CATHYIMAGES

CATHYIMAGES

IMAGES DIVERS ,NATURE,FEMMES ,HOMMES,ENFANTS,VILES, PAYS, ACTEURS, CHANTEURS, NCIS.
 
Accueilhttps://www.catCalendrierÉvènementsPublicationsFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» IMAGES DIVERS
Aujourd'hui à 12:46 par Admin

» COUP D’ŒIL SUR LE MONDE
Aujourd'hui à 12:40 par Admin

» MACRON
Aujourd'hui à 11:54 par Admin

» ACTUALITÉ
Aujourd'hui à 11:30 par Admin

» VOTE 12 MARS
Hier à 20:54 par Admin

» FB..Quitter Facebook
Ven 25 Mai - 20:32 par Nikola

»  NUTRITION /QUE CHOISIR
Ven 25 Mai - 20:29 par Admin

» ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS
Ven 25 Mai - 20:23 par Admin

» MÉDICAMENT / ACTUALITÉ/ SANTE
Ven 25 Mai - 20:17 par Admin

Mai 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   
CalendrierCalendrier
Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Google+Suivre Forumactif sur Google+Suivre Forumactif sur Pinterest




Portail
Index
Membres
Profil
FAQ
Rechercher
Forum

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 DÉCRYPTAGE / JOUE AVEC NOTRE SANTE

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: DÉCRYPTAGE / JOUE AVEC NOTRE SANTE    Sam 13 Mai - 12:28



Bientôt huit ans que les autorités européennes ont promis de prendre à bras-le-corps le problème des perturbateurs endocriniens. Huit ans et, concrètement, rien n’a changé pour les citoyens, qui continuent à y être exposés quotidiennement. C’est par un règlement publié en octobre 2009 que tout commence. Il concerne les pesticides et interdit que soient approuvées pour cet usage les substances « considérées comme ayant des effets perturbateurs endocriniens pouvant être néfastes pour l’homme ». Dans les années qui suivent, des restrictions similaires apparaissent dans la réglementation sur les biocides (1), les produits cosmétiques ou les substances chimiques en général (Reach). Mais pour encadrer les perturbateurs endocriniens (PE), encore faut-il les identifier. La science qui étudie ces substances est jeune, en pleine construction, il n’existe pas de liste officielle et même pas encore de définition réglementaire. La Commission doit donc en établir une, qui servira de base aux réglementations à venir. C’est ce à quoi elle aurait dû s’employer sans délai, avec le concours des scientifiques les plus reconnus, puisque l’Union est supposée « garantir la protection de la santé humaine dans toutes ses politiques ». Mais « les institutions européennes n’ont pas le budget pour payer des experts indépendants, du coup elles travaillent avec quiconque veut bien faire profiter de son expertise gratuitement. Une aubaine pour les scientifiques payés par ailleurs par des industriels », déplore Martin Pigeon, chargé de l’agroalimentaire à l’association Corporate Europe Observatory, qui met au jour le pouvoir des groupes de pression.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: DÉCRYPTAGE / JOUE AVEC NOTRE SANTE    Sam 13 Mai - 12:28

UN SUJET EXPLOSIF

Pour ceux qui s’intéressent à la façon dont l’Union légifère, ce dossier va devenir un cas d’école. Car le sujet est explosif : si la définition des PE est large, de très nombreuses substances chimiques pourraient en faire partie, avec les contraintes réglementaires et les impacts économiques que cela implique. Mois après mois, le processus va s’enliser, pris en otage par des luttes d’influence sans fin aux dépens des citoyens européens. Conflits entre directions de la Commission et entre États membres, selon qu’ils préfèrent préserver la santé ou le business, coups tordus des différents lobbies (produits chimiques, matières plastiques, pesticides, cosmétiques…) : tout concourt à retarder la décision, comme le détaille de façon très précise la journaliste Stéphane Horel dans son livre Intoxication (2). Fruit d’une enquête minutieuse, l’ouvrage décrypte les stratégies des lobbies industriels pour instiller dans les esprits le doute sur la nocivité des PE et se prémunir contre des réglementations trop rigoureuses. Le point culminant de cette guérilla réside dans une attaque aussi massive qu’inédite : à l’initiative de scientifiques largement financés par l’industrie, une lettre ouverte paraît simultanément dans 14 revues de toxicologie, remettant en cause la particularité des PE et invoquant, de façon très surprenante de la part de scientifiques, le « bon sens ». Les chercheurs indépendants spécialistes de la question ont beau réagir vertement, appelant à la transparence sur les conflits d’intérêts et fustigeant le mélange entre science et politique, le mal est fait. En septembre 2013, la Commission décide de demander une étude d’impact pour mesurer l’effet des différentes options ­réglementaires qui s’offrent à elle. « En général, nous estimons que de telles études constituent un outil pour améliorer les politiques publiques, précise Pelle Moos, responsable de ce dossier au Beuc (Bureau européen des unions de consommateurs), dont l’UFC-Que Choisir est membre fondateur. Mais en l’occurrence, il s’agit d’une manœuvre de l’industrie et de certaines personnes au sein de la Commission pour retarder et finalement faire dérailler le processus démocratique. C’est inacceptable ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: DÉCRYPTAGE / JOUE AVEC NOTRE SANTE    Sam 13 Mai - 12:29

LA COMMISSION CONDAMNÉE POUR AVOIR FAILLI

Un avis partagé par de nombreuses parties prenantes, à commencer par le ­gouvernement suédois qui, soutenu par plusieurs pays, dont la France, et par le Parlement européen, traduit la Commission devant la Cour de justice de l’Union européenne au motif du retard pris à légiférer sur la définition des PE. Fait rarissime, en décembre 2015, la Cour condamne la Commission pour avoir failli à son obligation. Démontant un à un tous ses arguments, elle l’invite à respecter l’équilibre entre le bon fonctionnement du marché intérieur et le niveau élevé de protection de la santé humaine, animale et de l’environnement prévu par les textes, et souligne que l’impact économique ne doit influer en rien sur la définition de critères scientifiques. La Commission ne peut plus reculer. En juin 2016, elle présente une proposition de définition des PE… et déclenche un concert de protestations. Le projet prévoit que soient considérées comme PE les substances qui répondent à trois conditions : un mode d’action endocrinien, un effet indésirable sur la santé humaine et l’existence d’un lien de causalité entre les deux. Cette troisième condition est inacceptable aux yeux des experts indépendants, car la preuve est quasi impossible à apporter scientifiquement. Ou alors cela peut prendre des générations comme le montre le cas du distilbène, dont les effets délétères ne sont apparus que dans la descendance des femmes qui en ont pris pendant leur grossesse. « Les critères exigés par la Commission sont trop stricts pour protéger les populations. Elle a mis la barre si haut que même les produits chimiques pour lesquels il existe des preuves sérieuses de leur toxicité auront des difficultés à l’atteindre », s’inquiète alors l’Endocrine Society, une société savante regroupant des médecins et chercheurs de tous pays. De fait, avec cette définition, même le bisphénol A, dont aucun scientifique sérieux ne conteste les propriétés de perturbation endocrinienne, passerait entre les mailles du filet !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: DÉCRYPTAGE / JOUE AVEC NOTRE SANTE    Sam 13 Mai - 12:29

UN PROJET DE RÈGLEMENT FAVORABLE À L’INDUSTRIE

Comme le gouvernement français, le Beuc et bien d’autres, l’Endocrine Society préconise une classification semblable à celle des ­cancérogènes (certain, probable ou possible). Un moyen de taper vite et fort sur les PE les plus préoccupants et de prévoir des contraintes réglementaires adaptées aux évolutions des connaissances scientifiques pour les autres. Las, Bruxelles fait la sourde oreille : par deux fois, en décembre et février dernier, elle publie un nouveau projet de règlement mais sans prendre en compte cette proposition. « Refuser la classification graduée est très choquant, s’indigne le PBernard Jegou, directeur de recherches à l’Inserm et à l’École des hautes études en santé publique. S’il faut que des preuves formelles soient apportées avant que la réglementation se mette en place, on va attendre 20 ans ! Les preuves scientifiques sont au centre de mon travail et de mes convictions, mais l’incertitude est consubstantielle à la science. Au lieu d’en tenir compte, la Commission s’embourbe dans les contre-feux mis en place par l’industrie. Le poids des lobbies et le cynisme de ce qu’elle est en train de mettre en place sont intolérables. » Le mot est faible : loin de dessiner des critères plus protecteurs pour la santé humaine, la proposition de décembre prévoit, contre toute logique, (à part celle du lobby phytopharmaceutique) une tolérance pour les pesticides conçus pour agir comme perturbateurs endocriniens sur les ravageurs ! Une dérogation qui n’a « aucune raison d’être » selon les autorités françaises, qui ont fait savoir leur opposition. Reste à espérer que la vigilance de notre gouvernement sur ce dossier perdurera quel que soit le résultat de l’élection présidentielle.
Lire aussi


NOTES


(1) Produits exerçant une action contre les nuisibles, hors agriculture (répulsifs, antiparasitaires, produits de traitement du bois, etc.).
(2) Ed. La Découverte, 2015, 19 €.


Fabienne Maleysson

fmaleysson@quechoisir.org


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: DÉCRYPTAGE / JOUE AVEC NOTRE SANTE    Sam 13 Mai - 12:30

CONTENUS RECOMMANDÉS


DÉCRYPTAGE
Perturbateurs endocriniens (infographie) • Des effets possibles sur de nombreuses fonctions
Si les perturbateurs endocriniens peuvent provoquer des effets nocifs nombreux et variés, c’est parce qu’ils sont

DOSSIER
Perturbateurs endocriniens
Omniprésents dans notre environnement quotidien (alimentation, produits cosmétiques, pollution de l’air…) les


ACTION UFC-QUE CHOISIR
Accès aux soins • La carte de la fracture sanitaire
Vous êtes victime de la fracture sanitaire? Ecrivez en un clic à vos parlementaires pour que soit enfin garanti l'égal

COMPARATIF
Liquide spécial cuisson
Les matières grasses ont mauvaise presse. Aussi les fabricants rivalisent-ils d'imagination pour lancer des nouveautés





Rechercher sur le site
Revenir en haut Aller en bas
kristel555

avatar


MessageSujet: Re: DÉCRYPTAGE / JOUE AVEC NOTRE SANTE    Sam 27 Mai - 22:09



QUELLES SONT LES FONCTIONS DE L’HUISSIER ?

S’il y a procès, l’huissier remet les assignations et procède également à la signification des actes judiciaires. Pour l’exercice d’un droit, sur présentation d’un titre exécutoire (par exemple, un jugement), l’huissier réalise des saisies ou des expulsions. Il peut solliciter des administrations ou la justice (procureur), afin d’obtenir divers renseignements (domicile, comptes bancaires…). Dans certaines circonstances (par exemple, expulsions), il peut réclamer le renfort des forces de l’ordre.
Dans le cadre d’une démarche non judiciaire, l’huissier établit des constats et procès-verbaux (malfaçons, nuisances de voisinage…), atteste (par exemple, captures d’écrans Internet), effectue des ventes aux enchères de biens mobiliers… Certaines de ces prérogatives sont ouvertes à la concurrence d’autres professions juridiques. De manière plus générale, l’huissier de justice peut conseiller des personnes dans la rédaction d’actes juridiques, mettre en demeure une partie, apposer des scellés dans l’attente de l’inventaire des biens d’un défunt.
 

COMMENT L’HUISSIER EST-IL RÉMUNÉRÉ ?

Les règles de sa rémunération sont notamment encadrées par un décret du 12 décembre 1996, réactualisé en février 2016.

Les émoluments

Ils correspondent à la rémunération des actes dits d’information prévus par la loi et des actes d’exécution. Ils se calculent par l’addition de : 
u droits fixes codifiés (tarif réglementé) qui s’appliquent, par exemple, aux états des lieux locatifs (128,70 € HT pour un logement d’une superficie de 50 à 150 m2), aux assignations (18,23 € HT), aux significations de jugement (25,74 €) ;


  • droits proportionnels ou de recouvrement si l’intervention est motivée par une dette (de 4,29 € à 550 € HT au maximum) ;

  • droits d’engagement des poursuites. Ils sont perçus à l’occasion du premier acte d’une procédure de recouvrement de dette (droit proportionnel qui varie de 4,29 € à 268,13 € HT) ;

  • frais de gestion du dossier (33 € HT maximum, pour une même affaire).


Les honoraires

Ils rémunèrent l’huissier pour ses conseils, les constats (non locatifs)… Ces honoraires sont fixés librement. Le demandeur doit être informé de leur montant avant toute action de l’huissier.

Les débours

Ils couvrent les frais annexes que l’officier public avance (par exemple, indemnisation d’un témoin, frais d’affranchissement ou fiscaux…). La TVA (20 %) et une taxe forfaitaire de 14,89 € entrent dans la catégorie des débours.

Les frais de déplacement

Ils sont forfaitaires (7,67 € HT) et appliqués à chaque signification d’acte.

Les actes par voie électronique 

Ils sont rémunérés 8,80 € HT « l’unité ».

Admin

Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
kristel555

avatar


MessageSujet: Re: DÉCRYPTAGE / JOUE AVEC NOTRE SANTE    Sam 27 Mai - 22:10

QUI PAIE L’HUISSIER ?

Les frais d’exécution forcée (par exemple, à la suite d’un jugement) sont en principe à la charge du débiteur. Quand l’huissier doit recouvrer des sommes sans titre, c’est au créancier de payer. Dans toutes les situations, des provisions peuvent être réclamées au demandeur. Quand ils sont à la charge du créancier, les frais dus à l’huissier peuvent être déduits des sommes récupérées auprès du débiteur. Le créancier sera par ailleurs tenu d’acquitter la facture présentée par l’officier public si le débiteur, qui devait en principe la payer, est insolvable. Les contestations sur les frais réclamés et liés à un acte exécutoire doivent être portées devant le greffier en chef du tribunal qui l’a émis. Dans les autres situations, c’est le tribunal de grande instance (litige de plus de 10 000 €) ou d’instance (moins de 10 000 €) qui est compétent.

PETITES CRÉANCES

Une procédure simplifiée

L’article 1244-4 du code civil (loi du 6/8/15 et décret du 9/3/16) introduit dans notre droit une procédure simplifiée de recouvrement des petites créances (moins de 4 000 €) sans titre exécutoire préalable. L’huissier adresse une lettre recommandée avec accusé de réception (AR) au débiteur pour l’inviter à participer à cette procédure. S’il est d’accord, il délivre sans autre formalité un titre exécutoire. Et c’est un autre huissier qui devra le présenter au débiteur. Les frais occasionnés par cette procédure (tarifs réglementés donnant droit à des émoluments) sont à la charge exclusive du créancier. « La mesure, plutôt une bonne idée, vise à désengorger les tribunaux. Mais on n’a pas encore atteint le rythme de croisière dans sa mise en œuvre », concède Pascal Thuet, de la Chambre nationale des huissiers.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: DÉCRYPTAGE / JOUE AVEC NOTRE SANTE    Mer 4 Avr - 19:57


Depuis le succès marketing du programme d’entraînement cérébral du Dr Kawashima, un jeu vidéo Nintendo, ces jeux censés améliorer votre mémoire se sont multipliés sur la Toile et sur smartphone et tablette. Ils s’appellent Memorado, Brain Training, Peak, NeuroNation, CogniFit, etc. Élaborés avec le concours de scientifiques, ils vous ­promettent une amélioration de vos performances cognitives au bout de quelques mois d’entraînement de votre cerveau !

Quels bienfaits pour la mémoire ?

D’après plusieurs études de chercheurs en neurosciences, comme celles de Daniel Simons de l’université de ­l’Illinois et d’Adrian Owen du laboratoire de l’université de Cambridge, l’efficacité de ces programmes pour améliorer les performances cognitives est loin d’être probante. Certes, en vous entraînant à ces exercices mentaux, vous allez acquérir une certaine habileté, mais uniquement pour ces mêmes ­exercices. Pour d’autres tâches cognitives et la mémoire, le bénéfice de ces programmes n’est pas démontré. En résumé, vous pouvez devenir un as de ces jeux connectés sans pour autant gagner un iota au regard de vos capacités de mémorisation. Le dernier rapport des Académies de sciences et de médecine aux États-Unis fait le même constat : pas de preuve scientifique d’un effet bénéfique de ces programmes pour prévenir les troubles cognitifs et la maladie d’Alzheimer chez les seniors. Si vous êtes mordu de ces jeux, ils ne feront pas de mal à votre cerveau, surtout si vous avez plaisir à y jouer, mais n’en attendez pas des miracles.

Combien ça coûte ?

Les premiers jours d’essai de ces exercices, que certains pourront juger rébarbatifs, sont souvent proposés gratuitement. Mais il faudra ensuite payer chaque année pour continuer à utiliser les fonctionnalités de ces programmes, de l’ordre d’une dizaine d’euros par mois pour les applis sur smartphone ou tablette.

L’alternative gratuite

Autant choisir d’autres stimulations intellectuelles qui vous plaisent vraiment (jeux de société, lecture ou cinéma, visites de musée, repas ou sorties entre amis, etc.) plutôt que dépenser votre argent et votre temps à faire des exercices fastidieux ! Les ateliers mémoire proposés aux seniors par des établissements de santé, des villes, des mutuelles ou des caisses de retraite, et organisés par des professionnels, ont pour objectif de vous apprendre à mieux utiliser vos ressources cognitives. Ils vous amèneront aussi à développer vos activités sociales puisque vous y ferez de nouvelles rencontres.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: DÉCRYPTAGE / JOUE AVEC NOTRE SANTE    Mer 4 Avr - 19:59


Sans aucune preuve de leur efficacité, des produits indiqués pour le déficit cognitif du sujet âgé sont encore vendus dans les pharmacies : moxisylyte (Carlytene), piracétam (Gabacet, Nootropyl), ginkgo biloba (Tanakan, Ginkogink, Vitalogink, etc.), pentoxifylline (Pentoflux). Ces médicaments dits vaso­dilatateurs, dont certains peuvent être ­obtenus sans ordonnance, ont été déremboursés en 2012 par les autorités de santé en raison de leur manque d’efficacité. Le centre de pharmacovigilance de Toulouse signale qu’ils font partie des ­médicaments à écarter en raison d’un rapport bénéfices-­risques défavorable. La revue Prescrire demande depuis ­plusieurs années le retrait du marché des médicaments contenant des extraits de ginkgo biloba. Elle rappelle que celui-ci peut être dangereux, car il expose à des troubles digestifs, des réactions allergiques cutanées et des hémorragies parfois graves. Attention, le risque d’hémorragies est plus important si vous êtes traité par un anticoagulant. Si vous prenez ces médicaments, parlez-en à votre ­médecin avant de les arrêter. Vous préserverez votre santé et économiserez quelques euros, voire des dizaines d’euros, chaque mois.

L’homéopathie

Zéro effet prouvé

Si vous êtes adepte de l’homéopathie, votre médecin homéopathe ou votre pharmacien vous proposera sans doute des traitements pour doper votre mémoire et améliorer vos capacités cognitives. Ceux-ci, à base de ­granules de Kalium phosphoricum, de Baryta carbonica ou de Phosphoricum-acidum, ne sont guère dangereux pour la santé, mais aucune étude clinique reposant sur des critères scientifiques validés n’a montré leur efficacité sur la mémoire.

Compléments alimentaires

Admin

Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: DÉCRYPTAGE / JOUE AVEC NOTRE SANTE    Mer 4 Avr - 20:02


Plusieurs dizaines de compléments alimentaires destinés à booster la mémoire sont vendus en pharmacie, dans les rayons des grands magasins d’alimentation ou sur Internet. Beaucoup s’adressent aux seniors et portent des noms de marque évocateurs pour les persuader de leurs effets bénéfiques : Memoptic, Neurex, Action Mémoire, Tonic Cérébral Senior, etc. Pour vous allécher, les fabricants de ces produits utilisent les résultats parcellaires des recherches en nutrition. Les études épidémiologiques observationnelles suggèrent certes qu’un régime alimentaire de type méditerranéen pourrait protéger du déclin cognitif lié à l’âge. Mais attention, il y a des différences entre un régime et un nutriment : hors de sa matrice nutritionnelle, c’est-à-dire l’aliment en question, rien ne prouve que tel ou tel nutriment puisse avoir une réelle efficacité.

Le coût mensuel d’un traitement journalier par des compléments alimentaires est de 10 à 30 €. À ce prix-là, autant réserver votre argent pour vous alimenter sainement avec un régime méditerranéen. D’autant que nombre de ces produits ne sont pas dénués de risques.

Les oméga 3

OM3 Mémoire, Oméga Mémoire, Capital Mémoire et autres sont à base d’oméga 3, des acides gras censés être bénéfiques pour le fonctionnement du cerveau. À ce jour, aucune étude clinique n’a démontré qu’une supplémentation en oméga 3 protégerait les capacités cognitives des seniors. D’après les derniers résultats de l’essai MAPT de l’Inserm, le traitement préventif par une supplémentation en oméga 3, associé ou non à des exercices de mémoire et de raisonnement, ne semble pas plus efficace qu’un placebo pour prévenir les troubles cognitifs chez les personnes de plus de 70 ans. D’autres études sont nécessaires pour prouver l’efficacité des oméga 3 sur la mémoire.
Les vitamines

Beaucoup de compléments alimentaires pour la mémoire contiennent des vitamines, notamment B et E : Memoboost, Memoptic, Isoxan 50 +, etc. Ces nutriments sont indispensables au bon fonctionnement du cerveau. Mais est-il besoin, chez des personnes à l’alimentation équilibrée, d’en consommer en plus ? Des chercheurs ont étudié l’effet d’une supplémentation par un cocktail de vitamines chez des hommes médecins de plus de 65 ans. Ils n’ont pas mis en évidence quelque effet protecteur des vitamines sur les performances cognitives. Une étude américaine récente a montré que la supplémentation en vitamine B est associée à une augmentation du risque de cancer du poumon chez les fumeurs. Prendre des compléments alimentaires contenant des vitamines peut donc s’avérer plus nocif que bénéfique.

Pour la vitamine D, plusieurs études ont pointé le fait qu’une carence augmenterait le risque de troubles cognitifs chez les seniors. Mais l’intérêt de la prise d’un complément ­alimentaire hors carence n’est pas démontré.

Les minéraux

Certains compléments alimentaires vantent la présence de minéraux : zinc, sélénium, magnésium, etc. Là encore, il n’existe pas de preuve scientifique de leur efficacité. Attention à ceux qui contiennent du fer. C’est un pro-oxydant et des scientifiques pensent qu’un excès de fer chez les seniors pourrait entraîner une détérioration de leurs capacités cognitives.

Les extraits de plantes

On retrouve du ginkgo biloba dans nombre de compléments alimentaires pour la mémoire : Cogni’Sciences, Memoptic, Arkogélules Ginkgo, etc. Les essais ­cliniques avec les médicaments à base de ginkgo biloba n’ont jamais prouvé son efficacité. En outre, celui-ci n’est pas dénué d’effets indésirables. D’autres extraits de plantes plus ou moins exotiques et parées de mille vertus annoncées pour le cerveau entrent dans la composition des compléments : ginseng, bacopa, curcuma, thé vert, guarana, hydrocotyle, rhodiole, etc. L’efficacité de toutes ces plantes pour la mémoire n’a jamais été démontrée scientifiquement. Certaines études suggèrent que des polyphénols végétaux (thé vert, curcuma, fruits rouges, etc.) pourraient contribuer à lutter contre le vieillissement cérébral, mais il s’agit de pistes de recherche plutôt que de résultats probants.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Stiven
Stiven
Stiven
avatar


MessageSujet: Re: DÉCRYPTAGE / JOUE AVEC NOTRE SANTE    Dim 15 Avr - 17:15



Elle est moins calorique que les autres huiles

Faux. Toutes les huiles contiennent 100 % de lipides, soit 900 kcal pour 100 g. L’huile d’olive est donc aussi grasse et calorique que les autres huiles et il ne faut pas en abuser. Une à deux cuillerées à soupe par jour suffisent.

Elle appartient à la famille des acides gras mono-insaturés

Vrai. L’huile d’olive est composée à 70 % d’acide oléique (oméga 9), un acide gras mono-insaturé, qui n’affecte pas la santé cardiovasculaire. Elle contient peu d’acides gras saturés et d’acides gras polyinsaturés (notamment d’acide linoléique ou oméga 6) dont l’excès est néfaste pour la santé.

Elle protège des maladies cardiovasculaires


Vrai. Elle est riche en polyphénols et en vitamine E, des antioxydants naturels. Ils protègent les ­vaisseaux sanguins du stress oxydatif et des radicaux libres responsables du durcissement des artères ­(athérosclérose). Elle est à la base du régime méditerranéen, lequel réduit le risque d’infarctus, d’AVC, de diabète de type 2 mais aussi de cancers, de maladies inflammatoires, etc.

Elle contient beaucoup d’oméga 3

Faux. Elle est pauvre en oméga 3, des acides gras polyinsaturés dit essentiels car l’organisme ne peut pas les fabriquer lui-même. Il faut donc les lui apporter par la nourriture mais nous n’en consommons pas assez. Pour bénéficier d’un apport intéressant en oméga 3, dont les effets protecteurs dans les pathologies coronariennes et la dépression sont reconnus, il est recommandé d’associer à sa consommation quotidienne de l’huile de colza et occasionnellement de l’huile de noix qui en sont riches.

Elle est la plus consommée en France

Faux. C’est l’huile de tournesol la plus consommée alors qu’elle est moins recommandable en raison d’une teneur élevée en acides gras oméga 6 qui ne doivent pas être absorbés en trop grande quantité.

Elle s’altère à la lumière

Vrai. Mieux vaut choisir une huile dans une bouteille opaque et la conserver à l’abri de la lumière. Il est recommandé de la consommer dans les trois à quatre mois après ouverture car elle s’oxyde vite et devient rance. Attention : la date limite d’utilisation optimale indiquée sur les bouteilles est habituellement définie en ajoutant dix-huit mois à la date d’embouteillage (et non de récolte).

Elle résiste bien à la cuisson

Vrai. Sa teneur en acide gras mono-insaturé lui procure une très bonne résistance à la chaleur. Néanmoins, un chauffage à plus de 190 °C n’est pas recommandé, car cela entraîne la dégradation de ses polyphénols et l’apparition de composés indésirables.

Elle est meilleure si elle porte la mention « première pression à froid »

Faux. La « première pression à froid » signifie que l’huile est obtenue par un chauffage à moins de 27 °C qui n’altère pas ses qualités. Cette mention ne se justifie plus aujourd’hui que par le marketing : grâce aux progrès techniques, une deuxième pression avec de l’eau chaude, nécessaire autrefois pour extraire la totalité de l’huile, n’est plus utile.

Elle est, en théorie, de qualité supérieure quand elle est « vierge extra »

Vrai en théorie seulement. Cette dénomination désigne le meilleur niveau de qualité des huiles vierges. L’huile « vierge extra » doit répondre à des critères physicochimiques et de dégustation précis. Mais en pratique, les tests réalisés par Que Choisir montrent que toutes les huiles qui se disent « vierge extra » ne le méritent pas. Par exemple, dans notre test sur les huiles d’olives bio, plusieurs marques se sont révélées de moindre qualité, avec un goût rance ou moisi et non fruité comme il se devrait avec cette appellation.

Brigitte Bègue


Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: DÉCRYPTAGE / JOUE AVEC NOTRE SANTE    

Revenir en haut Aller en bas
 
DÉCRYPTAGE / JOUE AVEC NOTRE SANTE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CATHYIMAGES :: PRESENTATION &FORUM :: QUE CHOISIR & ACTUALITÉ-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: