CATHYIMAGES


CATHYIMAGES

IMAGES DIVERS ,NATURE,FEMMES ,HOMMES,ENFANTS,VILES, PAYS, ACTEURS, CHANTEURS, NCIS.
 
Accueilhttps://www.catCalendrierÉvènementsPublicationsFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» ACTUALITÉ
Mar 31 Juil - 18:14 par Marck53

» VOTE 12 MARS
Mar 31 Juil - 17:36 par Sneki2

» IMAGES DIVERS
Dim 29 Juil - 23:07 par Hollden

» ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS
Dim 22 Juil - 12:33 par Admin

» VIDEOS
Sam 21 Juil - 19:40 par Admin

» COUP D’ŒIL SUR LE MONDE
Sam 21 Juil - 13:58 par Stiven

» FORUM
Ven 20 Juil - 22:09 par Admin

» MACRON
Ven 20 Juil - 21:34 par Admin

» CONSEILS
Jeu 19 Juil - 18:21 par Marck53

Août 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
CalendrierCalendrier
Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Google+Suivre Forumactif sur Google+Suivre Forumactif sur Pinterest




Portail
Index
Membres
Profil
FAQ
Rechercher
Forum

Partagez | 
 

 ACTUALITÉ

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: ACTUALITÉ    Dim 27 Mai - 11:24

Mort de Pierre Bellemare, grand conteur et père du télé-achat 
ANNONCE 1H APRÈS LE DECE



L’homme de télévision et de radio s’est éteint ce samedi 26 mai 2018 dans un hôpital parisien. Il était âgé de 88 ans.

C’est une voix mais aussi un visage des médias qui s’en va. Pierre Bellemare est décédé ce samedi 26 mai 2018 à l’hôpital parisien Foch. Il était âgé de 88 ans.

C’est en 1948, à la radio, que ce Parisien né le 21 octobre 1929 a fait ses armes. Au sein de Radio Service, une société privée qui produisait des émissions pour Radio Luxembourg. Introduit par son beau-frère l’animateur et producteur Pierre Hiegel, Pierre Bellemare est alors technicien et colle des étiquettes sur des diques souples comme il l’avait raconté au Parisien en 2014. Trois ans plus tard, il réalise et présente des émissions.

Dans cette entreprise, il fait la rencontre de celui qui lancera sa carrière télévisée: Jacques Antoine, alors patron de radio Service. Ce dernier, père de La Chasse aux trésors, Fort Boyard, L’Académie des neuf ou Tournez manège, lui confiera la présentation de sa première émission, Télé-Match, un jeu diffusé sur l’ORTF en 1954. Suivra le mythique La Tête et les jambes (plus tard présenté par Philippe Gildas et Thierry Roland) qui sera par la suite adapté dans différents formats: Pas une seconde à perdre ou encore Cavalier Seul. C’est dans cette dernière adaptation que le futur premier ministre, Laurent Fabius, candidat en 1970, passera pour la première fois à la télévision.

Figure d’Europe n°1 et père du télé-achat en France

Puis, Pierre Bellemare va connaître une époque faste. Dans les années 1980, il importe le concept du télé-achat en France. C’est ainsi qu’il lancera en 1988 sur TF1, Téléshopping, d’abord appelé Le Magazine de l’objet. Une émission qu’il animera avec Grégory Frank jusqu’en 1994. Dans le même temps, il commence à produire d’autres programmes du même genre sur des chaînes concurrentes. Le plus célèbre d’entre eux: M6 Boutique sur la Six. Son fils Pierre Dhostel présente d’ailleurs ce programme depuis 1988. Vingt ans plus tôt, il avait déjà révolutionné le petit écran en proposant les premières caméras cachées de la télévision avec le comédien Jacques Legras qui piégeait des anonymes. D’abord appelée La Caméra invisble, l’émission à succès sera ensuite rebaptisée La Caméra cachée.

En parallèle de toutes ses activités télévisuelles, Pierre Bellemare ne délaisse pas la radio, son premier amour, pour autant. Depuis les années 1950, il officie sur Europe n°1. D’abord dans Vous êtes formidables puis à la tranche de la mi-journée avec les émissions La grande corbeille, 20 millions cash, Le Sisco ou encore Le tricolore. C’est en l’écoutant à la radio que les Français découvriront ses talents de conteur.
Car, comment parler de Pierre Bellemare sans évoquer ses talents de narrateur? L’animateur savait raconter les histoires les plus insolites comme personne. C’est grâce à ce don qu’il deviendra alors un personnage «bankable» des médias, sollicité de toutes parts. C’est ainsi qu’on le retrouvera dès les années 1990 dans Coucou, c’est nous! aux côtés de Christophe Dechavanne, dans Les Grosses Têtes sur RTL, puis, plus récemment, dans En toutes lettres, un jeu animé par Julien Courbet sur France 2 entre 2009 et 2011 et dans la bande de Cyril Hanouna sur Europe 1 dans Les Pieds dans le plats. Et, on ne compte plus les ouvrages de recueils d’histoires vraies qu’il a sortis: C’est arrivé un jour, Histoires Vraies, Suspens, Les Amants diaboliques, Les Dossiers d’Interpol, etc...

Devenu une figure incontournable dans l’Hexagone, Pierre Bellemare avait également fait des apparitions au cinéma dans OSS 117 en 2009 et dans Les Tuche en 2011 pour incarner un maire. En 2015, dans Plus belle la vie, il jouait son propre rôle.

Un AVC en 2011

Ces dernières années, Pierre Bellemare, reclus dans son manoir du Périgord, était bien moins sollicité. Un constat qu’il déplorait dans une interview accordée à Télé-Loisirs en avril dernier. «L ’une des explications possibles est que les producteurs ont peut-être peur de me demander de faire des choses car ils pensent que je vais prendre beaucoup d’argent. Or, aujourd’hui, c’est l’inverse. J’accepte souvent de travailler gratuitement. J’ai toujours adoré travailler et c’est compliqué de raccrocher. La seule condition est de venir tourner chez moi», précisait-il. Désormais, il n’animait plus que Les Enquêtes impossibles sur RTL9 puis Chérie 25. Sa dernière apparition télé remonte au 14 avril dernier dans Groland. Ce jour-là, Pierre Bellemare avait assuré quelques lancements pour les 25 ans de l’émission.

La santé de Pierre Bellemare s’était fragilisée en 2011, l’année où il a été victime d’un malaise cardiaque. Depuis, il s’était aussi fait poser un pacemaker et devait se déplacer avec une canne. Ce grand collectionneur avait trois enfants: Françoise-Louis, Pierre Junior (dit Pierre DHostel) et Maria-Pia Bellemare.
MSN INFO

Admin



Dernière édition par Admin le Dim 27 Mai - 11:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ    Dim 27 Mai - 11:30


L’erreur est humaine et même si Denis Brogniart est un peu le dieu de Koh-Lanta, il a fait une jolie boulette hier soir, lors de la finale du Combat des héros. Repris par les internautes sur le fait que Pascal soit le premier à gagner deux fois les poteaux, l’animateur de TF1 s’est excusé sur Twitter.
Vendredi 25 mai, lors de la finale de Koh-Lanta, Le Combat des héros, Pascal a remporté pour la seconde fois la célèbre épreuve des poteaux. Une information impossible à rater, puisque l’aventurier a, « sans prétention », réussi à placer 58 fois qu’il était « le seul dans l'histoire de Koh-Lanta à avoir gagné deux fois les poteaux ». Une information tout à fait inexacte puisque bien avant lui, une autre candidate avait réussi cet exploit.

En 2007 et 2009, Jade avait vaincu ses adversaires lors de l’épreuve mythique dans Koh-Lanta : Palawan et Koh-Lanta : Le Retour des héros. Aussi impressionnante soit sa performance, Pascal n’est donc pas le premier humain sur Terre à venir deux fois à bout des poteaux du jeu de survie de TF1. S’il est en plus passé à côté du titre hier soir face à Clémence Castel, l’aventurier a surtout induit en erreur Denis Brogniart.


Lors de la finale, l’animateur a rappelé à plusieurs reprises l’exploit de Pascal, « le premier à avoir remporté deux fois les poteaux ». Cette affirmation de la part du présentateur a fait bondir de nombreux internautes sur les réseaux sociaux. La soif de vérité de ces derniers l’a emportée puisque Denis Brogniart a publié un message sur Twitter pour remettre les pendules à l’heure : « Les amis, j’avoue mon erreur ».

Denis Brogniart a confirmé les remarques des téléspectateurs en rappelant que « Jade était la première à gagner deux fois les poteaux de Koh-Lanta. Vous avez raison. Pensées pour Jade, magnifique aventurière. Faute avouée, à moitié… » Pascal va maintenant devoir se trouver un autre record à battre. À voir ses nombreux clashs avec ses coéquipiers et sa réputation sur la toile, il a peut-être ses chances au titre de candidat le plus détesté du jeu...

AUSSI SUR MSN : Koh Lanta - les images, que vous n'avez pas vues à la télé
admin
jamais COMPRIS PK ON DONNE L ARGENT POUR DE TELLE ÉMISSION?

Admin

Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
kristel555

avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ    Mar 29 Mai - 13:15

Arrestation en Espagne du détenu radicalisé qui s'était évadé à Brest

Le détenu radicalisé incarcéré à Brest qui s'était évadé mi-mai lors d'un transfert médical a été arrêté dans la nuit de lundi à mardi à Saint-Sébastien (nord de l'Espagne) lors d'un contrôle d'identité, a-t-on appris de sources concordantes.


Un homme qui l'accompagnait et soupçonné d'être son complice, a également été arrêté, a précisé cette source. L'arrestation vers 02H00 du matin des deux hommes, qui faisaient l'objet d'un mandat d'arrêt européen, a été confirmée à l'AFP par un porte-parole de la police basque.


Le 16 mai, le détenu, âgé de 21 ans et fiché pour radicalisation islamiste, avait réussi à s'échapper lors d'un transfert médical au CHU de Brest à bord d'un véhicule qui l'attendait à proximité. 


Le conducteur de la voiture, qui avait reçu une petite somme d'argent de la part du détenu en échange de sa course, avait été mis en examen pour complicité d'évasion et écroué. 


Originaire de Landerneau, près de Brest, l'évadé a 23 mentions à son casier judiciaire notamment pour des faits de vol, dégradation et outrage.


Il avait en outre été condamné en octobre 2014 à deux mois de prison pour une évasion sous le régime du "placement à l'extérieur", une mesure d'aménagement de peine qui permet aux personnes condamnées d'exécuter leur peine en dehors de la prison. 


Il n'a en revanche jamais été condamné pour des faits de terrorisme ou d'apologie du terrorisme. Il a fait l'objet d'une fiche S (pour Sûreté de l'Etat) "parce qu'il une tendance à la radicalisation et qu'il est suivi pour ça", avait indiqué le procureur de Brest, Jean-Philippe Récappé.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Weky

avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ    Mar 29 Mai - 13:19

Selon un avocat spécialiste du droit routier, à Paris, les fourrières travaillent en toute illégalité.

Une profession détestée par une partie des automobilistes. À Paris, ce sont des sociétés privées, qui travaillent pour la mairie, qui assurent le service de fourrière.
Et selon Sébastien Dufour, spécialiste du droit routier, ces dernières seraient "hors-la-loi" non seulement à Paris, mais dans de nombreuses autres communes françaises, rapporte Le Parisien.

Depuis lundi, cet avocat relève les infractions commises par ces sociétés privées. L'objectif ? Mettre la mairie de Paris "face à ses responsabilités". Le spécialiste a déjà annoncé qu'il attaquerait la municipalité si rien ne changeait. Sébastien Dufour encourage d'ores et déjà les Parisiens dont la voiture a été embarquée à réclamer le remboursement de l'enlèvement et des frais de garde (mais pas de l'amende).

"C'est illégal oui, mais surtout très dangereux !"
Et le problème, ce sont les véhicules utilisés par la fourrière. Théoriquement, les sociétés privées de fourrière doivent avoir des poids lourds pour embarquer les véhicules mal stationnés. Or, les véhicules utilisés dans sa capitale sont des 4x4 : "Le fameux modèle dont usent les combattants d'Irak ou de Libye avec une mitrailleuse plantée dessus", a expliqué Maître Dufour à nos confrères. Des accusations que réfutent les patrons de ces sociétés privées, comme Chafik Alywan, le directeur d'Interdépannage : "Nous achetons des camions homologués pour faire des fourrières, nous avons signé un contrat, nous sommes parfaitement en règle".

Un flou juridique qui pose problème, selon Alain Bonzi, le président de la branche remorquage de la Fédération nationale de l'artisanat automobile : "Selon les normes en vigueur, ces véhicules ne devraient pas avoir un PTRA (poids total roulant autorisé) de plus de 3.000 kg. En gros, ils ne peuvent tracter aucune voiture, ou alors peut-être une Smart", a-t-il expliqué avant d'ajouter : "C'est illégal oui, mais surtout très dangereux !". Ces 4x4, trop chargés, peuvent se soulever à l'avant et freinent "deux fois moins bien".

"C'est un problème de business"
Depuis plusieurs années, Alain Bonzi tente d'alerter les préfectures, les administrations et les ministères : "Je ne comprends pas comment l'État a pu délivrer des cartes blanches (NDLR : l'équivalent des cartes grises de nos voitures particulières) à ce type de 4x4 pour des fourrières partout en France". Selon le spécialiste, ces véhicules "dangereux" seraient un millier en France. "Grâce à ces véhicules plus légers, pas besoin d'embaucher des conducteurs grutiers titulaires du permis poids lourds ou même des permis BE qui permet de tirer une remorque. Au fond, c'est un problème de business", a suggéré Sébastien Dufour. Dans la capitale, trois sociétés s'occupent des 250.000 enlèvements annuels.

Pour éviter les abus de ces sociétés privées, les sociétés d'enlèvement n'interviennent que sur ordre des agents de sûreté de Paris. Pour Philippe Goujon, maire (Les Républicains) du XVe, la mairie de Paris, qui a repris la gestion des fourrières depuis le 1er janvier dernier, aurait "pu resserrer les boulons". L'élu propose que "ces sociétés d'enlèvement qui exercent une mission régalienne soient remplacées par des fonctionnaires". Interrogée par Le Parisien, la mairie de Paris a expliqué que "ces dernières années, les élus parisiens ont souligné à de nombreuses reprises leur insatisfaction quant à la manière dont les contrôles et les mises en fourrière étaient réalisés".

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Stiven
Stiven
Stiven
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ    Mar 29 Mai - 13:26

Publié le 03/09/2015 à 07:41, Mis à jour le 03/09/2015 à 08:25
Travail au noir : le ministère de la Justice épinglé

Politique - Polémique



LE SUJET VISIONNER SUR LA TÉLÉ CETTE SEMAINE DE NOUVEAU..C EST UNE HONTE DE CACHER DE TELLE PERSONNE QUI TRAVAIL AU NOIR ET QUI DÉCLARE PA LEUR REVENUE , MAIS IL TRAQUE LES PETIT QUI DÉPASSÉ 10€ DE SMICARDE...


Interprètes, experts, médiateurs… Le ministère de la Justice emploie 40 000 personnes non déclarées : la révélation fait tache même si Christiane Taubira assure avoir pris le problème «à bras-le-corps».

Quelque 50 000 «collaborateurs occasionnels du service public» sont employés par différents ministères, dont «40 500 pour le seul ministère de la Justice», indique un rapport des inspections générales des Finances, des Services judiciaires et des Affaires sociales, rendu à l'été 2014 mais révélé seulement dans Le Canard enchaîné de ce mercredi.
Ces employés, souvent amenés à intervenir quotidiennement, sont considérés comme des prestataires, rémunérés à l'heure : «le ministère de la Justice n'applique aucun assujettissement aux cotisations sociales et assimile les indemnités de ses collaborateurs à des prestations sans pour autant mettre en place les conditions de leur assujettissement à la TVA», selon le rapport


En cas de poursuites judiciaires collectives, le coût pour les finances publiques y est estimé à environ «un demi-milliard d'euros».

Des plaintes ont d'ores et déjà été déposées, notamment par des traducteurs-interprètes qui n'ont ni «bulletin de salaire» ni «protection sociale», a affirmé leur avocat Me David Dokhan sur France Inter. «Ce sont des personnes qui travaillent exclusivement sur réquisition des autorités de police ou judiciaires. C'est 100 % de leur activité professionnelle.»

«Balayer devant sa porte»


La garde des Sceaux a assuré mercredi qu'elle «travaille sur les préconisations de ce rapport» depuis que celui-ci a été remis. «C'est un problème que j'ai pris effectivement à bras le corps parce que j'estime d'abord que le ministère de la Justice doit être exemplaire», a-t-elle déclaré à la sortie du Conseil des ministres.

Alors que le document était resté dans l'ombre depuis un an, sa révélation a suscité des critiques acides dans les milieux judiciaires comme dans l'opposition.

«Justice du XXIe siècle ?», a ironisé l'Union syndicale des magistrats, syndicat majoritaire, dans un tweet se référant à un projet fétiche de la garde des Sceaux.

]Toutes vos infos en illimité et sans publicité à partir d'1€/mois
«Pour une fois, Mme Taubira va être amenée à balayer devant sa porte», a taclé Marine Le Pen, présidente du FN.
La ministre s'est défendue en assurant être «la première garde des Sceaux à avoir pris le problème en charge», alors qu'il remonte à 1999 et était parfaitement connu.

La Dépêche du Midi

Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Stiven
Stiven
Stiven
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ    Mar 29 Mai - 13:35

Ces délégués du procureur qui travaillent au noir


Chargés de sermonner les petits délinquants, ils ne sont pas déclarés par la Chancellerie. Bercy tarde à régler le problème.

Pratiquée au quotidien dans les palais de justice mais mise en lumière le mois dernier par l'affaire Julien Dray, la formule des rappels à la loi connaît ses succès et ses petites bizarreries. Inventée pour désengorger les tribunaux et surtout prévenir la récidive, cette option fait partie de l'éventail des «alternatives à la poursuite» que la justice peut proposer. Le rappel à loi - qui doit être «solennel», soulignent souvent les magistrats - est choisi lorsque des faits sont trop graves pour être classés sans suite mais trop peu significatifs pour être renvoyés devant un tribunal.
La polémique concerne aujourd'hui les délégués du procureur. Ils sont aujourd'hui 985 répartis dans toute la France et interviennent notamment pour ces rappels à la loi. Quand cette solution est choisie, le délinquant est en effet soit convoqué par le procureur lui-même, soit par une association agréée, soit, le plus fréquemment, par un de ces délégués du procureur. Ces citoyens, souvent policiers, gendarmes ou enseignants à la retraite, sont habilités à rappeler la loi à ceux qui s'en sont affranchis.

Problème : aucun de ces délégués du procureur, payés directement par les régies des tribunaux au titre des «frais de justice», n'est déclaré aux organismes sociaux. Ils travaillent donc dans l'illégalité et ne cotisent pas aux régimes sociaux. Ne recevant aucune fiche de salaire, ils sont également à la peine quand il s'agit de déclarer ces revenus à l'administration fiscale. La même problématique concerne également les enquêteurs sociaux ou les administrateurs ad hoc désignés par les magistrats mais aussi, jusqu'à une période récente, toute une série d'autres collaborateurs occasionnels de l'État comme «les médecins membres des commissions départementales du permis de conduire» ou encore «les hydrogéologues agréés en matière d'hygiène publique».
Le fait qu'une mission de justice se transforme en travail au noir fait d'autant plus grincer des dents que les formules de rappels à la loi sont en pleine expansion. Selon les chiffres fournis par le ministère de la Justice, 319 755 coups de semonce ont été prononcés en 2009, en constante augmentation depuis 2004.

Speed dating judiciaire


Chaque rappel à la loi coûte quelque 11 euros au ministère de la Justice. «Pas de quoi monter une fraude à grande échelle», modère un magistrat. «C'est une question de principe mais aussi de philosophie», rétorque le responsable d'une association, selon lequel certains retraités, ardents à la tâche, seraient désignés pour des dizaines de rappels à la loi par semaine et toucheraient ainsi jusqu'à 10 000 euros par an sans savoir comment les déclarer, transformant par ailleurs le rappel «solennel» en speed dating judiciaire?
Cette situation kafkaïenne n'est pas nouvelle. En 2005, France Inter et Le Canard enchaîné s'en étaient fait l'écho mais chacun pensait alors la voir régler rapidement. Cette anomalie s'est en réalité installée, au grand dam des services de la Place Vendôme, prisonniers d'un décret signé en janvier 2000 par le ministère des Finances et celui des Affaires sociales. Rien n'a donc bougé depuis.
Le 17 avril 2008, l'ancien Garde des Sceaux Rachida Dati avait adressé une lettre aux associations leur assurant «voir enfin aboutir sous (son) ministère les négociations» et promettant une solution «en 2009». Désormais, au ministère, la régularisation est annoncée? avant 2011.


Un rappel à la loi par courrier pour Julien Dray


C'est par une simple lettre datée du 17 décembre dernier que le procureur de Paris, Jean-Claude Marin, a signifié au député de l'Essonne le rappel à la loi venu clore l'enquête menée durant un an sur ses comptes et sur ses proches. Le parquet a considéré que «les remboursements intervenus, l'absence de plaintes de la part des associations concernées, la relative modicité des sommes en jeu» ne justifiaient pas un renvoi en correctionnelle afin de «réparer le trouble à l'ordre public» et que «la voie alternative aux poursuites du rappel à loi semble être suffisante».
Pour le parquet, Julien Dray était «susceptible d'être poursuivi pour abus de confiance pour un montant de 7 000 euros», correspondant à l'achat d'une montre sur les fonds d'une association. Outre le député de l'Essonne, six personnes ont reçu un rappel à la loi. Quinze autres, entendues lors de l'enquête, ont vu leur dossier classé sans suite. «Après une enquête d'une telle ampleur, une décision de cette nature signifie que rien n'a été trouvé», affirme Me Florence Gaudillière, l'une des avocates de Julien Dray. L'enquête avait été ouverte après la transmission au parquet d'un signalement de Tracfin, la cellule antiblanchiment du ministère des Finances. Julien Dray a demandé un rendez-vous à Nicolas Sarkozy pour évoquer le fonctionnement de cette cellule.

PS/ On dirais que les règles sont fait que pour les petit fourmis...
Quelle honte de demander aux autre ce qu'il ne font pas eux -même...

Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Stiven
Stiven
Stiven
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ    Mar 29 Mai - 13:40

Travail au noir : Etat, patrons, salariés… Tous tricheurs ?
Depuis quinze ans, le ministère de la justice serait dans l’illégalité, comme de plus en plus de Français (Mercredi 8 octobre – 20 h 50 -D8)
Le Monde | 08.10.2014 à 14h28 • Mis à jour le 08.10.2014 à 17h23 | Par Joël Morio

Depuis quinze ans, le ministère de la justice serait dans l’illégalité, comme de plus en plus de Français (Mercredi 8 octobre – 20 h 50 -D8)

Le titre de ce numéro du magazine « En quête d’actualité » est sans doute racoleur, il n’en décrit pas moins une réalité : en France, le travail au noir se répand comme une gangrène touchant des parties insoupçonnées du corps social. Le travail dissimulé se cache même dans un Etat qui, au moins de ce point de vue, devrait être exemplaire.

En savoir plus sur



[url=https://servimg.com/view/19311530/1943]


Depuis quinze ans, le ministère de la justice a embauché plusieurs milliers de « délégués du procureur » chargés de lui alléger la tâche. Les indemnités qu’ils perçoivent ne sont soumises à aucune cotisation sociale, ce qui en fait au regard de la loi des travailleurs au noir. Les ministres qui se succèdent se refilent ce problème comme une patate chaude. Christiane Taubira a demandé un rapport sur le sujet qui est resté confidentiel. Son prédécesseur Michel Mercier déclare, avec une franchise inhabituelle pour un homme politique, que la régularisation de cette situation n’est pas près de se réaliser. Pour une raison simple : les caisses de l’Etat sont vides et le ministère de la justice n’aurait pas les ressources financières pour payer des charges sur ces émoluments.
UN FRANÇAIS SUR TROIS AURAIT DÉJÀ TRAVAILLÉ « AU BLACK »
Les causes pour lesquelles les particuliers ont recours au travail au noir sont les mêmes que pour les pouvoirs publics : économiques. C’est un moyen de plus en plus courant pour boucler les fins de mois. Un Français sur trois aurait déjà travaillé « au black ». Pis, dans certains secteurs économiques, le recours au travail dissimulé est devenu presque nécessaire à la survie de l’activité. L’Urssaf, de son côté, tente de récupérer les cotisations perdues; des redressements qui auraient atteint, en 2013, 290 millions d’euros.
L’enquête menée caméra au poing pâtit un peu de commentaires aux accents dramatiques, mais elle reste passionnante. Virigine Plaut, la journaliste de la société TV Presse Productions montre le quotidien de ceux qui sont obligés de travailler au noir pour survivre. En revanche, les donneurs d’ordres, dont parfois des grands groupes français ayant obtenu des contrats auprès de l’Etat ou de collectivités locales, restent dans l’ombre.
Virginie Plaut (France, 2014, 52 min). Mercredi 8 octobre – 20 h 50 - D8

En savoir plus sur https://www.lemonde.fr/televisions-radio/article/2014/10/08/travail-au-noir-etat-patrons-salaries-tous-tricheurs_4502572_1655027.html#txXZP3uQKZdwtRd3.99

Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Stiven
Stiven
Stiven
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ    Mar 29 Mai - 13:42

Payés au noir au ministère de la Justice !
>Le Parisien > Loisirs et Spectacles| 08 octobre 2014, 7h00 |6

Qu'ils cherchent à arrondir leurs fins de mois, à compléter leurs modestes revenus de retraités ou à multiplier les petits extras coûte que coûte, un Français sur trois aurait déjà travaillé au noir dans l'année alors qu'ils n'étaient que 13 % dans ce cas il y a cinq ans. Aujourd'hui, le travail dissimulé a gagné tous les secteurs comme le démontre ce soir le magazine « En quête d'actualité » sur D 8 (20 h 50). Mais qui peut se douter qu'il a gagné notamment l'une de nos institutions censées appliquer la loi à la lettre et donner l'exemple ?

La journaliste Virginie Plaut lève le voile sur une pratique en cours depuis quinze ans au sein même du ministère de la Justice : l'emploi de délégués auprès des procureurs de la République, non déclarés. Rémunérés en indemnités, ils ne bénéficient d'aucune fiche de paye, encore moins de la Sécurité sociale ou d'assurance chômage. « J'avais lu quelques articles sur ces délégués -- environ 2 000 en France -- il y a quelques années, et une note de l'Urssaf avait pointé ce type d'emploi non déclaré en 2007-2008. Je pensais que les choses avaient été régularisées depuis. Or, il n'en est rien, explique Virginie Plaut. Ce système perdure car le ministère de la Justice n'a pas les moyens de payer les charges sociales et d'embaucher des personnes pour gérer les fiches de paye. »

Au cours du reportage, l'ancien garde des Sceaux Michel Mercier (de 2010 à 2012) le confirme d'ailleurs face à la caméra : « C'est une question de moyens. » Mais c'est l'un des rares à avoir accepté de témoigner. « Personne ne voulait nous parler », confirme la reporter, qui a pu, cependant, rencontrer une déléguée du procureur.

Au-delà, ses investigations ont porté sur le secteur du bâtiment où des entreprises -- petites ou grandes -- ont de plus en plus recours à des « travailleurs détachés » venus d'autres pays d'Europe et rémunérés une misère en toute illégalité. Instructif.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Stiven
Stiven
Stiven
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ    Mar 29 Mai - 13:45


Ils seraient près de 50.000 à travailler « au noir » pour l’Etat, dont 40.500 pour le ministère de la Justice, selon une note de synthèse dévoilée ce mercredi par France Inter et Le Canard enchaîné. Des milliers d’experts judiciaires, de traducteurs-interprètes, de délégués de procureur, d’enquêteurs sociaux, ou même d’hydrogéologues, sont dans une situation kafkaïenne. Au service de la loi, ils font les frais d’un non-respect de la législation.

Que dénonce ce rapport ?

La note de synthèse, cosignée par les inspections générales des finances, des services judiciaires et des affaires sociales, relève des irrégularités dans le régime social et fiscal de ceux que l’on appelle les COSP, pour collaborateurs occasionnels du service public. Selon une estimation, ils seraient 48.650 à travailler pour l’Etat sans être déclarés, ce qui les prive de fiche de paie et de protection sociale. En outre, les délais de paiement sont très longs, de plusieurs mois à plus d’un an selon les juridictions.

Comment cette situation a-t-elle pu perdurer ?

Le scandale des travailleurs au noir du ministère de la Justice a déjà fait des vagues par le passé. Leur mode de gestion est assez nébuleux. Il existe des annuaires publics d’experts judiciaires. « Pour être inscrit sur la liste des experts judiciaires près la cour d’appel, il faut fournir une preuve de son adhésion à l’URSSAF, tous les cinq ans », explique Jeannette Abi Nader Gelebart, traductrice-interprète de langue arabe. Le problème, c’est qu’il existe des « listes parallèles », précise cette experte judiciaire près la Cour d’appel de Lyon.

Il s’agit de listes établies par les Tribunaux de grande instance (TGI), sur lesquels peuvent figurer des travailleurs non affiliés à l’URSSAF ainsi que des non-professionnels. En effet, « il faut parer au plus pressé », explique une traductrice. Ces listes sont créées pour avoir des interprètes et des traducteurs à disposition 24 heures sur 24 et dans l'urgence, afin de respecter le Code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile (CESEDA). « Quand la justice a besoin d’un traducteur d’une langue rare ou qu’il faut un interprète disponible en pleine nuit pour une garde à vue, elle fait parfois appel à des interprètes non professionnels », poursuit-elle.

Ces registres « sont hors de tout contrôle et les critères selon lesquels les personnes sont sélectionnées ne sont pas clairs», déplore Teresa Intrieri, porte-parole de la commission Experts de la Société française des traducteurs (SFT). La professionnalisation du métier de traducteur-interprète est le cheval de bataille de l’association qui compte 1.500 membres, dont 10 % sont experts judiciaires. La commission dédiée participe à des réunions notamment avec le ministère de la Justice. « Il y a des avancées, mais tout n’est pas parfait », observe Teresa Intrieri.

Que risque l’Etat ?

La responsabilité pénale de l’Etat peut être engagée. Quelques COSP, notamment des traducteurs-interprètes, ont déposé des plaintes individuelles. « Ce sont des personnes qui travaillent exclusivement sur réquisition des autorités de police ou judiciaires. C’est 100 % de leur activité professionnelle », a expliqué ce mercredi Maître David Dokhan sur France Inter. L’avocat défend plusieurs clients dans cette situation, qui n’ont « pas de bulletin de salaire » et « aucune protection sociale ».

La synthèse met l’Etat en garde face au risque d’un contentieux en matière de paiement des cotisations sociales. En 2011, des vétérinaires ayant travaillé pour le ministère de l’Agriculture ont obtenu gain de cause face à l’Etat, reconnu responsable de ne pas avoir payé les cotisations sociales et condamné à verser au total près de 65 millions d’euros pour 851 dossiers. Une régularisation du régime fiscal et social des COSP pourrait coûter très cher à l’Etat.


PS/
La Justice, L'État, c'est bien triste et profondément illégale..

Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Stiven
Stiven
Stiven
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ    Mar 29 Mai - 13:52



Ils sont pudiquement appelés les COSP : les Collaborateurs occasionnels du service public. Ils sont médecins-experts, interprètes, enquêteurs de personnalité. Certains sont même délégués du procureur. A la fin du mois, ils n'ont pas de fiche de paye, pas même une facture, pas ou peu de couverture sociale. Certains sont payés de la main à la main.

Un demi-milliard d'euros pour réparer

Ce tour de passe-passe va coûter cher à l'Etat. Il faudrait, dit le rapport, un demi-milliard d'euros pour réparer cette anomalie, généralisée depuis 15 ans. Et même jusqu'à 46 millions d'euros de budget supplémentaire par an pour la régularisation des situations. Les rapporteurs sont alarmistes : la situation actuelle ne peut pas durer. Il faut entreprendre aussitôt que possible des modifications législatives, insistent-ils. La chancellerie assure ce mardi avoir lancé des initiatives en ce sens. Mais il est difficile d'imaginer où le ministère va pouvoir trouver de telles sommes.

Un décret en préparation

La ministre de la Justice, Christiane Taubira, ne tombe pas des nues. "Je suis ", a-t-elle déclaré mercredi, "la première garde des Sceaux à avoir pris le problème en charge ". La ministre a dit disposer depuis l'été 2014 d'un rapport issu de trois inspections lancées en 2012 par les services de la Justice, des Finances et la Santé.




A lire aussi
Bernard Tapie : "J'ai vécu d'une manière incroyable"
Wilbert Jones innocenté après 45 ans de prison
Décès de Toto Riina : "La mafia continue de racketter les commerçants"
Décès en prison de Toto Riina, chef de la mafia sicilienne
Affaire Grégory : interrogatoire de Jacqueline Jacob
https://www.francetvinfo.fr/societe/justice/quand-l-etat-emploie-48-000-travailleurs-au-noir_1706165.html

Sujets associés
Société
Eco / Conso
Justice


PS/
S'il travaille en noir sans déclaration aux impôt, qu'est ce qui nous prouve qu'il se soigne aussi gratuitement , nous on a besoin rien d'obtenir un RDV ou avoir un Docteur 1 mois , et je suis modeste..

Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Stiven
Stiven
Stiven
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ    Mar 29 Mai - 13:57



Par Mathieu Delahousse  
Publié le 02 septembre 2015 à 18h42  

Le ministère de la Justice emploie 40.000 personnes non-déclarées ! L'information, délivrée mardi soir par France Inter et par "le Canard Enchaîné" s'appuie sur un rapport inédit de l'inspection générale des Finances, des Services judiciaires et des Affaires sociales. Et souligne que cette pratique pourrait coûter très cher à l’Etat : jusqu'à un demi-milliard d'euros en cas de poursuites judiciaires collectives. Le scandale paraît nouveau.

Le plus scandaleux, justement, est qu'il ne l'est pas ! La pratique est très ancienne. Elle a été dénoncée plusieurs fois par la presse sans que rien ne change. Les premières révélations remontent à 2005... dans les colonnes du "Canard Enchaîné". Et depuis dix ans l'alerte est donnée régulièrement, au point presque de devenir un "marronnier" :
Ces délégués du procureur qui travaillent au noir", titre en 2010 "Le Figaro".
Le phénomène n'a pas changé quatre ans plus tard :



Etat, patrons, salariés : tous tricheurs", documente la chaîne D8 en 2014
Et au début de cette année, l'information est encore reprise par France 2 :
Les milliers de travailleurs au noir du ministère de la Justice", dénonce la chaîne.
Le "Canard Enchaîné" de cette semaine rappelle à bon escient que six gardes des Sceaux (Perben, Clément, Dati, Alliot-Marie, Mercier et Taubira) se sont succédés depuis dix ans sans que rien ne change. "Les ministres ont tous juré la main sur le cœur que la régularisation était en marche", rappelle l'hebdomadaire. Cette promesse a été rééditée par la place Vendôme ce mercredi matin : "C'est un problème que j'ai pris à bras le corps", assure Christiane Taubira.


L'Obs
 > Justice

Travail au noir à la Justice : 10 ans de scandale sans que rien ne change
 Travail au noir à la Justice : 10 ans de scandale sans que rien ne change  
Christiane Taubira ((c) AFP)

Le problème des collaborateurs du ministère de la Justice non-déclaré a éclaté en 2005. La place Vendôme a-t-elle cette fois les moyens de le régler ?

Par Mathieu Delahousse  
Publié le 02 septembre 2015 à 18h42  

Le ministère de la Justice emploie 40.000 personnes non-déclarées ! L'information, délivrée mardi soir par France Inter et par "le Canard Enchaîné" s'appuie sur un rapport inédit de l'inspection générale des Finances, des Services judiciaires et des Affaires sociales. Et souligne que cette pratique pourrait coûter très cher à l’Etat : jusqu'à un demi-milliard d'euros en cas de poursuites judiciaires collectives. Le scandale paraît nouveau.

Le plus scandaleux, justement, est qu'il ne l'est pas ! La pratique est très ancienne. Elle a été dénoncée plusieurs fois par la presse sans que rien ne change. Les premières révélations remontent à 2005... dans les colonnes du "Canard Enchaîné". Et depuis dix ans l'alerte est donnée régulièrement, au point presque de devenir un "marronnier" :
Ces délégués du procureur qui travaillent au noir", titre en 2010 "Le Figaro".
Le phénomène n'a pas changé quatre ans plus tard :

Etat, patrons, salariés : tous tricheurs", documente la chaîne D8 en 2014
Et au début de cette année, l'information est encore reprise par France 2 :
Les milliers de travailleurs au noir du ministère de la Justice", dénonce la chaîne.
Le "Canard Enchaîné" de cette semaine rappelle à bon escient que six gardes des Sceaux (Perben, Clément, Dati, Alliot-Marie, Mercier et Taubira) se sont succédés depuis dix ans sans que rien ne change. "Les ministres ont tous juré la main sur le cœur que la régularisation était en marche", rappelle l'hebdomadaire. Cette promesse a été rééditée par la place Vendôme ce mercredi matin : "C'est un problème que j'ai pris à bras le corps", assure Christiane Taubira.

Rendez-vous dans cinq ans ? scratch  scratch

Mathieu Delahousse

Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ    Mar 29 Mai - 21:53

HOMME AVEC COURAGE <<<<<<<<<<<

TRES TRES BIEN CE JEUNE HOMME <<<<<<<<<<<

"Je n'ai pas réfléchi, je l'ai sauvé": Mamoudou Gassama raconte son acte héroïque
28/05/2018 à 08h17

Newsletter Politique

Newsletter
Politique
0:01
/
1:28

Le jeune Malien sans papiers, qui a escaladé un immeuble parisien pour sauver un enfant suspendu dans le vide, sera reçu à l'Elysée ce lundi. Il est revenu sur son acte héroïque au micro de BFMTV.

Il est convié à l'Elysée. Mamoudou Gassama, qui a sauvé samedi un enfant suspendu dans le vide depuis le balcon d'un immeuble de Paris, sera reçu ce lundi à partir de 9h50 par Emmanuel Macron. Invité de BFMTV deux heures avant ce grand rendez-vous, il a expliqué plus en détail son geste héroïque.


   "J’ai vu un enfant de 4 ans dans cette situation, je n’ai pas réfléchi, je l’ai sauvé", raconte-t-il. "Quand je l'ai pris dans mes bras, je lui ai parlé, lui ai demandé 'pourquoi tu as fait ça?', mais il n'a pas répondu".

Poussé par son courage, Mamoudou Gassama explique n'avoir ressenti de la peur qu'une fois son acte accompli.

   "C’est quand je suis entré dans l’appartement que mes jambes ont commencé à trembler, quand les policiers sont arrivés" se souvient-il.

Vers une régularisation?

Son geste spectaculaire, largement salué sur les réseaux sociaux, a poussé de nombreux internautes et élus à réclamer la régularisation du jeune Malien sans papiers. Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a lui-même ouvert la porte à une possible régularisation dans un tweet publié dans la nuit de dimanche à lundi. "Cet acte d'une immense bravoure, fidèle aux valeurs de solidarité de notre république, doit lui ouvrir les portes de notre communauté nationale", a-t-il posté.
Diaby, le frère de Mamoudou, lui aussi invité sur le plateau de BFMTV, a expliqué qu'ils allaient évoquer cette régularisation avec le président de la République lors de leur rencontre.

   “On voudrait être régularisés, pour travailler dans de bonnes conditions en France. Ensuite dès qu’on a un travail il faut un logement, pour avoir une belle vie", espère-t-il.

   Avant de s'exprimer sur la situation précaire de Mamoudou, arrivé en France du Mali en septembre dernier. "Aujourd’hui il habite au foyer, c’est une situation très grave car il n’y a pas de place. Mais on fait avec. Du coup on va profiter de l’occasion pour demander".

Admin

Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ    Ven 1 Juin - 14:40



6Medias, publié le vendredi 01 juin 2018 à 12h38

Comme le relaie un article du Huffington Post, Jean-Luc Mélenchon s'est insurgé jeudi 31 mai, lors d'une prise de parole devant les députés, contre les "horaires intenables" de l'Assemblée nationale.
Les députés connaissent des séances de travail intenses. Le vote sur la loi concernant le glyphosate s'est ainsi déroulé jusqu'à deux heures du matin, le jeudi 31 mai.

Ces cadences infernales s'inscrivent dans le cadre d'une session extraordinaire de travail qui doit permettre de boucler un maximum de réformes avant les vacances d'été et elles ne sont pas du tout du goût de Jean-Luc Mélenchon. Comme le relaie le Huffington Post, le leader de la France insoumise a pris la parole jeudi 31 mai dans l'hémicycle afin de dénoncer cette situation. Selon lui, elle nuit à l'efficacité des députés.

On a connu des séances jusqu'à cinq heures du matin"

"Quand on décide à 00h58 qu'on va engager le débat qui durera jusqu'à 2h10 du matin sur les glyphosates, il est clair qu'en toute hypothèse, on ne convaincra personne qu'on le fait dans les meilleures conditions de lucidité. Mais encore dans ces moments-là, on se sent content parce qu'on a connu des séances jusqu'à 5h du matin", a lancé le député des Bouches-du-Rhône, en référence aux débats houleux sur la loi Asile Immigration qui s'étaient éternisés jusqu'au petit matin. "Ce n'est pas une vie normale que celle d'un parlementaire qui doit rester nuit et jour ici, sur des textes aussi différents" a poursuivi Jean-Luc Mélenchon sous les applaudissements de ses collègues. "Il y a des gens qui ont des limites physiques."
Pour le député François Ruffin, ce calendrier résulte d'une stratégie du groupe La République en marche visant à entraver le débat. Il a cité en exemple la procédure d'adoption de la loi sur le glyphosate, dans un billet au vitriol publié sur son site et cité par le Huffington Post. "Après sept jours de cette guerre d'usure, ce mardi, à 1h moins deux minutes, le président de Rugy décide, arbitrairement, de prolonger les débats. Comme si le glyphosate était un point anecdotique, ou justement parce qu'il ne l'est pas."


Admin

Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ    Ven 1 Juin - 14:53

Je suis d'accords avec Mélenchon , a 2h de matin le cerveau  dorme..
Et s'il travaille pour aider la vie des gens dans difficulté??
Non.. Il travaille tous pour irradier tout le droit des petit.
* A obligera a tout accepter .
* Tien le Trésor Public aurais toute les droit a partir de 19 d'allez sur votre compte et prendre ce qu'il veux, il s'en moquerais si vous avez de quoi vivre.
* Ils nous fera prendre encore plus de l'argent de APL sous prétexte que le bayeur nous rendra..Je me demande c'est quoi cette machination.
Les gens qui ne peux pas payer un mutuel, il est mal barrer. Et même ceux qui sont 100% , si par malheur fait une radio , la SS ne vous rembourse pas , car les malades 100% sont en général des maladie chronique , donc SS accumule 0,50cm par paquet des médicament , et d'office vous este redevable et jamais rembourser..
C'est vraiment massacre..

Admin

Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Kevin1

avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ    Ven 1 Juin - 17:05


AFP, publié le vendredi 01 juin 2018 à 16h34
Face aux protestations grandissantes, les députés ont vendredi lâché du lest sur des dérogations à la loi littoral, pour permettre de nouvelles constructions dans les "dents creuses" mais strictement encadrées.
Les parlementaires avaient voté mi-mai en commission un amendement LREM au projet de loi sur le logement permettant, au cas par cas, le comblement des "dents creuses", des parcelles vides situées entre deux bâtiments construits dans un même hameau. C'est une revendication de nombreux élus de communes du littoral mais qui est contestée par les associations de défense de l'environnement.

Le communiste Sébastien Jumel s'était alors demandé "ce que pense (Nicolas) Hulot", ministre de la Transition écologique absent du débat, de la mesure.
Dès jeudi soir dans l'hémicycle, gouvernement et majorité se sont défendus d'être des "bétonneurs" face aux critiques de l'opposition.

Elu de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), Gilles Lurton (LR) a évoqué le "cri qui monte de la France entière pour préserver" les littoraux, estimant que s'il faut toucher à la loi de 1986, ce n'est "que d'une main tremblante".
L'ensemble de la gauche a demandé d'éviter toute "précipitation" et de ne pas "ouvrir la boîte de Pandore".

L'élu corse Jean-Félix Acquaviva (non-inscrit) a aussi appelé les députés à être "des sentinelles" de la loi littoral: "nous ne sommes pas dans un monde de bisounours, les forces de l'argent sont toujours là".
"Sans faire de mauvais jeu de mots, ce sujet est explosif dans certaines régions", a lancé vendredi le socialiste François Pupponi, élu de Seine-Saint-Denis mais attaché à la Corse. Dans le texte, "il n'y en a que pour les Bretons!", s'est-il récrié.

- Tricoter "dans le bon sens" -

Pour sa part, le ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard a réaffirmé "tenir bon sur la loi littoral" et mis sur la table, avec son secrétaire d'Etat Julien Denormandie, un amendement pour éviter "des interprétations malencontreuses".
La "possibilité de densifier les formes urbaines intermédiaires" ne pourra pas "s'appliquer ni dans la bande des 100 mètres" du littoral, ni "dans les espaces proches du rivage", indique son exposé des motifs. Les "rives des plans d'eau", comme en montagne, ne seront pas concernés non plus, a fait préciser la droite.
Autre garantie donnée, via des propositions LREM, MoDem et LR: les nouvelles constructions devront améliorer "l'offre de logement" ou prévoir l'"implantation de services publics". Et une urbanisation dans les "dents creuses" ne pourra porter atteinte "à l'environnement ou aux paysages".
"Il y a un peu plus de trente ans, il a fallu expulser les marchands du temple" qui avaient "abîmé" le littoral, et le "chemin" proposé par le gouvernement ne leur "rouvre" pas la porte, s'est félicité Eric Alauzet, élu LREM issu des rangs écologistes.
Assez isolée, l'Insoumise Sabine Rubin s'est élevée contre l'ensemble du dispositif, jugeant qu'"on détricote la loi littoral" malgré ces ajustements. "On tricote dans le bon sens", lui a rétorqué M. Mézard.
Autre retour sur un vote de la majorité en commission: ont été supprimées des dérogations à la loi Littoral pour l'implantation de projets photovoltaïques, comme il en existe actuellement pour les éoliennes. "Les projets solaires sont très fortement consommateurs d'espaces et sont particulièrement impactants du point de vue paysager", a relevé le gouvernement, finalement appuyé par tous les groupes politiques.

Autre recul du gouvernement face à la contestation: les dérogations introduites en commission pour permettre l'installation en "discontinuité d'urbanisation" d'équipements collectifs dans les territoires "ultra-marins" et "insulaires de métropole" ont été supprimées.

"Aucun député d'outre-mer n'a rien demandé pour son territoire pour je ne sais quel projet", avait protesté la députée PS de la Réunion Ericka Bareigts, comme l'ensemble de ses collègues d'outre-mer et de Corse.

Dans un communiqué, Le groupe PS se félicitait d'avoir "fait barrage à la bétonisation de notre littoral" tandis que le LR Thibault Bazin se réjouissait que "le patrimoine de notre littoral sera ainsi préservé".

La première lecture du projet de loi "Elan" et ses quelque 2.000 amendements restants doit se poursuivre jusqu'à mercredi, week-end compris.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Kevin1

avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ    Ven 1 Juin - 17:13


Orange avec AFP, publié le vendredi 01 juin 2018 à 14h50

Léon Bertrand a été condamné pour corruption, mais la consigne avait été donnée à la police aux frontières de ne pas l'interpeller.

La consigne a été donnée de ne pas l'interpeller à l'aéroport. Léon Bertrand, le maire de Saint-Laurent-du-Maroni en Guyane, a été reçu par le chef de l'Etat jeudi 31 mai alors qu'il a été condamné en 2017 à trois ans de prison ferme pour corruption.
Le maire les Républicains, convié à l'Elysée dans le cadre de l'opération Mission patrimoine, avait fait le déplacement depuis le département d'outre-mer et n'a pas été arrêté à son arrivée en métropole, rapporte le Parisien.

https://www.dailymotion.com/video/x1z8p9o

Léon Bertrand, comme plusieurs dizaines d'élus locaux, était venu représenter le patrimoine français. Une invitation qui s'inscrit dans le cadre de l'initiative présidentielle de sauver les monuments historiques français en péril. Et la maison du receveur des douanes, à Saint-Laurent-du-Maroni, dont Léon Bertrand est maire, fait partie des 18 sites prioritaires sélectionnés pour le "Loto du Patrimoine".

Mais l'homme est actuellement sous le coup d'une condamnation à trois ans de prison ferme, prononcée en 2017 par la cour d'appel de Basse-Terre (Guadeloupe) pour "corruption passive" et "favoritisme" dans la passation de marchés publics. Au moment du verdict, le maire de Saint-Laurent-du-Maroni ne s'était pas présenté à l'audience et il avait fait l'objet d'un mandat de dépôt. Ce dernier n'a d'ailleurs jamais été transformé en mandat d'arrêt, autrement dit, Léon Bertrand est libre de circuler partout en Guyane, mais pas en métropole.

Des consignes "directes et politiques"
"Un mandat de dépôt entraîne l'inscription au fichier des personnes recherchées (FPR)", rappelle le Parisien, qui a interrogé un officier de la police aux frontières (PAF) : "En pareil cas, cela clignote tout de suite en contrôlant le passeport. En l'absence de mandat d'arrêt, on interpelle l'individu, et l'on avise le tribunal qui a prononcé la condamnation pour connaître les suites à donner."

Selon nos confrères, la consigne aurait été donnée à la police aux frontières (PAF) d'Orly par le parquet de Créteil (Val-de-Marne) de ne pas arrêter Léon Bertrand à son arrivée à l'aéroport d'Orly. Des consignes qualifiées de "directes et politiques" par un policier interrogé par le quotidien. Le pourvoi en cassation de ce maire LR sera examiné le 13 juin prochain.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Kevin1

avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ    Ven 1 Juin - 17:17


"Les aides sociales pour les chômeurs comme la prime d'activité" sont "de bonnes aides", "vraiment très adaptées", a remarqué vendredi la présidente de la Commission des lois à l'Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet (LREM), alors que cette prime est dans le viseur du gouvernement.

"Les aides sociales pour les chômeurs comme la prime d'activité sont vraiment très adaptées car elles favorisent le retour à l'emploi, stimulent la personne qui, en prenant un emploi, va voir son revenu par rapport à ce qu'elle touchait avant augmenter réellement", a déclaré Mme Braun-Pivet sur Radio Classique.

"Donc je pense que ce sont de bonnes aides", a-t-elle ajouté.


"Il convient de s'interroger sur la globalité, les objectifs que nous devons poursuivre, mais pas sur ce genre de mécanisme qui est très favorable au retour à l'emploi et c'est ce que nous visons", a-t-elle encore dit.

La prime d'activité, touchée par 2,6 millions de foyers, semble être une des cibles du gouvernement, à la recherche d'économies. Initialement estimé à 4 milliards d'euros, son coût a atteint 4,57 milliards en 2016 puis 5,06 milliards en 2017.

Essayer de "savoir si certaines (aides sociales, NDLR) remplissent leurs objectifs est une bonne question; il ne s'agit absolument pas de les rogner ou les diminuer", a ajouté Mme Braun-Pivet: face au "maquis" des aides sociales, il faut "parvenir à de la clarté", a-t-elle dit.

Le Premier ministre Edouard Philippe a souligné mercredi que "la question n'est pas de savoir s'il y a trop ou pas assez d'aides sociales" mais si elles sont "efficaces", après que le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin a estimé qu'il y en avait "trop".

Existe-t-il un "clivage droite/gauche" au sein-même du gouvernement sur ce sujet ? Mme Braun-Pivet a dit ne pas le croire, "car nous partageons tous les mêmes objectifs au regard de cette assistance que l'on porte aux plus fragiles".

Interrogée par ailleurs sur la réforme des retraites, elle a estimé à propos des régimes spéciaux qu'"il ne faut pas (en) avoir", mais que "cela ne signifie pas ne pas prendre en compte des situations particulières comme la pénibilité ou les parcours de vie un peu plus décalés".

Quant aux retraites des fonctionnaires, elle a remarqué qu'"il va falloir équilibrer et il y aura nécessairement des personnes qui vont voir des avantages qu'elles ont aujourd'hui dans un système peut-être amoindris mais dans l'intérêt de tous".

Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Kevin1

avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ    Ven 1 Juin - 17:20


AFP, publié le dimanche 27 mai 2018 à 17h03
Le chef de file des députés LREM, Richard Ferrand, a plaidé dimanche que "repenser" les aides sociales pour mieux les adapter à "nos besoins", comme "ramener celles et ceux trop éloignés de l'emploi", ne voulait "pas dire rogner" ces aides.

"Qu'il s'agisse de l'action sociale ou des entreprises, il ne faut pas rogner, mais repenser", a jugé M. Ferrand, interrogé dans "Dimanche en politique" sur France 3 sur la polémique ayant éclaté, jusqu'au sein du gouvernement, après des propos du ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

"Repenser pour être plus en phase avec nos besoins, c'est du bon sens", a plaidé cet élu du Finistère.


Sur les aides sociales, la France est "le pays d'Europe qui en accorde le plus et a une pauvreté qui ne cesse de croître - avec même une transmission de père en fils", a-t-il dit. "L'enjeu est de les repenser pour faire en sorte qu'on investisse plus dans le social, pour ramener celles et ceux qui sont trop éloignés de l'emploi", selon le président du groupe LREM.
Quant aux aides aux entreprises, "il existe aujourd'hui 678 dispositifs d'aides aux entreprises que même les entrepreneurs ne connaissent pas toutes", "certaines ne sont plus utilisées" ou "répondaient à un contexte particulier", donc il faut "les rebalayer toutes", a justifié M. Ferrand.

"Repenser ne veut pas dire rogner", a-t-il martelé.

Dimanche dernier, Bruno Le Maire a évoqué une réduction des aides sociales à l'emploi dans l'objectif de baisser les déficits publics, s'il y avait suffisamment de créations d'emplois dans le privé.

Le Monde a révélé samedi dernier l'existence d'un document de la direction du Budget, intitulé "Transformer les prestations sociales", notant que les aides sociales constituent "un poids croissant" pour les finances publiques.

Face à la polémique, Gérald Darmanin a estimé qu'"il ne faut pas toucher aux prestations sociales individuelles", malgré "des économies à faire dans le domaine social" comme une réforme de la prime d'activité.

Pour réduire la dépense publique, le ministre des Comptes publics a donné sa préférence à la réduction des aides aux entreprises, dont il a estimé le montant total à 140 milliards d'euros cette année. Selon lui, M. Le Maire, qui "travaille aujourd'hui sur une réforme des aides aux entreprises", "a proposé (de les réduire) pour à peu près 5 milliards d'euros".

Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Kevin1

avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ    Ven 1 Juin - 17:29

Chère Monsieur, pendant que vous réfléchissante, les pauvre plus bas remouille la langue comme les vache affamer. Mais quelle audace de dire l'aide est disperser n'apporte comment..Mais si c'est le cas, a qui faute? Qui travaille et donne l'aide a ceux qui sont dans bonne situation, et les pauvre on les rejette, et ça c'est une superbe équilibre..
Si vous touche 700€ou 800€ et que vous payer loyer 650€ , j'aimerais bien que feriez VOUS?
Nous somme malade, sans aide , sans nourriture , oui il y a beaucoup , car il tien a leur dignité jusqu'au la mort, et les gens comme vous ,
vous ne payer pas ceux qui paies les pauvre.. La vérité va sortir de votre propre BOUCHE et vous condamneriez avec votre propre loi.
ça va arriver plus vite que vous penser tranquillement dans vos chaise rouge..

Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Kevin1

avatar


MessageSujet: Re: ACTUALITÉ    Ven 1 Juin - 17:47

Quand j'ai vu a la télé , que les députeras travaille au NOIR, et que ça dure depuis 15 années, et parlons pas d'avant qui l'était cacher , alors là, franchement, comment on peux parler de peuple , et les dépouiller de peux l'aide qui reçoive .. Quand le peuple va mal, les plus aises profite la situation, et use jusqu'à accuse le peuple , mettre en place LA CRISE , et les mettent en cause LES PAUVRE GENS , que c'est leur faute..C'est curieux il s'accuse JAMAIS.Même s'il sont découvert il travaille toujours, pour les pauvre gens patrons fabrique les faute pour virer un employer.
Aujourd'hui , tous y compris cette individu, parle que l'aide éloigne les gens de travaille. C'est complétement faux, s'il compte combien centre l'usine les poste sont fermer? Tous trafique et manipule les situation contre ouvrier. Ca veux dire quoi ça? Pour moi c'est tout simplement élimination.. Déjà les gens n'ont pas de quoi manger , deviens malade , et s'il travaille, aucune chance d'y arriver.. C'est comme si on donne une goute tout les jours de la cyanure pour tuer mais de s'en bien en sortir devant la justice , s'il y a un.. Dès année l'état a proposer RSA a la place de RMI, "je ne sais pas pourquoi changer nomme"", comprenez vous qqch? Ceci a du être un payement aux gens qui ne touche pas SMIC, moi j'en ai jamais bénéficié, JAMAIS AU GRAND JAMAIS.. Mais c'est bien ça pour tout le monde sauf pour les gens, qui ne touche rien et en plus la retraite sera mise en cause.. Fouillllllllllll

Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ACTUALITÉ    

Revenir en haut Aller en bas
 
ACTUALITÉ
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CATHYIMAGES :: [SUJETS PUBLIC EN GÉNÉRAL ] :: [SUJETS PUBLIC ]HISTOIRE ET LA NATURE-
Sauter vers: