycémique n’est pas prouvée sur les complications cardiovasculaires, ils permettent bien de contrôler la glycémie.

Repères


« Heureusement, il y a des moyens simples de diminuer l’index glycémique d’un repas », dit le Dr Borys. Ces moyens reposent sur des principes de chronobiologie et d’ordre de prise des aliments.

Bannir la consommation de produits à index glycémique élevé le matin, au petit-déjeuner et jusqu’à midi. C’est le moment de la journée où l’insulinorésistance est la plus forte. Il ne faut pas consommer de produits au goût sucré, comme la confiture, le miel mais aussi les jus de fruits. Quant au pain, il faut le choisir idéalement complet ou le moins blanc possible.

Toujours commencer le déjeuner et le dîner par une large quantité de légumes, crus ou cuits. Ils sont la clé d’une relative liberté nutritionnelle pour le reste du repas. Retour donc aux poireaux vinaigrette ou aux carottes râpées et, pourquoi pas, commencer par la ratatouille. Les fibres des légumes ralentissent l’absorption des sucres des féculents qui vont suivre. En pratique, les légumes en début de repas transforment les aliments à index glycémique élevé consommés ensuite en aliments à index glycémique bas. Le patient diabétique peut donc manger un peu ce qu’il veut après, et même quelque chose de sucré en dessert comme un yaourt à la confiture ou un carré de chocolat. « Attention, tout de même, à ne pas associer pain et féculents au même repas, ce qui ferait trop de glucides » souligne le Dr Borys. Tout au long de la journée, faire l’impasse sur les boissons sucrées, jus de fruits et lait inclus.

Des conseils également bénéfiques pour :

Lutter contre le surpoids et l’obésité.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Marck53
Marck53
Marck53
avatar


MessageSujet: Re: CONSEILS    Jeu 19 Juil - 18:10


Calculs rénaux

Bien s’hydrater et consommer une quantité normale de calcium


Les calculs rénaux (aussi appelés lithiases urinaires par les médecins) se forment à partir des sels minéraux contenus dans l’urine. Quand ils sont évacués, tout se passe bien. Mais lorsqu’ils restent bloqués dans l’uretère (qui relie le rein à la vessie), cela peut entraîner des douleurs intenses : c’est la colique néphrétique. Dans 80 % des cas, les calculs rénaux sont constitués de calcium. « Idéalement, dès la première crise, il faut faire une analyse de la composition des calculs, mais aussi une analyse des urines sur 24 heures, explique le Dr Paul Méria, urologue à l’hôpital Saint-Louis, à Paris. Quand on le fait, on constate souvent deux anomalies : la présence de calcium en excès dans les urines et un volume urinaire insuffisant. »

Que faire en priorité ?

Dès la formation des premiers calculs, il faut avoir deux bons réflexes. Boire entre 2 et 3 litres de liquide par jour (plus s’il fait chaud ou en cas d’activité sportive) d’avoir des urines bien diluées et de diminuer le risque de formation de calculs. Tous les liquides sont autorisés : eau, café, tisane et autres. Le thé trop fort, les boissons sucrées ou salées, le lait et l’alcool sont en revanche à consommer avec modération.

Ne pas consommer trop de calcium... ni trop peu. Le juste équilibre des apports se situe autour de 800 mg/jour. « Une consommation trop importante de calcium est synonyme d’une élimination dans les urines tout aussi importante et donc un risque de formation de calculs. Mais un apport trop faible n’est pas non plus une solution : les patients vont quand même faire des calculs, mais d’une autre nature. Et surtout, cela entraîne une décalcification osseuse », note le Dr Méria. Un régime équilibré, riche en fruits et légumes, et avec deux produits laitiers par jour, couvre sans problème les besoins en calcium. « Pour les personnes qui ne consomment jamais de produits laitiers, les eaux calciques comme les eaux d’Hépar et de Contrex sont d’excellentes alternatives. »



Des conseils également bénéfiques pour :

Traiter les infections urinaires. Sinon, l’hyperhydratation ne présente pas d’intérêt pour la santé.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Marck53
Marck53
Marck53
avatar


MessageSujet: Re: CONSEILS    Jeu 19 Juil - 18:11


Des aliments ni santé ni poison


Beaucoup d’aliments ne sont ni bons ni mauvais pour la santé. Tout est question de modération.

Vian rougede


Oui… Elle présente un intérêt nutritionnel, car c’est une bonne source de protéines et de fer.
Mais... Elle contient des graisses saturées, nocives à la santé cardiovasculaire, et elle est potentiellement cancérogène quand elle est consommée en excès.

Poissons gras

Oui… Ils sont une source d’oméga 3, qui préviennent les maladies cardiovasculaires, réduisent l’inflammation et sont probablement bons pour le cerveau.
Mais... Les poissons de mer, surtout les prédateurs sauvages comme le thon, sont contaminés par du mercure et des PCB (contaminants chimiques chlorés) et ne doivent être consommés qu’occasionnellement. Préférer les petits poissons comme les maquereaux ou les sardines.

Beurre


Oui… Consommé cru et en quantité raisonnable, il est une bonne source de vitamines A, D et E, qui contribuent à une bonne vision, une bonne santé osseuse et cardiaque et un bon fonctionnement du système immunitaire.
Mais... Riche en graisses saturées, il favorise les maladies ­cardiovasculaires s’il est consommé en quantité importante.

Lait

Oui… Il constitue une source intéressante de calcium (mais qui peut se trouver facilement ailleurs) et offre des ­protéines de qualité.
Mais... Il est riche en sucres (lactose) et expose à un inconfort digestif chez les intolérants au lactose.

Café

Oui… Longtemps diabolisé, le café bu en quantité raisonnable (3 à 4 tasses par jour) est plutôt bénéfique pour la santé ­cardiovasculaire. Il stimule la vigilance et la mémorisation et pourrait jouer un rôle positif contre certaines maladies neuro­dégénératives.
Mais... Ses effets psychoactifs perturbent les cycles veille-sommeil.

Vin rouge


Oui... En quantité très modérée (1 verre par jour, avec au moins 2 jours d’abstinence par semaine), le risque lié à sa consommation est faible. Celle-ci n’a pas de bienfaits démontrés en elle-même mais s’intègre dans le régime méditerranéen qui, lui, est bénéfique.
Mais... L’alcool qu’il contient augmente le taux de mortalité, favorise l’obésité, la cirrhose, la pancréatite et un certain nombre de cancers.



Admin

Revenir en haut Aller en bas
Marck53
Marck53
Marck53
avatar


MessageSujet: Re: CONSEILS    Jeu 19 Juil - 18:21

Comment le sucre s’est acheté une virginité

Depuis environ dix ans, des travaux scientifiques évoquent une relation entre un régime riche en sucres et l’apparition de maladies cardiovasculaires. Une accusation qui visait plutôt les graisses.

Pour comprendre pourquoi le gras a été pendant si longtemps le seul à porter le chapeau, il faut remonter aux débuts des années 1960. D’après des documents inédits dévoilés dans la revue JAMA Internal Medicine en 2016, l’industrie sucrière américaine (la Sugar Association) a payé des scientifiques de l’université d’Harvard l’équivalent actuel de 50 000 dollars pour qu’ils écrivent un article minimisant les effets délétères du sucre sur la santé cardiovasculaire. Une étude « bidonnée » est donc parue dans le très respecté New England Journal of Medicine. Ses résultats ont durablement marqué les esprits et probablement façonné les recommandations nutritionnelles des décennies suivantes. Et rien n’indique que ces pratiques de corruption de scientifiques n’aient plus cours.

Aujourd’hui, il est conseillé de réduire sa consommation de sucres ajoutés. Cette recommandation s’appuie sur les effets avérés de l’apport de sucres libres (qui se distinguent des sucres intrinsèques, présents dans les fruits et légumes frais entiers) sur la santé. Ces sucres comprennent ceux ajoutés aux aliments par le fabricant, ou le consommateur, et les sucres naturellement présents dans le miel, les sirops, les jus de fruits et les jus de fruits concentrés. L’Organisation mondiale de la santé recommande de réduire la consommation de sucres libres à moins de 10 % de l’apport calorique quotidien. Cela revient pour un adulte à ne pas consommer plus de 50 g de sucre par jour environ.





SUCRE que choisir

admin

Les conseilles peuvent être une aide, par contre il faut toujours consulter un Docteur , car tous cela comme ils conseil a la fin d'article, c'est bon et non, il y a toujours une mauvais côté . Manger divers nourriture et en quantité modérer..Même les bonne choses trop consommer ça ne va pas.






Admin

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: CONSEILS    

Revenir en haut Aller en bas
 
CONSEILS
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CATHYIMAGES :: VOTE & PRÉSENTATION FORUM & SUJETS PUBLIC & MUSIQUES & QUE CHOISIR :: QUE CHOISIR & ACTUALITÉ-
Sauter vers: