CATHYIMAGES


INFORMATIONS, DIVERS IMAGES ,NATURE,FEMMES ,HOMMES,ENFANTS,VILES, PAYS, ACTEURS,, NCIS.
 
Accueilhttps://www.catCalendrierÉvènementsPublicationsFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS
Jeu 15 Nov - 20:24 par Stiven

» ACTION / DE QUE CHOISIR
Jeu 15 Nov - 18:53 par Stiven

» FEMMES ♥ HOMMES
Mar 13 Nov - 21:27 par Marck53

» TENDANCES WEB
Mar 13 Nov - 20:18 par Marck53

» ACTUALITÉ
Mar 13 Nov - 19:44 par Marck53

» Comparatif Antivirus
Dim 11 Nov - 19:07 par Admin

» DÉCRYPTAGE / JOUE AVEC NOTRE SANTE
Dim 11 Nov - 18:34 par Admin

» CHOIX DE LA MUSIQUE
Dim 11 Nov - 17:46 par Admin

» YouTube / Adele
Dim 11 Nov - 13:03 par Sneki2

Novembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
CalendrierCalendrier
Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Google+Suivre Forumactif sur Google+Suivre Forumactif sur Pinterest




Portail
Index
Membres
Profil
FAQ
Rechercher
Forum

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 SCIENCE

Aller en bas 
AuteurMessage
Stiven
Stiven
Stiven
avatar


MessageSujet: SCIENCE    Lun 10 Juil - 11:55

ENCELADE : UNE MOLÉCULE ORGANIQUE A ÉTÉ DÉTECTÉE !

 |e 9 juillet, 2017 at 16:02

Encelade n’a visiblement pas fini de nous étonner. Des scientifiques ont en effet détecté cette semaine une molécule organique présente sur la lune de Saturne en s’appuyant sur des instruments terrestres et plus précisément sur le télescope IRAM. Il s’agit d’une découverte de première importance.
Découvert en 1789 par William Herschel, Encelade est un des nombreux satellites situés dans l’orbite de la planète Saturne. Relativement imposant, il fascine de nombreux astronomes en raison de ses particularités.Malgré sa taille, il affiche en effet une géologie complexe et il est notamment connu pour les puissants geyserscourant à sa surface.

Encelade, la lune aux mille mystères


Cassini nous a appris pas mal de choses à son sujet et la sonde a notamment révélé la présence de plusieurs composés organiques dans ces geysers. Plusieurs scientifiques pensent donc que la lune pourrait potentiellement abriter une forme de vie microbienne dans ses profondeurs.
Le Dr Emily Drabel-Maunder, une chercheuse de l’Université de Cardiff, étudie depuis plusieurs mois le satellite et elle a présenté ses derniers résultats à l’occasion d’un colloque d’astronomie organisé à Hull.
Elle a alors révélé avoir décelé grâce au radiotélescope de Pico Veleta une molécule organique, et plus précisément du méthanol.
Bien sûr, l’annonce a beaucoup surpris la communauté scientifique et elle a donné lieu à de nombreuses hypothèses, des hypothèses notamment en lien avec la possible présence d’une forme de vie sur le satellite.

Une molécule organique a été détectée

Toutefois, d’après elle, ce composé ne constituerait pas une preuve de l’existence d’une forme de vie microbienne dans les profondeurs d’Encelade. En réalité, cette molécule serait créée par des réactions chimiques induites par l’expulsion du panache liquide dans l’espace. Selon elle, la présence de ce composé ne signifie donc pas nécessairement que le satellite abrite la vie, mais cela n’en reste pas moins une découverte importante.
Et ce pour une raison assez simple. Elle prouve en effet qu’il est tout à fait possible de détecter des molécules organiques sur des mondes distants, et ce en s’appuyant sur de simples instruments présents sur notre planète.
Reste que pour percer les mystères du satellite, les chercheurs ne vont pas vraiment avoir le choix. Ils vont en effet devoir envoyer des sondes sur place afin de faire des prélèvements.

Admin



Dernière édition par Stiven le Lun 10 Juil - 12:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Stiven
Stiven
Stiven
avatar


MessageSujet: Re: SCIENCE    Lun 10 Juil - 12:00

Reste que pour percer les mystères du satellite, les chercheurs ne vont pas vraiment avoir le choix. Ils vont en effet devoir envoyer des sondes sur place afin de faire des prélèvements.

Ah oui ce que je pense moi aussi..:)

Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Hollden

avatar


MessageSujet: Re: SCIENCE    Jeu 6 Sep - 17:42

Examinez les faits


VOUS marchez le long d’une plage sur une île déserte quand vous apercevez, gravé sur un rocher : “ John 1800 ”. L’endroit étant inhabité, en déduisez-vous que ces marques sont le produit de l’érosion ? Bien sûr que non ! Vous concluez à juste titre que quelqu’un en est l’auteur. Pourquoi ? Primo, une série de lettres et de chiffres bien tracés, même écrits dans une langue étrangère, n’apparaît pas toute seule. Secundo, cette inscription contient des informations qui ont un sens, ce qui laisse supposer qu’un être intelligent en est à l’origine.
Au quotidien, les informations se présentent à nous sous de multiples formes : lettres alphabétiques, braille, schémas, notes de musique, paroles, gestes, signaux radioélectriques, programmes informatiques utilisant le code binaire (composé de 0 et de 1), etc. Il existe une infinité de supports d’information, du papier et de l’encre à la lumière en passant par les ondes radioélectriques. Quoi qu’il en soit, on attribue toujours une information sensée à un esprit intelligent... sauf quand celle-ci est contenue dans une cellule vivante ! D’après les évolutionnistes, cette information est apparue par hasard, s’est inscrite toute seule. Mais est-ce vraiment le cas ? Que disent les faits ?
Une bibliothèque génétique...
Bien à l’abri dans le noyau de presque toutes les cellules de votre corps se trouve un code ingénieux appelé acide désoxyribonucléique, ou ADN. Cette molécule, formée de deux brins, ressemble à un escalier en colimaçon. Elle est comparable à un programme qui commande le développement, l’entretien et la reproduction des milliers de milliards de cellules du corps. Ses constituants élémentaires s’appellent nucléotides. Il en existe quatre types : A, T, C et G. Telles les lettres de l’alphabet, ces quatre caractères se combinent de nombreuses façons pour former des “ phrases ”, des instructions qui dirigent la duplication et d’autres mécanismes cellulaires.
L’ensemble des informations conservées dans l’ADN est le génome. Certaines combinaisons de “ lettres ” vous sont propres, car votre ADN contient votre patrimoine héréditaire : la couleur de vos yeux, celle de votre peau, la forme de votre nez, etc. Votre génome est comparable à une grande bibliothèque remplie des programmes de fabrication de chaque partie de votre corps. Et le produit fini, c’est vous.
Quelle est la taille de cette “ bibliothèque ” ? D’après le Projet génome humain, si on transcrivait sur papier ses trois milliards de “ lettres ” (les nucléotides), on remplirait 200 annuaires téléphoniques de 1 000 pages.
Ces faits ne sont pas sans rappeler cette prière étonnante vieille de 3 000 ans et consignée dans la Bible en Psaume 139:16 : “ Tes yeux ont vu mon embryon, et dans ton livre étaient inscrites toutes ses parties. ” Certes, le rédacteur n’était pas un scientifique. Mais en termes simples, il exprime un concept d’une remarquable exactitude, qui illustre la sagesse et la puissance incommensurables du Créateur. Quelle différence avec les autres écrits religieux antiques, truffés de mythes et de superstitions !
... peut-elle apparaître toute seule ?
Si le bon sens nous dicte qu’une inscription gravée sur un rocher doit avoir un auteur intelligent, que dire des informations, infiniment plus complexes et riches de sens, contenues dans l’ADN ? Après tout, peu importe son origine ou son support, une information reste une information. Et comme l’observe Donald Johnson, informaticien spécialisé dans les sciences de l’information et chimiste, l’apparition spontanée d’informations élaborées ou de systèmes capables de les traiter est contraire aux lois de la chimie et de la physique. Par ailleurs, il va de soi que, plus un ensemble d’informations est complexe, plus il faut d’intelligence pour le produire. Un enfant peut écrire “ John 1800 ”. Mais seule une intelligence suprahumaine a pu mettre au point le code de la vie. Qui plus est, selon la revue Nature, “ à chaque découverte, la complexité du vivant semble augmenter à pas de géant ”.
Attribuer les informations complexes de l’ADN à des processus aveugles est contraire au bon sens et à ce que nous observons autour de nous. Peut-on dire qu’une telle croyance relève d’une foi éclairée ?
Pour tenter d’écarter Dieu, des évolutionnistes ont parfois tiré des conclusions qui se sont par la suite révélées fausses. Par exemple, certains ont dit que notre génome est constitué de 98 % d’“ ADN poubelle ” ; une bibliothèque composée en grande majorité de livres inutiles...

1*

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Hollden

avatar


MessageSujet: Re: SCIENCE    Jeu 6 Sep - 17:43

2*
Vraiment “ poubelle ” ?
Les biologistes ont longtemps cru que l’ADN consistait, dans son intégralité, en un programme de fabrication des protéines. Mais, avec le temps, on s’est rendu compte que seulement 2 % du génome permet la synthèse des protéines. Et les 98 % restants ? John Mattick, professeur de biologie moléculaire à l’Université du Queensland (Brisbane, Australie), relate que ce mystérieux ADN a “ immédiatement été considéré comme un déchet de l’évolution ”.
C’est à l’évolutionniste Susumu Ohno que l’on attribue l’expression “ ADN poubelle ”. Dans son article “ Tant d’‘ ADN poubelle ’ dans notre génome ”, il avançait que les séquences d’ADN en surplus sont “ les vestiges d’expériences ratées de la nature. La terre regorge de fossiles d’espèces disparues. Faut-il s’étonner que notre génome également soit rempli de restes de gènes disparus ? ”
Quelles répercussions cette théorie a-t-elle eues sur la recherche génétique ? Le biologiste moléculaire Wojciech Makalowski constate qu’elle a “ découragé la plupart des chercheurs d’étudier l’ADN non codant [poubelle] ”. Seul un petit nombre de scientifiques, ajoute-t-il, “ ont exploré, au risque d’être ridiculisés, ces territoires impopulaires. Grâce à eux, la façon de considérer l’ADN poubelle [...] a commencé à évoluer au début des années 1990 ”. À présent, dit-il, les biologistes voient en lui “ un trésor génomique ”.
Selon John Mattick, la théorie de l’“ ADN poubelle ” est un cas typique où un dogme scientifique “ entrave l’analyse objective des faits [...]. Le fait de ne pas en reconnaître toutes les implications [...] aura sans doute été une des plus grandes bévues de l’histoire de la biologie moléculaire ”. À l’évidence, la vérité scientifique doit reposer sur des faits, pas sur l’avis de la majorité. Alors, que révèlent les découvertes récentes sur le rôle de l’“ ADN poubelle ” ?
Un déchet finalement bien utile
Une usine automobile utilise des machines pour fabriquer les différentes pièces d’une voiture. Elle a également besoin d’appareils et de systèmes qui assemblent les pièces une à une et d’autres qui commandent, ou régulent, les opérations. La cellule fonctionne d’une façon semblable, ses protéines étant comparables aux pièces de la voiture. Les chercheurs ont découvert qu’une grande partie de l’“ ADN poubelle ” consiste en un programme de fabrication de molécules complexes appelées ARN (acide ribonucléique) régulateur. Celles-ci jouent un rôle essentiel dans le développement et le fonctionnement des cellules. “ La simple existence de ces régulateurs hors du commun, explique le biomathématicien Joshua Plotkin dans la revue Nature, laisse à penser que notre compréhension des choses les plus élémentaires [...] est incroyablement naïve. ”
Une usine a aussi besoin de systèmes de communication performants. C’est pareil pour la cellule. Tony Pawson, biologiste cellulaire à l’université de Toronto, explique : “ Dans les cellules, les signaux d’information passent par des réseaux, et non par de simples canaux isolés. ” Le processus global est donc “ infiniment plus complexe ” qu’on ne l’imaginait. En fait, comme le reconnaît un généticien de l’université de Princeton, “ nombre des mécanismes et des principes régissant les comportements intercellulaires et intracellulaires demeurent un mystère ”.
Chaque découverte concernant la cellule révèle des niveaux d’organisation et de complexité toujours plus élevés. Pourquoi donc tant de personnes se cramponnent-elles à l’idée que la vie ainsi que le plus élaboré des systèmes d’information connus de l’homme sont le produit d’une évolution aveugle ?

Chaque nucléotide contient une de ces quatre bases chimiques : adénine (A), cytosine (C), guanine (G) ou thymine (T).
L’évolution est soi-disant due à des mutations. Nous reviendrons sur cette idée dans l’article suivant.
Des recherches récentes indiquent que l’ARN non codant est très complexe et qu’il est en réalité indispensable au développement normal des cellules. D’ailleurs, des dysfonctionnements de cet ARN sont liés à de nombreuses maladies telles que différents cancers, le psoriasis et même la maladie d’Alzheimer. Ce qu’on qualifiait de déchet permettra peut-être de diagnostiquer et de traiter diverses affections.
2*

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Hollden

avatar


MessageSujet: Re: SCIENCE    Jeu 6 Sep - 17:48

3*
Vraiment “ poubelle ” ?
Les biologistes ont longtemps cru que l’ADN consistait, dans son intégralité, en un programme de fabrication des protéines. Mais, avec le temps, on s’est rendu compte que seulement 2 % du génome permet la synthèse des protéines. Et les 98 % restants ? John Mattick, professeur de biologie moléculaire à l’Université du Queensland (Brisbane, Australie), relate que ce mystérieux ADN a “ immédiatement été considéré comme un déchet de l’évolution ”.
C’est à l’évolutionniste Susumu Ohno que l’on attribue l’expression “ ADN poubelle ”. Dans son article “ Tant d’‘ ADN poubelle ’ dans notre génome ”, il avançait que les séquences d’ADN en surplus sont “ les vestiges d’expériences ratées de la nature. La terre regorge de fossiles d’espèces disparues. Faut-il s’étonner que notre génome également soit rempli de restes de gènes disparus ? ”
Quelles répercussions cette théorie a-t-elle eues sur la recherche génétique ? Le biologiste moléculaire Wojciech Makalowski constate qu’elle a “ découragé la plupart des chercheurs d’étudier l’ADN non codant [poubelle] ”. Seul un petit nombre de scientifiques, ajoute-t-il, “ ont exploré, au risque d’être ridiculisés, ces territoires impopulaires. Grâce à eux, la façon de considérer l’ADN poubelle [...] a commencé à évoluer au début des années 1990 ”. À présent, dit-il, les biologistes voient en lui “ un trésor génomique ”.
Selon John Mattick, la théorie de l’“ ADN poubelle ” est un cas typique où un dogme scientifique “ entrave l’analyse objective des faits [...]. Le fait de ne pas en reconnaître toutes les implications [...] aura sans doute été une des plus grandes bévues de l’histoire de la biologie moléculaire ”. À l’évidence, la vérité scientifique doit reposer sur des faits, pas sur l’avis de la majorité. Alors, que révèlent les découvertes récentes sur le rôle de l’“ ADN poubelle ” ?
Un déchet finalement bien utile
Une usine automobile utilise des machines pour fabriquer les différentes pièces d’une voiture. Elle a également besoin d’appareils et de systèmes qui assemblent les pièces une à une et d’autres qui commandent, ou régulent, les opérations. La cellule fonctionne d’une façon semblable, ses protéines étant comparables aux pièces de la voiture. Les chercheurs ont découvert qu’une grande partie de l’“ ADN poubelle ” consiste en un programme de fabrication de molécules complexes appelées ARN (acide ribonucléique) régulateur. Celles-ci jouent un rôle essentiel dans le développement et le fonctionnement des cellules. “ La simple existence de ces régulateurs hors du commun, explique le biomathématicien Joshua Plotkin dans la revue Nature, laisse à penser que notre compréhension des choses les plus élémentaires [...] est incroyablement naïve. ”
Une usine a aussi besoin de systèmes de communication performants. C’est pareil pour la cellule. Tony Pawson, biologiste cellulaire à l’université de Toronto, explique : “ Dans les cellules, les signaux d’information passent par des réseaux, et non par de simples canaux isolés. ” Le processus global est donc “ infiniment plus complexe ” qu’on ne l’imaginait. En fait, comme le reconnaît un généticien de l’université de Princeton, “ nombre des mécanismes et des principes régissant les comportements intercellulaires et intracellulaires demeurent un mystère ”.
Chaque découverte concernant la cellule révèle des niveaux d’organisation et de complexité toujours plus élevés. Pourquoi donc tant de personnes se cramponnent-elles à l’idée que la vie ainsi que le plus élaboré des systèmes d’information connus de l’homme sont le produit d’une évolution aveugle ?

Chaque nucléotide contient une de ces quatre bases chimiques : adénine (A), cytosine (C), guanine (G) ou thymine (T).
L’évolution est soi-disant due à des mutations. Nous reviendrons sur cette idée dans l’article suivant.
Des recherches récentes indiquent que l’ARN non codant est très complexe et qu’il est en réalité indispensable au développement normal des cellules. D’ailleurs, des dysfonctionnements de cet ARN sont liés à de nombreuses maladies telles que différents cancers, le psoriasis et même la maladie d’Alzheimer. Ce qu’on qualifiait de déchet permettra peut-être de diagnostiquer et de traiter diverses affections.
4*

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Hollden

avatar


MessageSujet: Re: SCIENCE    Jeu 6 Sep - 17:49

*5
L’ADN DÉROULÉ
 Déroulé, l’ADN d’une seule cellule humaine mesurerait deux mètres. Placés bout à bout, les brins d’ADN des milliers de milliards de cellules de votre corps couvriraient une distance équivalente à presque 670 allers-retours terre-soleil. La parcourir à la vitesse de la lumière prendrait environ 185 heures.
**
Croire en Dieu, est-ce bien raisonnable ?
AUTOUR de nous, tout est gouverné par des lois mathématiques rigoureuses, depuis le minuscule atome jusqu’à l’imposante galaxie. Le monde du vivant aussi nous pousse à la réflexion, par la variété de ses formes, son incroyable complexité et sa conception étonnante. Nombre de gens soutiennent que l’univers et la vie sont le fruit du hasard, d’une gigantesque explosion suivie d’un processus évolutif. Beaucoup d’autres pensent qu’un Créateur intelligent est à l’origine de la vie. Et vous, qu’en dites-vous ? Lequel de ces deux points de vue vous paraît le plus raisonnable ?
Au fond, l’un et l’autre de ces avis relèvent du registre de la foi. C’est évident pour ce qui est de la croyance en Dieu. La foi intervient car, comme le dit la Bible, “ aucun homme n’a jamais vu Dieu ”. (Jean 1:18.) Mais croire en l’évolution suppose aussi une certaine dose de foi. En effet, aucun humain n’était là pour voir la formation de l’univers ou l’apparition de la vie. Et qui peut dire avoir été témoin oculaire de l’évolution d’une espèce en une quelconque autre forme de vie ? La question est donc de savoir quelle “ foi ”, quelle croyance, est la mieux étayée par les faits : celle en l’évolution ou celle en un acte créateur ?
Des preuves... dignes de foi ?
La Bible définit la foi comme “ la démonstration évidente de réalités que pourtant on ne voit pas ”. (Hébreux 11:1.) Des réalités auxquelles on croit sans les voir, il y en a beaucoup plus qu’on ne le pense.
Par exemple, dans le domaine des sciences historiques. On affirme qu’Alexandre le Grand, Jules César et Jésus de Nazareth ont existé. Une telle conviction est-elle fondée ? Bien sûr que oui, car elle repose sur des preuves historiques incontestables.
En sciences physiques aussi on croit à des réalités pourtant invisibles, tout simplement parce qu’on en a la “ démonstration évidente ”. Au milieu du XIXe siècle, le chimiste russe Mendeleïev s’est intéressé de près au monde des particules et aux points communs existant entre elles, ce qui lui a permis de grouper les éléments selon leur masse atomique et leurs propriétés chimiques. Certain de la validité de sa classification, Mendeleïev a établi un tableau périodique incluant des cases vides pour des éléments inconnus dont il pressentait l’existence. Le temps a démontré l’exactitude de ses prévisions.
Il en va de même en archéologie. La mise au jour d’objets enfouis depuis des millénaires permet de tirer des conclusions sur des civilisations disparues. Imaginons qu’un archéologue trouve des dizaines de blocs de pierre. Tous sont de la même taille, d’une forme identique et dans un alignement parfait. Si en plus les pierres dessinent une forme géométrique, que va en déduire notre archéologue ? Que le hasard a bien fait les choses ? Non. Il va en tirer la seule conclusion rationnelle : une main humaine est à l’origine de tout cela.
En toute logique, on devrait pouvoir appliquer le même raisonnement à la nature, au monde du vivant. C’est ce que font de nombreuses personnes, dont des scientifiques reconnus.
Hasard aveugle ou volonté directrice ?
Citons la réflexion tenue il y a quelques dizaines d’années par le physicien britannique James Jeans, également mathématicien et astronome. Selon lui, scientifiquement parlant, l’univers “ ressemble de moins en moins à une grande machinerie et de plus en plus à une grande idée ” ; il ajoutait que l’univers “ paraît avoir été pensé par un mathématicien d’exception ”, qu’il témoigne de l’existence “ d’une volonté directrice, d’une puissance qui n’est pas sans rappeler le mode de fonctionnement de l’esprit humain ”.
Depuis cette déclaration, d’autres scientifiques sont arrivés plus ou moins à la même conclusion. Témoin cet aveu de l’astrophysicien australien Paul Davies : “ L’organisation générale de l’univers a éveillé dans l’esprit de nombreux astronomes modernes l’idée d’un dessein. ” Ou cette remarque de l’illustre physicien et mathématicien Albert Einstein : “ Que le monde soit intelligible, voilà le vrai miracle ! ” Aux yeux de beaucoup, le miracle est aussi et surtout celui de la vie elle-même, depuis la particule la plus élémentaire jusqu’au cerveau humain si prodigieux.
*6

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Hollden

avatar


MessageSujet: Re: SCIENCE    Jeu 6 Sep - 17:50

*6
ADN et cerveau humain
L’acide désoxyribonucléique, ou ADN, constitue le matériel génétique de tout organisme cellulaire, le patrimoine moléculaire de l’hérédité. Comparé souvent à un programme, l’ADN est un concentré d’informations encodées sous forme chimique et conservées dans une structure moléculaire capable d’en décrypter le code et d’en traiter les données. La capacité de stockage ? De l’ordre du million de pages, si on remplaçait les nucléotides, les constituants élémentaires de l’ADN, par des lettres de l’alphabet.
Le plus souvent, l’ADN est condensé en un double filament hélicoïdal, le chromosome, niché dans le noyau de chaque cellule. Un noyau d’un diamètre de cinq microns, soit 0,005 millimètre ! Autant dire que c’est un microscope ultrapuissant qu’il vous faut si vous voulez accéder à l’information ayant produit votre organisme ! À n’en pas douter, l’ADN est “ le plus compact des systèmes stockage/restitution de données jamais observé ”, pour reprendre les termes d’un scientifique. Puces, DVD et autres supports électroniques ne peuvent donc soutenir la comparaison. D’autant que l’ADN est loin d’avoir livré tous ses secrets, “ chaque découverte révélant une nouvelle strate de complexité ”, pouvait-on lire dans New Scientist.
Une telle merveille de conception et d’organisation peut-elle être le fruit du hasard ? L’envisager est-il seulement raisonnable ? Imaginez que vous trouviez un livre de un million de pages. Il s’agit d’un manuel hautement technique, rédigé à l’aide d’un code aussi épuré qu’efficace. C’est en plus un livre miniature, lisible uniquement à l’aide d’un microscope. Les instructions détaillées qu’il renferme concernent la fabrication d’une machine intelligente, composée de milliards de pièces, capable de s’autoréparer et de s’autorépliquer. En outre, chaque pièce est prévue pour être assemblée dans un sens et un ordre précis. Franchement, qui croira qu’un livre aussi extraordinaire a pu s’écrire tout seul ?
Le philosophe britannique Antony Flew, fer de lance de l’athéisme, s’est livré à une expérience. Après un examen approfondi des dernières recherches sur le fonctionnement interne de la cellule, il livre sa conclusion : “ La complexité proprement incroyable des interactions indispensables à la vie atteste qu’il a fallu l’intervention d’une intelligence. ” Antony Flew s’était fixé pour mot d’ordre de “ toujours aller jusqu’au bout de son raisonnement ”. Dans son cas, “ jusqu’au bout ” a été synonyme de revirement total : le philosophe athée s’est mis à croire en Dieu !
Que dire à présent de ce pur produit de l’ADN qu’est le cerveau humain ? Lui aussi suscite la perplexité chez nombre de scientifiques, si bien qu’on en a parlé comme de “ l’objet le plus complexe de l’univers ”. Force est de reconnaître que même les ordinateurs les plus sophistiqués font pâle figure comparés à cette masse neuronale rosâtre d’à peine 1 500 grammes. “ Plus les scientifiques étudient le cerveau, plus il leur échappe et plus il les fascine ”, avoue un spécialiste.
Un organe sans lequel mille et une expériences seraient impossibles : respirer, rire, pleurer, résoudre des problèmes, fabriquer des ordinateurs, mais aussi faire du vélo, écrire des poèmes et se sentir tout petit devant un ciel étoilé. Et on voudrait mettre tout cela sur le compte d’une évolution aveugle ? Est-ce bien raisonnable ?
Croire, mais avec des preuves
Vers où se tourner pour trouver des réponses ? La science évolutionniste invite à regarder vers le bas, vers le monde animal et les singes en particulier. Pourquoi ne pas essayer de regarder vers le haut, vers Dieu ? Bien sûr, il ne s’agit pas de nier ce qui nous relie aux animaux. Comme eux, il nous faut manger, boire, dormir ; comme eux, nous avons la faculté de nous reproduire. Pourtant, l’être humain, sous bien des aspects, reste unique. La raison nous suggère que notre humanité — ce qui fait que nous sommes ce que nous sommes — nous la devons à un être supérieur, à un être divin. La Bible présente les choses de façon simple. Elle dit que Dieu a formé les humains “ à son image ” sur les plans moral et spirituel (Genèse 1:27). S’intéresser aux qualités de Dieu est un bel exercice. Voici quelques références bibliques que vous pouvez considérer : Deutéronome 32:4 ; Jacques 3:17, 18 ; 1 Jean 4:7, 8.
Grâce aux capacités intellectuelles dont le Créateur nous a dotés, nous pouvons comprendre le monde qui nous entoure et trouver les réponses à nos questions (1 Jean 5:20). À ce sujet, voici une réflexion de William Phillips, prix Nobel de physique : “ Que l’univers soit ordonné, intelligible et tout simplement beau, m’incline à penser qu’une intelligence supérieure l’a voulu ainsi. Mon regard de scientifique sur la cohérence et la délicieuse simplicité des lois physiques ne fait que me conforter dans l’idée qu’il y a un Dieu. ”
Les “ qualités invisibles [de Dieu] se voient clairement depuis la création du monde, parce qu’elles sont perçues par les choses faites, oui sa puissance éternelle et sa Divinité ”. (Romains 1:20.) Ces mots qui ont 2 000 ans ne sont-ils que l’expression enthousiaste d’un amoureux de la nature ? Non, ils ont été énoncés par un intellectuel, l’apôtre Paul, un érudit versé dans la Loi mosaïque. Sa croyance en l’existence de Dieu s’appuyait sur la raison. Et son sens de l’équité le poussait à reconnaître Dieu comme le légitime auteur de toute création.
Notre souhait le plus cher ? Que vous parveniez vous aussi à la conclusion que croire en Dieu est on ne peut plus raisonnable. Mieux, nous formons le vœu qu’à la suite de Paul et de millions d’autres vous en veniez à apprécier la personnalité attachante de Tout Puissant ; le Dieu dont les qualités attirantes peuvent faire vibrer le cœur de l’homme ! — Psaume 83:18 ; Jean 6:44 ; Jacques 4:8.
[Notes]
Le registre fossile atteste de l’apparition brusque et de la stabilité des grandes familles d’animaux. Voir l’article “ L’évolution est-elle un fait ? ” dans notre numéro de septembre 2006.
L’esprit de Dieu, trad. P. Couturiau, Paris, éd. du Rocher, 1995, p. 207.
*7

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Hollden

avatar


MessageSujet: Re: SCIENCE    Jeu 6 Sep - 17:51

“ CROIRE EN DIEU ? AVEC TOUT LE MAL QUE FONT LES RELIGIONS... ”
 Souvent, celui qui ne croit pas en Dieu invoque les abominations sans nombre commises au nom de la religion. L’argument tient-il ? Pas pour l’auteur Roy Varghese : “ Les abus de pouvoir et les atrocités dont se sont rendues coupables les religions n’influent en rien sur l’existence ou non de Dieu ; pas plus que la menace de prolifération nucléaire n’influe sur l’équation E = mc2. ” — Antony Flew, There Is a God (préface).

L’énergie est égale à la masse multipliée par le carré de la vitesse de la lumière.

Des blocs de pierre ne sauraient s’agencer tout seuls. Que dire alors de l’agencement dans la nature et l’univers ?

Albert Einstein

Inscrit à l’échelle microscopique : l’ADN, le code secret de la vie.

Le cerveau humain, “ l’objet le plus complexe de l’univers ”.

**

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: SCIENCE    Lun 10 Sep - 21:51


Une nouvelle structure anatomique a été identifiée dans le système immunitaire. Elle apparaît à la surface de ganglions lymphatiques et servirait à combattre des infections déjà connues de l'organisme. Cette découverte pourrait avoir des applications dans l'élaboration de nouveaux vaccins.

Vous aimez nos Actualités ?

Inscrivez-vous à la lettre d'information La quotidienne pour recevoir nos toutes dernières Actualités une fois par jour.

Lorsqu'une personne a déjà été exposée à un agent pathogène, comme le virus de la varicelle par exemple, elle est protégée contre la même infection qui la toucherait plus tard. En 430 avant J. C., Thucydide notait déjà que des survivants de la peste à Athènes étaient protégés contre une réinfection.

Cette mémoire immunitaire est due à la présence de cellules mémoire qui peuvent être réactivées lorsque l'organisme rencontre une seconde fois un même antigène. Mais le processus exact de réactivation des cellules mémoire n'est pas totalement connu.

Le saviez-vous ?
La vaccination utilise le principe de la mémoire immunitaire : en présentant artificiellement un antigène à l’organisme, elle vise à activer rapidement le système immunitaire lorsqu’il sera en contact avec l’agent pathogène « pour de vrai ».

Dans une étude parue dans la revue Nature Communications, des chercheurs de l'institut de recherche médicale Garvan, en Australie, ont identifié le site où s'active la mémoire immunitaire : à cet endroit, les lymphocytes B mémoire sont prépositionnés et, une fois réactivés par l'antigène, ils prolifèrent rapidement et se différencient en cellules sécrétrices d'anticorps, ou plasmocytes. C'est donc là que le système immunitaire se souvient des infections passées ou des vaccinations.

Cette nouvelle structure a pu être découverte en visualisant le système immunitaire en action, grâce à une microscopie 3D de haute résolution effectuée chez des animaux vivants. Les chercheurs ont observé des structures dynamiques, minces et aplaties à la surface de ganglions lymphatiques de souris.

Ces structures ont été appelées SPF pour subcapsular proliferative foci, ou foyers de prolifération subcapsulaire. Les SPF ne sont pas continuellement présents ; ils n'apparaissent que si l'organisme en a besoin pour combattre une infection déjà rencontrée. Ils sont d'ailleurs positionnés de manière stratégique pour détecter les infections très tôt.

Les lymphocytes B mémoire réactivés deviennent plasmocytes

Chez des patients, des coupes de ganglions lymphatiques suggèrent que les SPF ont le même rôle chez l'Homme que chez l'animal. En utilisant une microscopie sophistiquée in vivo, les chercheurs ont observé que différentes sortes de cellules immunitaires se regroupaient dans les SPF : des lymphocytes B mémoire mais aussi des cellules « helpers ».
Les chercheurs ont même vu des lymphocytes B mémoire se transformer en plasmocytes, capables de combattre des infections en produisant des anticorps. Imogen Moran, principale auteure de l'article, a décrit dans un communiqué l'émerveillement des chercheurs en voyant ces cellules mémoire en action : « nous pouvions les voir se déplacer, interagir avec toutes ces autres cellules immunitaires et se transformer en plasmocytes devant nos yeux ».

Il y a encore des mystères cachés dans le corps — même si nous, scientifiques, examinons les tissus du corps au microscope depuis plus de 300 ans.

Les SPF n'ont jamais été observés auparavant pour des raisons techniques : les approches de microscopie traditionnelles utilisent des coupes de tissus en deux dimensions qui sont fixées par des produits chimiques et ne donnent qu'une photographie à un instant donné. Il faut pouvoir observer les cellules en trois dimensions et en mouvement dans un animal vivant pour voir ces nouvelles structures. Pour le professeur Tri Than, un des auteurs de ces travaux, « il y a encore des mystères cachés dans le corps — même si nous, scientifiques, examinons les tissus du corps au microscope depuis plus de 300 ans ».

C'est aussi une découverte importante pour la fabrication de vaccins : « jusqu'à présent, nous nous sommes concentrés sur la fabrication de vaccins capables de générer des cellules B mémoire ». Mais cette découverte « suggère que nous devrions maintenant nous concentrer sur la façon dont ces cellules B mémoire sont réactivées pour fabriquer des plasmocytes, afin que nous puissions rendre ce processus plus efficace ».

Admin

Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Hollden

avatar


MessageSujet: Re: SCIENCE    Mar 25 Sep - 14:35

Pas moins d'1,5 million de Français souffrent d'insuffisance cardiaque, une pathologie responsable d'un décès toutes les sept minutes. Essoufflement, œdèmes, prise de poids, fatigue sont des signes précurseurs qui restent encore trop méconnus du grand public.

Vous aimez nos Actualités ?
Inscrivez-vous à la lettre d'information La quotidienne pour recevoir nos toutes dernières Actualités une fois par jour.
Ce constat alarmant est la cause de retards de prise en charge, d'hospitalisations et de décès qui pourraient être évités, déplore le Groupe insuffisance cardiaque et cardiomyopathies (Gicc) de la Société française de cardiologie (SFC).

Quatre symptômes doivent alerter, souligne le Pr Thibaud Damy, président du Gicc : l'essoufflement à l'effort ou survenant en position allongée, une prise de poids importante et rapide, avec des œdèmes (gonflements) des jambes et pieds, et une fatigue importante limitant l'activité quotidienne.

Dans l'insuffisance cardiaque, le cœur n'assure plus le débit sanguin nécessaire aux besoins de l'organisme. Plusieurs facteurs augmentent le risque comme la tension (hypertension artérielle), le diabète, l'angine de poitrine ou des antécédents d'infarctus cardiaque. L'insuffisance cardiaque peut également avoir des causes génétiques. Sa fréquence augmente avec l'âge et l'on va atteindre les trois millions de patients dans quelques années, selon le Pr Damy.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Hollden

avatar


MessageSujet: Re: SCIENCE    Mar 25 Sep - 14:37

Une méconnaissance des symptômes de l’insuffisance cardiaque
Cette année, deux nouvelles enquêtes, l'une auprès de 5.000 Français âgés de 18 à 75 ans et l'autre interrogeant près d'un millier de patients hospitalisés pour une décompensation cardiaque, appuient ce constat de méconnaissance de la maladie. L'essoufflement n'est relié à une maladie cardiovasculaire que par 44 % des Français. Les œdèmes et la prise de poids rapide (due à une rétention d'eau et de sel), pourtant des signes d'alerte fondamentaux, ne sont reliés à l'insuffisance cardiaque que par 6 % des personnes interrogées et moins d'une sur quatre associe une fatigue sans raison à cette maladie.

La deuxième étude montre que les patients hospitalisés pour une insuffisance cardiaque aggravée (décompensation) n'identifient guère mieux les signes d'alerte. Plus de 80 % ont reconnu avoir ces symptômes plusieurs jours avant d'être hospitalisés, voire depuis au moins deux mois (31 %). Et le diagnostic n'apparaît pas expliqué clairement au patient : près d'un patient sur quatre pense être « insuffisant respiratoire » car on lui a parlé d'« œdème pulmonaire » qui est, en fait, une complication de l'insuffisance cardiaque.

Pour mieux faire connaître cette pathologie et améliorer sa prise en charge, la SFC lancera une appli Mon cœur pour les malades et un nouveau site Web enrichi (localisation des spécialistes, vidéos pédagogiques...), www.giccardio.fr, lors de sonCE QU'IL FAUT RETENIR
L’insuffisance cardiaque concerne 1,5 million de personnes en France.
Les signes précurseurs sont méconnus des patients et devraient les inciter à consulter un médecin.
Une fatigue importante, un essoufflement, des gonflements, une prise de poids rapide sont des symptômes avant-coureurs d’insuffisance cardiaque. congrès à Lille les 20 et 21 septembre.


Admin

Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: SCIENCE    Mar 9 Oct - 21:11

LES COMPORTEMENTS À ÉVITER EN CAS D'ORAGE

Les comportements à éviter en cas d'orage
Les orages, bien que fascinants et souvent attendus des paysans en cas de sécheresse et des chasseurs d'orages en quête de photos, n'en demeurent pas moins dangereux lorsque l'on n'est pas informé de la conduite à suivre en cas d'orages particulièrement violents.
Voici les comportements à éviter :
* Rester isolé au milieu d'un champ ou d'une place déserte, la foudre touchant de préférence l'objet le plus élevé, conducteur d'électricité.
* S'abriter sous un arbre, surtout s'il est grand. Evitez tout particulièrement chênes et peupliers car les statistiques indiquent que ces deux arbres sont les plus foudroyés en France.
* Se placer près des lignes électriques, pylônes, antennes ou poteaux téléphoniques.
* Rester près de clôtures, barbelés ou grillages.
* S'abriter sous un pont.
* Stationner près de bateaux à grand mât.
* Se protéger de pluies orageuses sous un parapluie à baleines métalliques.
* Rester près des sources, cascades ou jets d'eau, car la pulvérisation ionise l'air et augmente son potentiel conducteur d'électricité.
* S'adosser à un mur ou un pilier.
* S'abriter dans un trou, ou une grotte.
* Se baigner, que ce soit en mer, dans un lac, une rivière ou une piscine.
* Prendre un bain ou une douche.
* Se tenir dans un courant d'air à l'intérieur d'une maison ( ça, je peux vous garantir que c'est franchement à éviter ! )
* Téléphoner, car les lignes téléphoniques conduisent la foudre sur des kilomètres et vous n'êtes pas à l'abri d'une décharge.
* Se tenir trop près des radios ou des téléviseurs.
* Conduire vite pendant un orage, car les changements de luminosité et les bruits sourds atténuent la concentration, de même que la pluie réduit la visibilité.
* Se déplacer en deux-roues ou en tracteur, car le système " cage de Faraday " ne s'applique pas à ces véhicules.
* Se coucher sous un véhicule.
* S'abriter dans une cabane en bois.
* Utiliser Internet pendant que l'orage est au-dessus de vos têtes ( mêmes raisons que pour le téléphone )
* Aller à la plage ou jouer au golf.
Enfin, si vos cheveux commencent à se dresser, cela veut dire que vous êtes dans la zone d'électricité positive et que la foudre va vous tomber dessus. Accroupissez-vous et baissez ka tête. Ne vous allongez pas par terre car vous augmenteriez le contact avec les charges qui pourraient être conduites dans la terre par un sol humide. Si quelqu'un est frappé par la foudre, pratiquez une réanimation cardio-pulmonaire dans les secondes qui suivent en attendant les secours, car la foudre laisse peu de temps...


Admin

Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SCIENCE    

Revenir en haut Aller en bas
 
SCIENCE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CATHYIMAGES :: FORUM PUBLIC &ACTUALITÉ& QUE CHOISIR & VIDEOS :: SUJETS PUBLIC 1-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: