CATHYIMAGES


INFORMATIONS, DIVERS IMAGES ,NATURE,FEMMES ,HOMMES,ENFANTS,VILES, PAYS, ACTEURS,, NCIS.
 
Accueilhttps://www.catCalendrierÉvènementsPublicationsFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» BILLET DU PRÉSIDENT
Aujourd'hui à 0:03 par Admin

» ACTUALITE/ QUE CHOISIR / DIVERS
Aujourd'hui à 0:00 par Admin

» MACRON
Hier à 23:29 par Admin

» pubs
Hier à 22:19 par Marck53

» TENDANCES WEB
Hier à 22:09 par Marck53

» AUTOMOBILES
Hier à 21:53 par Marck53

» ACTUALITÉ
Hier à 21:37 par Marck53

» ACTION / DE QUE CHOISIR
Jeu 15 Nov - 18:53 par Stiven

» FEMMES ♥ HOMMES
Mar 13 Nov - 21:27 par Marck53

Novembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
CalendrierCalendrier
Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Google+Suivre Forumactif sur Google+Suivre Forumactif sur Pinterest




Portail
Index
Membres
Profil
FAQ
Rechercher
Forum

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 MACRON

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: MACRON   Dim 26 Aoû - 19:22


Admin

Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: MACRON   Dim 26 Aoû - 19:28

IL DEMANDE LES PAUVRE DES FAIRE EFFORT , ET CE QUI SONT AISE ON LES DEMANDE RIEN.. SONT ERREUR EST VOLONTAIRE , DONC COMME CHAQUE PERSONNE DEVIENT UN JUGE EST CONDAMNER , MACRON ET COMMANDER PAR LA POPULATION , ET MOI AUSSI JE DEMANDE QU'IL MA PRIS DE L'APL...
IL DEMANDE AUX GENS D’ÊTRE CIVILISE, MOI JE DIT QU'IL DEVRAIT ÊTRE LUI MÊME AVANT TOUTE CHOSES POUR POUVOIR DEMANDER AUX AUTRE.. RENDEZ L'ARGENT AUX FRANÇAIS ET LE POUVOIR DE ARRIVER A VIVRE NORMALEMENT, COMME LUI....

Admin

Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Admin
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: MACRON   Dim 26 Aoû - 19:31



AFP, publié le dimanche 26 août 2018 à 17h50

Laurent Wauquiez a tenté une démonstration de force à droite à l'occasion de sa rentrée politique dimanche au Mont-Mézenc, avec comme point d'appui une critique virulente de l'immigration et des annonces budgétaires d'Edouard Philippe.

Près de 1.500 personnes étaient rassemblées pour la traditionnelle ascension du Mézenc, aux confins de la Haute-Loire et de l'Ardèche, que M. Wauquiez gravit chaque année depuis 2012. Bien plus que les quelque 300 personnes présentes à Brive-la-Gaillarde vendredi pour la rentrée de Valérie Pécresse.

"Je n'ai pas changé d'avis, très tôt j'ai mis en garde contre les illusions du macronisme", a insisté M. Wauquiez. Et son entourage d'ironiser sur le "micro parti" de la "duchesse de Corrèze".

Une cinquantaine de parlementaires, selon les organisateurs, ont fait le déplacement, ainsi que la direction du parti, à l'exception de Guillaume Peltier et Julien Aubert.

Dans un discours d'environ une demi-heure, M. Wauquiez a développé deux axes principaux: fermeté face aux migrants et critiques de la politique économique "injuste" du gouvernement.

"Comment ne pas comprendre que nous sommes au bout de nos capacités d'intégration et que cette immigration de masse est aujourd'hui une menace culturelle pour la civilisation européenne ?", a-t-il lancé, jugeant, fortement applaudi, que "les Français refusent de devenir étrangers dans leur propre pays" et qu'il faut "faire en sorte qu'il reste quelque chose de la civilisation".

"Nous ne devons plus laisser ces bateaux (humanitaires) rentrer dans les ports européens", a prôné M. Wauquiez, dont le parti entend mettre la question migratoire au centre de la campagne des européennes de 2019.

- "Populistes" contre "leçons de morale" -


Le major de l'ENA a dénoncé une "volonté populaire confisquée par un petit milieu qui lui admoneste des leçons de morale. Ils ont même inventé ce mot de populisme pour justifier la censure et faire taire tous eux qui ne pensent pas comme eux. Quel mot extraordinaire pour qui écouter les Français, c'est être populiste !"

Il a, comme de coutume, sévèrement éreinté le chef de l'Etat, jugeant que la rentrée sonnait "la fin du mirage du macronisme". "Il n'y a pas de résultats, cette première année est un échec", a-t-il jugé.

"Il faut rendre l'argent aux Français", a de nouveau lancé le président d'Auvergne/Rhône-Alpes, qui demande au chef de l'Etat de "renoncer aux augmentations d'impôts prévues, notamment celle sur le carburant".

"Au lieu d'assumer enfin des économies courageuses sur le train de vie de l'Etat, on vient de nous annoncer que c'est à nouveau dans la poche des classes moyennes que l'on va chercher des efforts. Les retraites et la politique familiale ne seront plus revalorisées en fonction de l'inflation. C'est injuste", a ajouté le président de LR, après les annonces d'Edouard Philippe dans le Journal du dimanche.

Le gouvernement "aura-t-il le courage de supprimer tous les régimes spéciaux et d'aligner les retraites du public et du privé ? De remplacer le RSA et tous les revenus d'assistanat par une allocation unique qui incite enfin à reprendre un emploi (...) ? Est-il prêt à augmenter le temps de travail dans la fonction publique (...) ? Arrêtera-t-il enfin l'aide médicale d'Etat qui permet l'accès gratuit à notre assurance maladie à des étrangers qui n'ont même jamais cotisé en France ?", a-t-il énuméré.

Jugé discret, y compris par ses soutiens, depuis son élection à la tête du parti en décembre, M. Wauquiez devrait multiplier passages médias et déplacements dans les fédérations LR, qui renouvelleront leurs instances mi-octobre.

Sur son bureau également: la désignation de la liste pour les européennes. Circule notamment le nom du centriste Jean Leonetti, devenu n°2 du parti après le limogeage de Virginie Calmels.

partagez

Admin

Revenir en haut Aller en bas
http://photosquiparlent.xooit.com/index.php
Stiven
Stiven
Stiven
avatar


MessageSujet: Re: MACRON   Lun 27 Aoû - 20:16


Saignée en vue sur le front des APL ! Dans un entretien au JDD, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé qu’en 2019 les aides aux logement ne seraient pas revalorisées en fonction de l’inflation... mais dans la limite de 0,3%. Pour les allocataires, ce quasi statu-quo s’annonce d’autant plus dommageable que le retour de l’inflation aurait justement pu laisser entrevoir de belles revalorisations.

Pour rappel, les APL sont revalorisées chaque mois d’octobre en prenant en compte l’indice de référence des loyers qui suit peu ou proue l’inflation : le dernier indice en date atteint 1,25% et on peut s’attendre à ce qu’il progresse encore d’ici l’an prochain, ce qui aurait pu bénéficier aux allocataires.

Le gouvernement n’en est pas à son premier coup d’essai en matière de désindexation. Comme nous l’écrivions récemment, un discret alinéa de la loi de finances 2018 a déjà prévu de ne pas appliquer la formule de calcul cette année. Et donc de geler toute revalorisation pour ce mois d’octobre.

Changement de mode de calcul à partir de l’an prochain


N’en déplaisent aux allocataires, l’exécutif a d’autres pistes d’économie dans sa besace. Dès 2019, un autre tour de passe passe doit lui permettre d’économiser près d’un milliard d’euros sur les aides au logement. A cette date, les APL seront en effet attribuées en fonction du revenu de l’année en cours des locataires, et non plus en fonction des revenus d’il y a deux ans, comme c’est le cas aujourd’hui. De cette manière, le gouvernement veut favoriser un mode d’attribution plus juste.

Prenons le cas d’un salarié qui touche des APL aujourd’hui parce qu’il était au chômage il y a deux ans : celui-ci verra à l’avenir ses aides diminuer, voire disparaître s'il dépasse les plafonds de revenus… Ce mode de calcul, fonction des revenus en cours permettra, de surcroît, de faire sortir plus rapidement les bénéficiaires des prestations, les revenus ayant naturellement tendance à augmenter d’une année sur l’autre…

Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Stiven
Stiven
Stiven
avatar


MessageSujet: Re: MACRON   Lun 27 Aoû - 20:18

C'est bizarre que Macron ne repend jamais comment lui il vivrait avec 800€ par mois???
J'ai peur qu'il fait grave erreur de s’attaquer a pauvre personnes de si petit revenu..

Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Stiven
Stiven
Stiven
avatar


MessageSujet: Re: MACRON   Lun 27 Aoû - 20:23


Pas plus de 1.000 euros. Telle est la règle depuis septembre 2015 pour les paiements en liquide... au lieu de 3.000 euros auparavant. Cette disposition découle d'un vaste plan de lutte contre le financement du terrorisme dévoilé en mars 2015 .

Néanmoins, cette limite des 1.000 euros, n'est pas la seule règle qui encadre les paiements en liquide. Peut-on par exemple payer ses impôts au guichet avec des sacs remplis de pièces de 1, 2 ou 5 centimes ? L'Argent & Vous fait le point sur ce qui est autorisé et ce qui est interdit en matière d'espèces.
Règle générale

Comme le précise l'administration, dès lors qu'un paiement en espèces n'est pas interdit, le créancier est obligé de l’accepter. Ce principe vaut à la fois pour les professionnels et les particuliers.

Les paiements en espèces entre particuliers ne sont de surcroît soumis à aucun plafond. Toutefois, au-delà de 1.500 euros, une facture est nécessaire pour prouver le versement.

Les paiements en espèces adressés à un professionnel sont en revanche limités à 1.000 euros. C'est ce plafond que le gouvernement a abaissé en septembre 2015.

Les paiements à l’administration fiscale


Ici, la règle a changé début 2014. Depuis cette date, les paiements en liquide aux guichets des Finances publiques ne peuvent excéder 300 euros. Cela vaut pour les impôts, mais aussi les amendes, les paiements hospitaliers, les paiements aux collectivités locales...

Les autres plafonds spécifiques

Une règle existe notamment en matière de salaires. Ils ne peuvent être versés en espèces que jusqu'à 1.500 euros. Au-delà, chèque et virement sont les seuls moyens de paiement autorisés.

Des contraintes sont aussi prévues pour les envois par courrier. L'envoi d'espèces est par principe interdit sauf pour les billets adressés via une lettre recommandée. Mais la somme expédiée ne peut alors excéder l'indemnité octroyée en cas de perte de la lettre.

Peut-on exiger un paiement en espèces ?


Oui, commerçants et particuliers ont le droit de demander à être réglés en espèces (et donc de refuser les autres moyens de paiement), à condition bien entendu que la somme reste inférieure au plafond de 1.000 euros dans le cas d'un professionnel.

Peut-on refuser d’être payé en espèces ?

Un créancier doit logiquement refuser les billets ou pièces de contrefaçon. Il lui est aussi possible de refuser des billets lorsque leur valeur est disproportionnée par rapport à la somme à régler. C'est au débiteur de faire l'appoint. De la même façon, et contrairement à une idée répandue, un professionnel n'est pas contraint d'accepter un paiement constitué de plus de 50 pièces de monnaies.

A l’étranger


La possibilité de payer en espèces à l’étranger dépend bien entendu des règles locales. Mais si une personne souhaite sortir plus de 10.000 euros en liquide du territoire en vue d’une ou plusieurs transactions en espèces, elle doit faire une déclaration auprès des services des Douanes.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Stiven
Stiven
Stiven
avatar


MessageSujet: Re: MACRON   Lun 27 Aoû - 20:24

pourquoi pas mettre la garde a chaque citoillant , alors la il y aura de travaille..

Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Stiven
Stiven
Stiven
avatar


MessageSujet: Re: MACRON   Lun 27 Aoû - 20:28



Retour aux vieilles recettes. Pour contenir la hausse du déficit budgétaire lié au ralentissement de la croissance, le gouvernement va quasiment "geler" les pensions de retraites, les aides au logement et les allocations familiales. Celles-ci ne seront augmentées en janvier prochain que de 0,3% alors que la hausse des prix atteindrait 1,7%, soit une économie de 3 milliards d'euros. La potion est amère pour les retraités qui ont déjà subi de plein fouet l’augmentation de la CSG (en hausse de 1,7 point pour tous ceux ayant un revenu fiscal de plus de 1.300 euros par mois).

Pouvoir d'achat en baisse


L'augmentation de la CSG intervenait elle-même après une longue série de mauvais coups au portefeuille de nos seniors. Aux hausses d'impôts des années 1990 se sont en effet succédé depuis 2008 la suppression de la demi-part des veuves, la fiscalisation de la majoration des pensions accordée aux parents de trois enfants et une taxe de 0,3% pour financer les aides aux personnes âgées dépendantes. Sans oublier trois années de gel des pensions de base et quatre années de gel des pensions complémentaires depuis 2014. "C'est simple, grince Francisco Garcia, patron d'une des principales associations de retraités, nous nous sommes transformés en vaches à lait des gouvernements successifs."

"Aucune prestation sociale ne sera réduite. Les retraités ne seront pas perdants, leur pension de retraite sera revalorisée moins vite mais elle continuera à être revalorisée", a assuré le ministre des Finances Bruno Le Maire au micro de RTL. Certes, mais un rapide coup d’œil dans le rétroviseur montre que la très faible hausse annoncée sera plus sévère que les "gels" passés pour le pouvoir d’achat. Et pour cause : entre 2014 et 2016, l’inflation annuelle avait oscillé entre 0% et 0,5%, ce qui avait limité la portée des "gels" successifs. Cette fois, l’écart entre la revalorisation et l’inflation prévue conduira à une baisse du pouvoir d’achat de 1,4 %. Pour l’heure, le gouvernement n’a pas précisé si les retraites inférieures à 1.200 euros, traditionnellement épargnées par les "gels", bénéficieront d’une augmentation supérieure à 0,3%.


Une chose est certaine, le pouvoir d'achat des retraites est en berne depuis plusieurs années. Les simulations du Conseil d'orientation des retraites, réalisées avant la dernière mesure annoncée, sur plusieurs profils types sont sans appel. Un retraité du privé de 85 ans, parti en 1992, a vu sa pension nette baisser de 7 % en vingt-cinq ans, en prenant en compte l'inflation. Une dégringolade encore plus forte pour les fonctionnaires de moyenne catégorie (-8%) et les cadres (-10%). Quant aux retraités de 70 ans, partis il y a dix ans, ils ont déjà subi un grignotage de 3% du pouvoir d'achat de leur pension pour les ex-salariés. En comparaison, le pouvoir d'achat du salaire moyen par tête a fortement progressé : 10,5% en dix ans et 30% en vingt-cinq ans.


Pourtant, un niveau de vie record



Pour autant, en moyenne, les retraités se portent bien. Malgré les multiples ponctions, leur situation n'a même jamais été aussi bonne. L'Insee est catégorique : leur niveau de vie moyen actuel représente près de 108% de celui de l'ensemble de la population. Un record historique. Les retraités du début des années 1970 bénéficiaient, eux, d'un niveau de vie équivalent à 70% de la moyenne nationale et celui des futurs retraités des années 2050 devrait osciller entre 86% et 96%, selon les hypothèses de croissance. "Les pauvres d'aujourd'hui sont moins souvent les retraités que les jeunes", avait observé Emmanuel Macron, fin août. C'est vrai : le taux de pauvreté des seniors (6,6%) est deux fois moins élevé que celui de l'ensemble de la population et trois fois moindre que celui des jeunes.

Comment les retraités s'en tirent-ils aussi bien ? Parce qu'ils jouissent d'autres sources de revenus, notamment du patrimoine (loyers, dividendes…). La fortune moyenne des sexagénaires s'élève à 340.600 euros, quand elle atteint 122.000 euros chez les trentenaires et 226.000 euros chez les quadras. Quelque 72% des plus de 60 ans possèdent leur logement et 42% détiennent une assurance-vie, quand moins de 60% des quadras sont propriétaires. Résultat : malgré une pension moyenne de 1.294 euros par mois, leur niveau de vie moyen atteint 2.014 euros.

Dans les classements, la France caracole d'ailleurs en tête des pays les plus généreux pour leurs retraités. Avec le Danemark, elle est même le pays "offrant la situation économique la plus appréciable aux personnes âgées", relève l'OCDE. Mieux, avec vingt-cinq ans passés à la retraite, les Français sont les champions du temps de repos après la vie active, soit cinq ans de plus que la moyenne des pays riches. Le climat hexagonal reste clément pour les seniors.


Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Stiven
Stiven
Stiven
avatar


MessageSujet: Re: MACRON   Lun 27 Aoû - 20:42


L'économie inquiète les Français




L'économie inquiète les Français©️ Reuters L'économie inquiète les Français

Selon un sondage, 66% des Français considèrent le gouvernement comme "peu ou pas engagé" en matière de politique sociale et de lutte contre les inégalités et 57% estiment que la priorité doit être de relancer l'économie pour diminuer ces inégalités.

Près de sept Français sur dix (68%) sont de nouveau inquiets de la situation économique et sociale, 15 mois après l'élection d'Emmanuel Macron à l'Elysée, selon un sondage Viavoice publié lundi par 'Libération'. Le chef de l'Etat perd un point de popularité : sur 1.008 personnes interrogées les 20 et 21 août, seulement 36% disent avoir une bonne opinion de lui en tant que chef de l'Etat, contre 37% en juin et 41% en avril. La cote de popularité du Premier ministre, Edouard Philippe, suit la même pente (-1 point à 36%).

Les priorités citées par les Français montrent cette inquiétude : 55% citent "la relance de l'économie et de l'emploi", 49% "l'amélioration du pouvoir d'achat" et 37% "la lutte contre la pauvreté". Seuls 8% évoquent "la relance du projet européen".

Chargement en cours...

Selon cette enquête, l'affaire Alexandre Benalla, ce jeune chargé de mission de l'Elysée, proche du couple Macron, accusé de violences contre des manifestants le premier mai, semble avoir eu un poids limité sur l'image du chef de l'Etat. Un total de 42% des sondés disent que cette affaire a eu un impact négatif sur leur opinion d'Emmanuel Macron, contre 48% pour qui elle n'a pas vraiment eu d'impact et 49% pour lesquels elle sera vite oubliée par les Français.

Président des riches ?

En parallèle, Emmanuel Macron a perdu cinq points de popularité en un mois dans une enquête distincte de l'Ifop pour le Journal du dimanche, à 34% d'opinions favorables. Est-il vraiment le "président des riches", comme beaucoup d'opposant le lui reprochent ? Dans l'attente du plan de lutte contre la pauvreté promis par le chef de l'Etat, 66 % considèrent le gouvernement comme "peu ou pas engagé" en matière de politique sociale et de lutte contre les inégalités et 57% des sondés estiment par ailleurs que la priorité doit être de relancer l'économie pour diminuer ces inégalités.

Les personnes interrogées sont aussi 55% à estimer que la réduction des dépenses et déficits publics doit être une priorité, quitte à réduire les budgets des services publics. L'enquête a été réalisée en ligne les 20 et 21 août auprès d'un échantillon représentatif de 1.008 personnes.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
https://www.cathyimages.org
Marck53
Marck53
Marck53
avatar


MessageSujet: Re: MACRON   Mar 28 Aoû - 21:14

Macron "respecte" la décision de Hulot et compte sur son engagement "sous une autre forme"

Emmanuel Macron a déclaré mardi à Copenhague "respecter" la décision de Nicolas Hulot, "un homme libre", de quitter le gouvernement et qu'il comptait désormais sur son engagement "sous une autre forme".
"J'ai choisi Nicolas Hulot il y a 15 mois parce qu'il est un homme libre. Je respecte sa liberté, je souhaite compter sur son engagement sous une autre forme et là où il sera", a dit le président lors d'une conférence de presse avec le Premier ministre danois Lars Rasmussen à Copenhague.
Le ministre de la Transition écologique a créé la surprise en annonçant mardi matin sur France Inter qu'il quittait le gouvernement car il se sentait "tout seul à la manœuvre" sur les enjeux environnementaux.
"En 15 mois, ce gouvernement a fait plus qu'aucun autre dans la même période sur ce sujet", a affirmé Emmanuel Macron en citant la fermeture de centrales à charbon, les engagements sur les hydrocarbures ou sur la trajectoire énergétique.
"Ce que nous avons à bâtir c'est une société du XXIe siècle où chacun aura sa place, pourra vivre dignement et pourra vivre avec une alimentation saine dans un environnement sain. C'est un combat qui ne se fait pas du jour au lendemain. Il implique de se confronter au réel. Il vaut mieux que les petites phrases", a ajouté le président.
"Et donc il implique un travail qui va se poursuivre et un engagement sur la base de ce que j'ai promis aux Français qui sera constant de ma part", a-t-il assuré.
Emmanuel Macron avait auparavant affirmé que l'Europe avait besoin "d'une plus grande ambition climatique". "La France s'est battue et continuera à se battre en ce sens et les prochains mois seront à cet égard décisifs". "La France et le Danemark souhaitent que véritablement l'Europe s'affirme comme le leader mondial et nous en avons les moyens", a-t-il déclaré.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Marck53
Marck53
Marck53
avatar


MessageSujet: Re: MACRON   Mar 28 Aoû - 21:18

Toutes les news Politique
Nicolas Hulot jugeait "inaudible" de "partir pendant l'affaire Benalla"
Orange avec AFP, publié le mardi 28 août 2018 à 20h18
VIDÉO. Selon le journal Libération, Nicolas Hulot a envisagé de démissionner il y a quelques semaines mais a jugé "inaudible" de le faire pendant l'affaire Benalla.

"Partir pendant l'affaire Benalla, c'est inaudible", expliquait l'ancien ministre de la Transition écologique à une journaliste du quotidien lors d'une conversation téléphonique réalisée le 2 août.
"Je suis dans un putain de dilemme. Mon problème est très simple : soit je m'en vais et ce sera bien pire, soit je reste et il n'y aura pas le grand soir", précisait-il. "Parfois, je n'en dors pas de la nuit".
Ils n'ont rien compris, ils font semblant", le 2 août, Nicolas Hulot se confiait en "off" à Libérationpar BFMTV

"Ils n'ont toujours pas compris l'essentiel"

"Quand je suis arrivé (au gouvernement), Emmanuel Macron et Édouard Philippe m'ont dit : 'On va rentrer dans un esprit de coopération'. Et là, on est en permanence dans la confrontation", regrettait-il alors. Le président et le Premier Ministre "n'ont toujours pas compris l'essentiel", selon lui.

"Quand j'obtiens des choses, c'est pour éviter que je me barre. Ils m'ont donné (l'inscription de l'environnement dans) l'article 1 de la Constitution, les éoliennes offshore, pour ne pas que je me barre. Le problème, c'est qu'ils devraient le faire par conviction". Nicolas Hulot avait demandé à la journaliste de "garder ses confidences" pour elle, mais Libération a décidé de "les publier intégralement" à la suite de sa démission, indique le quotidien sur son site.
Si le calendrier de l'annonce de Nicolas Hulot a surpris - beaucoup pensaient qu'il attendrait les arbitrages sur la future feuille de route énergétique avant de trancher -, son départ semblait inévitable depuis plusieurs semaines. Pratiquement dès sa nomination, des écologistes doutaient de sa marge de manœuvre et craignaient que celui qui avait dit non à tous les prédécesseurs d'Emmanuel Macron ne soit qu'une "caution verte" du gouvernement.

"Je me surprends tous les jours à me résigner, à m'accommoder de petits pas", a expliqué l'ex-présentateur d'"Ushuaïa" juste après l'annonce de sa démission sur France Inter, espérant que sa démission provoquerait un "sursaut".
PS:
Son départ prouve que nous sommes tous en France pas seulement manipuler , mais aussi Arnaquer.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Marck53
Marck53
Marck53
avatar


MessageSujet: Re: MACRON   Mar 28 Aoû - 21:34

Le départ soudain de Hulot assombrit la rentrée de l'exécutif
Moins de deux mois après l'affaire Benalla, la démission surprise de Nicolas Hulot, en pleine rentrée politique, est un nouveau coup dur pour le gouvernement et Emmanuel Macron, au moment où sa popularité est au plus bas.
Un président de la République en déplacement à l'étranger, un porte-parole du gouvernement appelé à réagir quasiment en direct: après des mois d'atermoiements, le ministre de la Transition écologique a annoncé sur France Inter qu'il quittait le gouvernement. Ni Emmanuel Macron ni Édouard Philippe n'avaient été prévenus.
Pris de court depuis Copenhague, Emmanuel Macron a dit dans l'après-midi "respecter" la décision de Nicolas Hulot, "un homme libre" dont l'Elysée vante le bilan, et compter sur son engagement "sous une autre forme".
En misant sur Nicolas Hulot, Emmanuel Macron et Édouard Philippe "savaient qu'ils prenaient un risque car dès le départ Nicolas Hulot avait dit que si ça n'allait pas assez vite, il partirait", rappelle Daniel Boy, chercheur au Cevipof.
Le journaliste de France Inter Thomas Legrand, qui a discuté avec M. Hulot avant l'interview, a évoqué sur BFMTV une réunion sur la chasse lundi à l'occasion de laquelle Emmanuel Macron, en réponse aux interrogations du ministre sur la présence du lobbyiste Thierry Coste, "aurait dit +je ne sais pas comment ce monsieur est rentré+", a rapporté le journaliste. Nicolas Hulot a alors eu "le sentiment qu'on se foutait un petit peu de lui".
- L'exécutif "subit" -
Cette démission arrive comme "une nouvelle difficulté, et ça continue de donner le sentiment qu'après un an où l'exécutif avait la main, depuis l'affaire Benalla, il subit. Il subit l'affaire Benalla, il subit les mauvais chiffres de la croissance, il subit l'équation budgétaire difficile, et aujourd'hui il subit - puisqu'il l'apprend à la radio - la démission de Nicolas Hulot", énumère Bernard Sananès, président de l'institut Elabe.
"Ce n'est jamais agréable de perdre quelqu'un qui a une liberté de ton, dont on connaît la sincérité de l'engagement sur ces sujets", admet une source gouvernementaile, mais "ce qui change la vie des gens, ce n'est pas le nom du ministre mais ce sont les politiques mises en œuvre".
La même source confesse ignorer "comment l'opinion va réagir" au départ de M. Hulot.
A en croire Frédéric Dabi, directeur général de l'Ifop, c'est d'abord au prisme des dossiers économiques et sociaux, et pas de la question climatique, que l'efficacité du pouvoir est évaluée. Après l'affaire Benalla, l'impact pour Emmanuel Macron serait d'abord symbolique : "Sur des affaires extrêmement différentes, Emmanuel Macron perd ce qui était une de ses forces: la gestion de l'agenda médiatique", explique le sondeur.
Nicolas Hulot, caution écologique de ce début de quinquennat Macron, qui avait refusé d'entrer dans de précédents gouvernements, restait selon plusieurs instituts de sondage la personnalité politique préférée des Français. Ceux-ci étaient toutefois partagés sur l'efficacité de l'action du ministre.
- Reconnu ou technique -
Qui pourra remplacer ce ministre-clé dans l'édifice gouvernemental ? "Pour être ministre de l'Environnement, il faut avoir un poids politique", souligne Daniel Boy.
Premier profil évoqué par les politologues, "un écolo connu et reconnu", dit M. Boy, notant que "le seul qui reste en poste et qui est Macron compatible, c'est François de Rugy", le président de l'Assemblée nationale.
Autre solution, un ministre "technicien", compétent mais pas forcément connu du grand public. Ou un ministre plus "politique", à l'image du secrétaire d'État à la Transition écologique Sébastien Lecornu, ancien maire d'Évreux.
Reste que le prochain ministre "ne pourra pas du point de vue de la surface médiatique, dans son rapport aux Français, complètement éclipser Nicolas Hulot", souligne Frédéric Dabi.
"Il ne faut pas se dire qu'il faut trouver le même", affirme la source gouvernementale interrogée par l'AFP, en soulignant la singularité et la très forte personnalité" de Nicolas Hulot, avant d'esquisser un profil a priori plus modeste : "Quelqu'un qui ait un peu de convictions pour s'emparer des sujets, mais aussi quelqu'un qui aime mettre les mains dans le cambouis".
partagez

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Marck53
Marck53
Marck53
avatar


MessageSujet: Re: MACRON   Mar 28 Aoû - 21:45

Wauquiez: démonstration de force à droite



FP, publié le lundi 27 août 2018 à 12h33

Laurent Wauquiez a tenté une démonstration de force à droite à l'occasion de sa rentrée politique dimanche au Mont-Mézenc, avec comme point d'appui une critique virulente de l'immigration et des annonces budgétaires d'Edouard Philippe.

Près de 1.500 personnes étaient rassemblées pour la traditionnelle ascension du Mézenc, aux confins de la Haute-Loire et de l'Ardèche, que M. Wauquiez gravit chaque année depuis 2012. Bien plus que les quelque 300 personnes présentes à Brive-la-Gaillarde vendredi pour la rentrée de Valérie Pécresse.

"Je n'ai pas changé d'avis, très tôt j'ai mis en garde contre les illusions du macronisme", a insisté M. Wauquiez. Et son entourage d'ironiser sur le "micro parti" de la "duchesse de Corrèze".

Une cinquantaine de parlementaires, selon les organisateurs, ont fait le déplacement, ainsi que la direction du parti, à l'exception de Guillaume Peltier et Julien Aubert.

Dans un discours d'environ une demi-heure, M. Wauquiez a développé deux axes principaux: fermeté face aux migrants et critiques de la politique économique "injuste" du gouvernement.

"Comment ne pas comprendre que nous sommes au bout de nos capacités d'intégration et que cette immigration de masse est aujourd'hui une menace culturelle pour la civilisation européenne ?", a-t-il lancé, jugeant, fortement applaudi, que "les Français refusent de devenir étrangers dans leur propre pays" et qu'il faut "faire en sorte qu'il reste quelque chose de la civilisation".

"Nous ne devons plus laisser ces bateaux (humanitaires) rentrer dans les ports européens", a prôné M. Wauquiez, dont le parti entend mettre la question migratoire au centre de la campagne des européennes de 2019.

- "Populistes" contre "leçons de morale" -

Le major de l'ENA a dénoncé une "volonté populaire confisquée par un petit milieu qui lui admoneste des leçons de morale. Ils ont même inventé ce mot de populisme pour justifier la censure et faire taire tous eux qui ne pensent pas comme eux. Quel mot extraordinaire pour qui écouter les Français, c'est être populiste !"

Il a, comme de coutume, sévèrement éreinté le chef de l'Etat, jugeant que la rentrée sonnait "la fin du mirage du macronisme". "Il n'y a pas de résultats, cette première année est un échec", a-t-il jugé.

"Il faut rendre l'argent aux Français", a de nouveau lancé le président d'Auvergne/Rhône-Alpes, qui demande au chef de l'Etat de "renoncer aux augmentations d'impôts prévues, notamment celle sur le carburant".

"Au lieu d'assumer enfin des économies courageuses sur le train de vie de l'Etat, on vient de nous annoncer que c'est à nouveau dans la poche des classes moyennes que l'on va chercher des efforts. Les retraites et la politique familiale ne seront plus revalorisées en fonction de l'inflation. C'est injuste", a ajouté le président de LR, après les annonces d'Edouard Philippe dans le Journal du dimanche.

Le gouvernement "aura-t-il le courage de supprimer tous les régimes spéciaux et d'aligner les retraites du public et du privé ? De remplacer le RSA et tous les revenus d'assistanat par une allocation unique qui incite enfin à reprendre un emploi (...) ? Est-il prêt à augmenter le temps de travail dans la fonction publique (...) ? Arrêtera-t-il enfin l'aide médicale d'Etat qui permet l'accès gratuit à notre assurance maladie à des étrangers qui n'ont même jamais cotisé en France ?", a-t-il énuméré.

Jugé discret, y compris par ses soutiens, depuis son élection à la tête du parti en décembre, M. Wauquiez devrait multiplier passages médias et déplacements dans les fédérations LR, qui renouvelleront leurs instances mi-octobre.
Sur son bureau également: la désignation de la liste pour les européennes. Circule notamment le nom du centriste Jean Leonetti, devenu n°2 du parti après le limogeage de Virginie Calmels.

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Marck53
Marck53
Marck53
avatar


MessageSujet: Re: MACRON   Mar 28 Aoû - 22:02


"Au lieu d'assumer enfin des économies courageuses sur le train de vie de l'Etat, on vient de nous annoncer que c'est à nouveau dans la poche des classes moyennes que l'on va chercher des efforts. Les retraites et la politique familiale ne seront plus revalorisées en fonction de l'inflation. C'est injuste", a ajouté le président de LR, après les annonces d'Edouard Philippe dans le Journal du dimanche. a écrit:
C'est exacte ce discoure. Rien a dire. L’entendu "Chez les grosse gueule" Où la femme parle des gens qui touche 1400€ de la retraite , payer loyer et ce qui reste retour au gouvernement même si toute est parti au privation.. Je suis choque ce qu'il fait gouvernement avec les personnes travailleur pendant des année, et là, il ne sont pas digne de vivre tranquillement leur retraite. De deux, je n'ai pas entendu aucun mots pour les gens qui touche une retraite minime "630€ et combien de souplement? 140€ C'est a dire même pas 800€ et qui paye 6305€ loyer et a ses même personne ils ont supprimer 100€ de APL.. Et attendre, nous somme surveille , qui vie chez toi , il faut tout déclarer, c'est a dire non seulement qu'il avale tout cela a une personnes de son minime, il interdisent que leur enfante les fait vivre ce qui est très dur pour les gens qui ne trouve plus leur vie heureux, non,, ils sont perdu car même travaille ne peut pas trouver. Alors là, IL VEULENT QUE LES PAUVRE MEURT.. c'est claire...

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Marck53
Marck53
Marck53
avatar


MessageSujet: Re: MACRON   Mar 28 Aoû - 22:09

Pourquoi ont nous demande de déclarer tout par net? C'est simple , ou lieux de traquer les arnaqueur des premier , qui nous bouffe la vie avec les substance illicite, alors il taque les pauvre gens qui désirent vivre tranquillement , tout simplement. Comment il peux gagne des gens dans telle état ils ne peux pas , car on as pas de l'argent pour vivre , de manger , d'acheté chaussure etc, ils nous empêche comme si notre vie leur appartiens. Non notre vie n’appartiens pas a Macron ni personne d'autre , au moment qu'on laisse vivre librement comme ils laissent l'autre partie .. IL A BIEN DIT MACRON..LES RICHE ON PAS BESOIN DE M'OCCUPER DES RICHE ILS SE DÉBROUILLE SEUL...OUI C'EST CELA;.. SEULEMENT IL S'OCCUPE DES PETIT CAR LES PETIT NE SAVENT PAS SE DÉFENDRE;.. QUELLE HYPOCRITE ...

Admin

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: MACRON   

Revenir en haut Aller en bas
 
MACRON
Revenir en haut 
Page 3 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CATHYIMAGES :: FORUM PUBLIC &ACTUALITÉ& QUE CHOISIR & VIDEOS :: SUJETS PUBLIC 3-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: